Bitcoin Forks

Entre soulagement et désillusion : la communauté Bitcoin réagit à la suspension soudaine de SegWit2x

Les tweets sont arri­vés de tous les côtés.

Après des mois d’un débat hou­leux, un groupe, com­po­sé de socié­tés et de mineurs s’ap­puyant sur le logi­ciel du Bit­coin pour four­nir des ser­vices, a sou­dai­ne­ment inter­rom­pu sa ten­ta­tive visant à modi­fier les règles de ce logiciel.

La mise à jour SegWit2x, qui devait être intro­duite à la mi-novembre, fai­sait l’ob­jet de vives contro­verses, et nour­ris­sait un cli­mat d’in­cer­ti­tude autour de l’a­ve­nir du Bitcoin.

Hier, ses ini­tia­teurs ont bru­ta­le­ment cédé.

L’eu­pho­rie est pal­pable chez ceux qui se pro­non­çaient, sou­vent depuis plu­sieurs mois, contre cette pro­po­si­tion. Il s’a­git en effet de l’an­nu­la­tion d’une mise à jour qu’ils res­sen­taient comme étant liée à un accord vicié, n’ayant pas recueilli un sou­tien suf­fi­sant de la part de la communauté.

En enten­dant la nou­velle, Char­lie Lee, le créa­teur du Lite­coin, a vite fait part de son enthou­siasme :

Charlie Lee SegWit2x

« Le hard­fork SegWit2x vient d’être annu­lé ! Le bon sens a gagné. Tra­vaillons main­te­nant sur le pro­blème du sca­ling [pour que le pro­to­cole Bit­coin puisse faire face à la hausse du nombre de tran­sac­tions], de manière sécu­ri­sée. Nous pour­rions avoir besoin à l’a­ve­nir d’une mise à jour qui res­sem­ble­rait au hard­fork 2x, mais atten­dons d’ob­te­nir un consen­sus et ne nous pré­ci­pi­tions pas. »

Akin Fer­nan­dez, fon­da­teur de la star­tup Bit­coin Azte­co, qui fai­sait par­tie du groupe qui s’é­tait fer­me­ment pro­non­cé contre le pro­jet, a tout sim­ple­ment twitté :

« Le Bit­coin a gagné. »

Les contes­ta­taires les plus vifs avaient rejoint une ini­tia­tive lan­cée par Char­lie Lee, consis­tant à ajou­ter un [NO2X] à leur nom sur Twit­ter. Cette ini­tia­tive avait reçu le sou­tien de dizaines de socié­tés et d’u­ti­li­sa­teurs. On pou­vait y retrou­ver des grands noms de l’é­co­sys­tème, comme Bit­fi­nex, CEX.io, Elec­trum, Gemi­ni, Tre­zor, ou encore Bitbay.

Alors que le Bit­coin est un logi­ciel open-source, il a besoin qu’une diver­si­té de par­ties pre­nantes puisse s’ac­cor­der sur les règles le régis­sant. En l’es­pèce, le déchi­re­ment était pal­pable : les prin­ci­pales socié­tés, les déve­lop­peurs et les pools de minages sem­blaient avoir une vision radi­ca­le­ment oppo­sée concer­nant la manière dont les chan­ge­ments devaient être conduits.

Une majeure par­tie des déve­lop­peurs sem­blaient farou­che­ment oppo­sés à SegWit2x. Même si la plu­part n’é­taient pas fon­da­men­ta­le­ment contre l’i­dée d’un pas­sage vers de plus gros blocs, ils fus­ti­geaient le com­por­te­ment de cer­taines socié­tés, qui sem­blaient ne pas pos­sé­der suf­fi­sam­ment d’ex­pé­rience pour com­prendre la manière de conduire de tels chan­ge­ments techniques.

Une telle déci­sion sem­blait être l’a­bou­tis­se­ment d’un débat qui avait démar­ré en 2015, lorsque Gavin Andre­sen, qui était alors déve­lop­peur en chef pour le pro­jet Bit­coin, avait cher­ché à inci­ter à un tel chan­ge­ment. Depuis lors, de nom­breuses ten­ta­tives, visant à modi­fier cet aspect du pro­to­cole Bit­coin, ont éclos.

