Smart Contracts Technologie Blockchain

Des smart contracts un jour accessibles à tous ?

Des mil­lions de contrats juri­di­que­ment contrai­gnants sont chaque jours rédi­gés ou signés. Ils font par­tie inté­grante de chaque entre­prise, et le nombre de contrats exis­tants ne fait qu’augmenter chaque année.

Un contrat est un accord, écrit ou oral, qui vise à créer une obli­ga­tion pour cha­cune des par­ties. Celles-ci sont tenues au contrat parce qu’elles l’ont vou­lu, en échan­geant leur consen­te­ment. Si le contrat, qui tient lieu de « loi » pour les par­ties, n’est pas res­pec­té par l’une d’elles, celle-ci s’expose alors au paie­ment de dom­mages-inté­rêts com­pen­sa­toires.

Même s’il sont uti­li­sés quo­ti­dien­ne­ment à tra­vers le monde, les contrats com­portent encore des défauts majeurs.

Ain­si, la vio­la­tion du contrat par l’une des par­ties – qui décide de ne plus res­pec­ter les termes du contrat ou de les modi­fier à son avan­tage – peut induire des réper­cus­sions finan­cières impor­tantes. Et les petites entre­prises, mais éga­le­ment les par­ti­cu­liers, n’ont sou­vent pas les res­sources finan­cières suf­fi­santes pour s’attacher les ser­vices d’un avo­cat et por­ter l’affaire devant les tri­bu­naux. Bien sou­vent, lorsqu’un contrat n’est pas res­pec­té, la par­tie qui s’estime lésée ren­contre des dif­fi­cul­tés pour faire valoir ses droits.

Et même le simple fait de rédi­ger un contrat néces­site sou­vent le concours d’un tiers – comme une banque ou un avo­cat  – ce qui sup­pose des délais d’attente et des dépenses impor­tantes. Par ailleurs, les moyens néces­saires peuvent être encore plus impor­tants s’il s’agit d’accord inter­na­tio­naux.

Ce pro­ces­sus est pro­fon­dé­ment com­plexe. Et nous n’avions aucune alter­na­tive viable… jusqu’à l’arrivée des smart contracts.

Les smart contracts suscitent un vif enthousiasme

Les smart contracts, ce sont les contrats auto-exé­cu­tants que l’on peut retrou­ver sur la Blo­ck­chain Ethe­reum. Ils incluent, direc­te­ment dans leur code infor­ma­tique, l’ensemble des condi­tions de l’accord signé entre toutes les par­ties. Ce code est ins­crit sur un réseau Blo­ck­chain décen­tra­li­sé. Toutes les tran­sac­tions effec­tuées dans le réseau le sont de manière trans­pa­rente et irré­ver­sible.

Alors qu’un contrat « clas­sique » se contente de pré­ci­ser les termes d’un accord, le smart contract va maté­ria­li­ser ceux-ci dans un code cryp­to­gra­phique. Il va ensuite s’assurer que le contrat sera exé­cu­té exac­te­ment comme cela a été pré­vu par les par­ties, en s’émancipant des bar­rières légales et admi­nis­tra­tives propres à un contrat « clas­sique ».

Ceci per­met d’éliminer tota­le­ment le besoin de recou­rir à une auto­ri­té cen­trale, à un sys­tème légal, ou à un méca­nisme d’exécution tiers. Cela rend impos­sible, par qui­conque, la vio­la­tion du contrat, ou la modi­fi­ca­tion des termes de l’accord après la signa­ture.

Les smart contracts Ethe­reum visent à bou­le­ver­ser la façon dont les par­ti­cu­liers et les entre­prises contractent. De nou­velles star­tups sont déjà en train de réflé­chir à des manières de les implé­men­ter afin de créer de nou­veau pro­duits et ser­vices basés sur cette tech­no­lo­gie.

Mais il est pour le moment impos­sible de connaître le visage qu’arboreront les smart contracts dans quelques années  – comme il était impos­sible de pré­dire dans les années 90 l’invention du Cloud ou l’émergence des réseaux sociaux.

Pourquoi les smart contracts ne se sont pas encore démocratisés ?

En dépit de l’enthousiasme qui entourent les smart contracts, il semble impos­sible d’éluder leurs limites.

La frein prin­ci­pal est le sui­vant : les smart contracts ne sont pas encore acces­sibles aux indi­vi­dus ne pos­sé­dant pas de com­pé­tences en pro­gram­ma­tion infor­ma­tique. Dans la mesure où la plu­part des indi­vi­dus ne sont pas des codeurs, les smart contracts sont dif­fi­ciles d’accès pour une grande pro­por­tion de la popu­la­tion.

Des connais­sances en pro­gram­ma­tion sont requises pour éla­bo­rer des smart contracts, puisque les termes de l’accord sont écrits direc­te­ment dans le code. Il faut donc néces­sai­re­ment faire appel à un spé­cia­liste, qui puisse mettre au point un contrat tra­dui­sant pré­ci­sé­ment la volon­té des par­ties.

Si les smart contracts pour­raient per­mettre de se pas­ser d’un avo­cat, ils devraient néces­si­ter le recours à un pro­gram­meur. Il sub­siste alors le besoin d’un tiers pour pou­voir contrac­ter – un besoin que les les smart contracts ambi­tionnent pour­tant d’éliminer.

On peut tou­te­fois citer l’initiative de Blo­ck­Cat, une socié­té qui vise à per­mettre à n’importe qui de créer, gérer et déployer des smart contracts sur Ethe­reum, sans avoir besoin de connais­sances en pro­gram­ma­tion :

Smart Contracts avec BlockCat

Seul l’avenir nous per­met­tra de savoir si la pro­messe de la socié­té, « Pas besoin d’être un expert pour uti­li­ser des smart contracts», sera tenue.

Réfé­rence : CoinS­pea­ker

Des smart contracts un jour acces­sibles à tous ?
Mer­ci !

Notice: Constant WP_USE_THEMES already defined in /home/akinator/crypto-france.com/index.php on line 14

Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/akinator/crypto-france.com/wp-includes/functions.php on line 3778