Ethereum

L’Enterprise Ethereum Alliance annonce la mise en place de trois nouveaux groupes de travail

Symbole Ethereum

L’i­ni­tia­tive open-source blo­ck­chain Enter­prise Ethe­reum Alliance (EEA), qui regroupe déjà plus de 300 enti­tés, a mis en place le 19 décembre der­nier 3 nou­veaux groupes de tra­vail dans les sec­teurs de l’i­den­ti­té numé­rique, de l’éner­gie, et de l’interopérabilité multiplateforme.

Cha­cun de ces groupes se ver­ra confier la tâche de créer et de déployer des élé­ments spé­ci­fiques por­tant sur le déve­lop­pe­ment et l’u­ti­li­sa­tion de tech­no­lo­gies basées sur la blo­ck­chain Ethereum.

Voi­ci ce qu’a décla­ré Jere­my Mil­lar, le fon­da­teur du conseil d’administration de l’EEA :

« L’i­den­ti­té, l’éner­gie et l’in­te­ro­pé­ra­bi­li­té mul­ti­pla­te­forme consti­tuent trois domaines au sein des­quels les membres de l’EEA per­çoivent les avan­tages concrets liés à l’u­ti­li­sa­tion des tech­no­lo­gies Ethe­reum en 2018. Ces groupes de tra­vail vont leur per­mettre d’in­no­ver, de tes­ter de nou­velles idées et de res­ter compétitifs ».

Le groupe de tra­vail por­tant sur l’i­den­ti­té numé­rique aura pour mis­sion de par­ti­ci­per à la com­pré­hen­sion du rôle d’E­the­reum dans ce sec­teur. Il devra déve­lop­per une clas­si­fi­ca­tion sur laquelle pour­ront s’ap­puyer des entre­prises dont l’ac­ti­vi­té est liée aux nou­velles technologies.

Le rôle du groupe de tra­vail dédié à l’éner­gie consis­te­ra à défi­nir des normes autour de l’u­ti­li­sa­tion la blo­ck­chain Ethe­reum au sein des entre­prises évo­luant dans ce domaine. Il s’a­gi­ra de mettre en place l’in­fra­struc­ture néces­saire à l’a­dop­tion de cette tech­no­lo­gie dans le secteur.

Enfin le groupe mul­ti­pla­te­forme sera char­gé de rendre la pla­te­forme Ethe­reum acces­sible à par­tir de nom­breux sys­tèmes d’ex­ploi­ta­tion et de péri­phé­riques, afin de favo­ri­ser sa démocratisation.

« Répondre à des défis concrets »

Ces lan­ce­ments portent à 17 le nombre de groupes de tra­vail et de comi­tés au sein de l’EEA.

« Les groupes de tra­vail de l’EEA s’ap­pliquent à répondre à des défis concrets, au tra­vers du déploie­ment et de l’u­ti­li­sa­tion d’E­the­reum dans les entre­prises. Ces groupes jouent un rôle clé pour assu­rer la réus­site de la mis­sion que s’est fixée l’EEA, et leurs efforts sont jugés par nos membres comme étant pré­cieux pour leurs acti­vi­tés », s’est enthou­sias­mé M. Millar.

On retrouve par­mi les membres de l’EEA plus de 300 socié­tés. Des grands noms, comme le Cré­dit suisse, Micro­soft, Intel ou encore JPMor­gan fai­saient déjà par­tie du pro­jet lors de son lan­ce­ment, en mars dernier.

Enterprise Ethereum Alliance

Deux mois plus tard, l’EEA annon­çait l’ar­ri­vée de nou­veaux membres tels que Deloitte, Blo­ck­Cy­pher ou encore le Toyo­ta Research Institute.

Réfé­rences : Finan­ce­Ma­gnatesEnte­thal­liance