Minage

Par crainte d’une interdiction, les mineurs chinois songent à délocaliser leurs activités à l’étranger

Minage Bitcoin en Chine

Une part impor­tante des mineurs de cryp­to-mon­naies chi­nois seraient en train de s’in­té­res­ser à d’autres pays pour pour­suivre leur acti­vi­té, et ain­si se pré­mu­nir face aux incer­ti­tudes crois­santes qui entourent l’a­ve­nir de l’in­dus­trie du minage en Chine.

Bien que le gou­ver­ne­ment chi­nois n’ait pas offi­ciel­le­ment indi­qué qu’il éten­drait aux acti­vi­tés de minage ses inter­dic­tions concer­nant les cryp­to-mon­naies, ils sont nom­breux à réflé­chir à une délo­ca­li­sa­tion.

Le Vietnam, le Laos, la Thaïlande, la Russie et les États-Unis font partie des pays auxquels s’intéresseraient les mineurs chinois

Mineur de BitcoinLa semaine der­nière, un docu­ment indi­quait que Sichuan, une com­pa­gnie élec­trique appar­te­nant au gou­ver­ne­ment, pour­rait prendre des mesures de répres­sion à l’é­gard des socié­tés de minage de Bit­coin.

La socié­té avait tou­te­fois tenu ensuite à cal­mer le jeu, en décla­rant que ce docu­ment consti­tuait une note interne qui évo­quait une mau­vaise affec­ta­tion de l’hy­dro­élec­tri­ci­té, uti­li­sée par les mineurs au détri­ment des com­mu­nau­tés rurales, en par­ti­cu­lier pen­dant la sai­son sèche.

Mal­gré tout, de nom­breux mineurs s’in­té­res­se­raient à des alter­na­tives inter­na­tio­nales afin de limi­ter leur vul­né­ra­bi­li­té face à de poten­tielles actions de régu­la­tion éma­nant des diri­geants de l’Em­pire Céleste.

Aki­ra Cui, un mineur chi­nois, a récem­ment expli­qué au South Chi­na Mor­ning Post que de nom­breux mineurs « se sont déjà ren­dus au Viet­nam, au Laos, en Thaï­lande, en Rus­sie ain­si qu’aux États-Unis, en négo­ciant les tarifs élec­triques avec les auto­ri­té locales. »

M. Cui a affir­mé : « les opé­ra­tions de minage sont à terme des­ti­nées à être délo­ca­li­sées, même s’il n’y avait qu’une pro­ba­bi­li­té de 1 pourcent que les mesures prises par la Chine contre le Bit­coin s’é­tendent au minage. »

Le South Chi­na Mor­ning Post pré­cise que M. Cui est le seul à avoir répon­du à ses ques­tions, alors que le jour­nal avait contac­té quatre com­pa­nies minières majeures. Les repré­sen­tants des socié­tés chi­noises de minage s’ex­priment rare­ment dans les médias – alors que de nom­breux mineurs semblent nouer des par­te­na­riats avec des socié­tés de pro­duc­tion d’éner­gie locales, qui seraient dis­si­mu­lées par des offi­ciels de haut rang et cer­taines ins­ti­tu­tions. « Per­sonne ne s’en vante, car il vaut mieux faire for­tune en silence, » a confié M. Cui.

Certaines estimations indiquent que les mineurs chinois seraient à l’origine de 70% du hashrate total du réseau Bitcoin.

Carte de la chineM. Cui a décla­ré avoir com­men­cé le minage de Bit­coin en 2013, après avoir reven­du sa pré­cé­dente socié­té, un four­nis­seur d’ac­cès à inter­net, pour 30 mil­lions de yuan (près de 4 mil­lions d’eu­ros).

M. Cui avait com­men­cé par inves­tir entre 5 et 6 mil­lions de yuans (envi­ron 700 000 euros) dans du maté­riel de minage. Il s’ap­puie désor­mais sur 100 000 machines envi­ron. Il a tou­te­fois pré­ci­sé que 90% du maté­riel qu’il détient dans ses locaux appar­tient à des amis et des clients, pour le compte des­quels il assure la main­te­nance.

« Si vous les conser­vez chez vous, c’est très bruyant. Les clients peuvent donc choi­sir entre une livrai­son, ou les gar­der dans mon usine contre une com­mis­sion. Ils peuvent y accé­der à dis­tance au tra­vers de mots de passe. »

Il explique que la néces­si­té de s’as­su­rer d’un appro­vi­sion­ne­ment élec­trique stable consti­tue la pre­mière pro­blé­ma­tique des « gros » mineurs. Chaque machine peut géné­rer envi­ron 100 yuan de pro­fits par jour (soit envi­ron 13 euros), mais les pertes finan­cières en cas d’é­qui­pe­ment inuti­li­sé peuvent être signi­fi­ca­tives. C’est la rai­son pour laquelle de nom­breux mineurs sou­hai­te­raient prendre les devants, et inter­ve­nir bien avant avant une pos­si­bi­li­té inter­dic­tion des acti­vi­tés de minages en Chine.

Une plus grande décentralisation

« Nous menons actuel­le­ment des dis­cus­sions avec des par­te­naires à Los Angeles, et nous nous sommes éga­le­ment ren­dus en Rus­sie et au Viet­nam afin de trou­ver des locaux poten­tiels, » a affir­mé M. Cui.

« Si les régu­la­teurs décident d’in­ter­dire le minage, cela nous pren­dra envi­ron 3 mois pour trans­fé­rer nos acti­vi­tés à l’é­tran­ger. L’argent que nous allons dépen­ser en ache­tant des ter­rains est rela­ti­ve­ment minime com­pa­ré à la taille de notre acti­vi­té. »

Contre toute attente, M. Cui s’at­tend à ce qu’une éven­tuelle inter­dic­tion du minage en Chine puisse avoir des consé­quences posi­tives sur l’a­ve­nir du Bit­coin.

Il explique que la domi­na­tion des mineurs chi­nois nui­rait, depuis plu­sieurs années, à la décen­tra­li­sa­tion de la cryp­to-mon­naie, en décla­rant qu”  »il est impor­tant que le Bit­coin puisse réduire sa dépen­dance vis-à-vis de la Chine afin qu’il puisse deve­nir plus fort, comme il l’a prou­vé avec les récentes hausses de prix. »

Réfé­rence : news.bitcoin.com, Coin­Desk




[wpcrypto_list]