Minage

Des autorités suédoises veulent faire interdire le crypto-minage en Europe

Minage Bitcoin BTC

Des régu­la­teurs sué­dois ont récem­ment appe­lé à une inter­dic­tion en Europe du cryp­to-minage par preuve de tra­vail, uti­li­sé notam­ment par le Bit­coin. De quoi sus­ci­ter l’ire de plu­sieurs ges­tion­naires de crypto-actifs.

On retrouve par­mi eux Mela­nion Capi­tal, une socié­té d’in­ves­tis­se­ment ayant lan­cé en octobre un ETF sur Euro­next Paris. Celle-ci a répon­du à l’ap­pel de deux admi­nis­tra­tions sué­doises – l’Au­to­ri­té de Super­vi­sion Finan­cière et l’A­gence de Pro­tec­tion Envi­ron­ne­men­tale –, qui sou­haitent que l’Eu­rope pro­nonce l’in­ter­dic­tion pure et simple du minage par preuve de travail.

« L’i­dée selon laquelle les mineurs de Bit­coin met­traient en dan­ger le réseau élec­trique est tota­le­ment infon­dée », indique Melanion.

La socié­té d’in­ves­tis­se­ment évoque notam­ment le choix de cer­taines juri­dic­tions, qui ont déci­dé de mettre en place un cadre souple pour les mineurs de cryp­to­mon­naies, comme le Texas. Selon Mela­nion, les mineurs de Bit­coin peuvent être par­ti­cu­liè­re­ment utiles dans les régions fai­sant appel à de l’éner­gie renou­ve­lable, « puis­qu’ils peuvent cap­ter l’éner­gie qui aurait pu être gas­pillée et assurent une demande mini­mum pour des res­sources vola­tiles comme le vent ou l’hydroélectricité ».

Mela­nion Capi­tal rap­pelle que le sec­teur du minage de Bit­coin ne dis­pose pas, du fait de sa nature décen­tra­li­sée, de lob­by pour défendre ses inté­rêts auprès des régulateurs :

« L’ab­sence d’un tel contre­poids poli­tique [pour les mineurs de Bit­coin] ne doit pas être vue comme une oppor­tu­ni­té pour mettre en œuvre des mesures qui ren­draient illé­gales cette indus­trie, du fait de son manque de pou­voir défensif ».

Pas plus de 0,4% de la consommation électrique en 2030

Sujette à contro­verse depuis plu­sieurs années, l’empreinte envi­ron­ne­men­tale du minage de Bit­coin a été évo­quée lors de la récente COP26.

Mais le sec­teur semble prendre la bonne voie. En juillet, après avoir inter­ro­gé près d’un tiers des socié­tés de minage de Bit­coin, le Bit­coin Mining Coun­cil avait esti­mé que la part d’éner­gie renou­ve­lable qu’elles uti­li­saient avait atteint 56% au cours du deuxième tri­mestre 2021.

Selon une étude publiée en octobre par le New York Digi­tal Invest­ment Group, le minage de Bit­coin ne devrait pas repré­sen­ter plus de 0,4% de la consom­ma­tion élec­trique mon­diale à la fin de l’an­née 2030. L’en­tre­prise évo­quait par ailleurs les pers­pec­tives de décar­bo­na­tion du sec­teur, jugées prometteuses :

« À plus long terme, l’intensité des émis­sions de car­bone de Bit­coin (et avec elle les émis­sions abso­lues de car­bone de Bit­coin) dimi­nue­ront, à mesure que le déve­lop­pe­ment des éner­gies renou­ve­lables se pour­sui­vra et que les pays s’efforceront de décar­bo­ner leurs réseaux électriques ».