Bitcoin Démocratisation

L’application Lydia va permettre à ses 5,5 millions d’utilisateurs d’acheter des cryptomonnaies

Fondateurs Lydia

Les uti­li­sa­teurs de l’ap­pli­ca­tion de paie­ment Lydia pour­ront très bien­tôt ache­ter et vendre plus de 170 actifs numériques.

Bitpanda et LydiaLa pla­te­forme d’é­change de cryp­to­mon­naies Bit­pan­da a conclu un accord avec l’ap­pli­ca­tion de paie­ment fran­çaise Lydia pour offrir à ses 5,5 mil­lions d’u­ti­li­sa­teurs la pos­si­bi­li­té d’in­ves­tir dans les actifs numériques.

Bit­pan­da a annon­cé ce lun­di 22 novembre que son outil d’in­ves­tis­se­ment dans les cryp­to­mon­naies allait très pro­chai­ne­ment être inté­gré à l’ap­pli­ca­tion de paie­ment Lydia.

Les clients de l’en­tre­prise fran­çaise vont ain­si pou­voir miser sur plus de 170 actifs numé­riques : des cryp­to­mon­naies, mais aus­si des actions, des fonds indi­ciels (ETFs) et des métaux pré­cieux. Les tran­sac­tions seront réa­li­sées par Bit­pan­da en marque blanche.

Bitpanda souhaite accélérer sa croissance en France et en Europe

Bitpanda LogoBit­pan­da, la pre­mière « licorne » tech­no­lo­gique d’Au­triche, a récem­ment cher­ché à étendre sa pré­sence en Europe. En octobre, la socié­té a noué un accord avec une pla­te­forme finan­cière ita­lienne, Fabrick, afin de per­mettre aux banques et aux socié­tés fin­tech locales d’a­voir accès à des ser­vices d’é­change d’ac­tifs numé­riques. Le même mois, Bit­pan­da avait embau­ché Joshua Bar­ra­clough, ancien cadre de JPMor­gan, pour popu­la­ri­ser son ser­vice Bit­pan­da Pro à tra­vers l’Europe.

« Cette col­la­bo­ra­tion [avec Lydia] est plei­ne­ment ali­gnée sur notre mis­sion, qui consiste à favo­ri­ser l’a­dop­tion des actifs numé­riques et à accroître les com­pé­tences du public en termes d’in­ves­tis­se­ment, aus­si bien en Europe que dans le monde entier », a confié Eric Demuth, cofon­da­teur et co-PDG de Bit­pan­da, dans un e‑mail envoyé au site CoinDesk.

Le diri­geant a indi­qué que ce nou­veau par­te­na­riat avec Lydia per­met­tra de ren­for­cer les ambi­tions de son entre­prise en France. La pla­te­forme de tra­ding est enre­gis­trée depuis décembre 2020 auprès de l’Au­to­ri­té des Mar­chés Finan­ciers (AMF).

En août, Bit­pan­da avait été valo­ri­sée à 4,1 mil­liard de dol­lars, après un tour de finan­ce­ment Série C. Selon Tech­Crunch, Lydia a de son côté levé au total 131 mil­lions de dol­lars à tra­vers deux tours de financement.

« La France repré­sente un mar­ché clé pour Bit­pan­da. C’est la rai­son pour laquelle nous sommes en train d’ou­vrir un bureau à Paris, et nous met­tons sur pied une équipe locale afin d’ac­cé­lé­rer notre crois­sance sur ce mar­ché », a ajou­té Eric Demuth.

Bit­pan­da n’est pas la pre­mière cryp­to-socié­té inter­na­tio­nale à miser sur la France. Il y a quelques jours, Binance, la plus grande pla­te­forme d’é­change d’ac­tifs numé­riques au monde, avait annon­cé qu’elle allait déblo­quer 100 mil­lions d’eu­ros pour finan­cer la crois­sance de l’in­dus­trie blo­ck­chain dans l’hexagone.

Lydia étoffe son offre

Lydia PaiementFon­dée en 2013 par Antoine Porte et Cyril Chiche, Lydia pro­pose une appli­ca­tion mobile per­met­tant à ses uti­li­sa­teurs d’ef­fec­tuer l’en­semble de leurs paiements.

Après avoir été lan­cée dans les uni­ver­si­tés, l’ap­pli­ca­tion a pro­gres­si­ve­ment gagné en popu­la­ri­té, reven­di­quant aujourd’­hui plus de 5 mil­lions d’u­ti­li­sa­teurs. Elle offre de nom­breux ser­vices comme des comptes cou­rants, des prêts rapides, des trans­ferts ban­caires ins­tan­ta­nés ain­si que des ser­vices d’investissement.

« Nous sommes les pre­miers à pro­po­ser sur le mar­ché fran­çais une gamme aus­si large d’ac­tifs numé­riques », s’est récem­ment féli­ci­té Cyril Chiche, PDG et cofon­da­teur de Lydia.