Mais lors qu’il avait fait l’ob­jet le 23 mai der­nier, dans le cadre du New York Agree­ment, d’une entente ayant recueilli l’as­sen­ti­ment de 58 signa­taires dési­reux de mettre fin au débat sur le « sca­ling », SegWit2x rejoint le Bit­coin Clas­sic, le Bit­coin Unli­mi­ted et le Bit­coin-Xt dans les pro­po­si­tions logi­cielles qui n’ont pas su recueillir un consen­sus suf­fi­sam­ment large de la part de la com­mu­nau­té.

Un soulagement inattendu

Même cer­tains par­ti­sans de SegWit2x ont affi­ché leur sou­la­ge­ment à l’an­nonce de cette suspension.

« Je suis heu­reux que tout cela soit ter­mi­né » a décla­ré Guy Corem, un ancien mineur qui avait signé l’ac­cord de New York. « C’é­tait la bonne chose à faire. »

D’autres ont fus­ti­gé l’hos­ti­li­té ambiante affi­chée par la com­mu­nau­té, et les manœuvres uti­li­sées par les tenants du mou­ve­ment « NO2X ». Ils ont évo­qué les pres­sions et les cri­tiques dont il ont fai­saient l’ob­jet pour leur sou­tien à SegWit2x.

« J’i­ma­gine que je vais désor­mais pou­voir me concen­trer sur des objec­tifs tech­niques pro­duc­tifs, plu­tôt que de devoir m’in­for­mer sans cesse et me défendre face au trolls, » s’est confié le déve­lop­peur SegWit2x Jean-Pierre Rupp.

Depuis des mois, ce débat acerbe divise sur cer­tains réseaux sociaux comme Red­dit ou Twit­ter, abou­tis­sant même à des menaces de mort (ici et ).

La pro­po­si­tion SegWit2x sem­blait ne pas être aus­si bien accueillie par la com­mu­nau­té que ce que pré­voyaient les signa­tures de l’accord.

« Nous sommes sou­la­gés. Le NYA visait à ras­sem­bler la com­mu­nau­té, et a gar­der la plu­part des uti­li­sa­teurs sur la même chaîne, au moins pour encore quelques temps, » a écrit dans un article de blog Peter Smith, CEO et co-fon­da­teur de la socié­té Blockchain.

D’autres voix ont expri­mé le même sen­ti­ment  – esti­mant que, si le hard fork fai­sait du sens, il fal­lait néces­sai­re­ment qu’il puisse sus­ci­ter l’adhé­sion de la majo­ri­té des membres de l’écosystème.

« Nous sommes de fer­vents sup­por­teurs de l’augmentation de la taille des blocs, dans la mesure où nos clients sont impac­tés par les frais de tran­sac­tions. Mais nous vou­lons que cette tran­si­tion s’o­père de manière res­pon­sable, qu’elle puisse faire inter­ve­nir l’en­semble de la com­mu­nau­té, et qu’elle puisse prendre en compte un plus grand nombre de points de vue, » a expli­qué Ron Hose, fon­da­teur et CEO de Coins.ph.

De nouvelles solutions

Beau­coup sont per­sua­dés que le Bit­coin aura besoin de « sca­ler », un jour, s’il sou­haite pour­suivre sa démo­cra­ti­sa­tion.

« Nous allons soit appor­ter de plus gros blocs aux gens [avec le Bit­coin], ou nous allons les faire par­tir vers de plus gros blocs [avec Bit­coin Cash], » a confié le déve­lop­peur Peter Rizun à CoinDesk.

La nou­velle de l’an­nu­la­tion du fork a été accueillie cha­leu­reu­se­ment par les sou­tiens du Light­ning Net­work, un réseau de micro­tran­sac­tion « off-chain » qui vise à dépla­cer les tran­sac­tions Bit­coins en dehors de la Blo­ck­chain originelle.

« Main­te­nant que 2x est fina­le­ment ter­mi­né, je suis enthou­siaste à l’i­dée de me concen­trer sur l’é­la­bo­ra­tion de solu­tions de long terme, comme Light­ning ! » a twee­té Eli­za­beth Stark, la CEO de Lightning.

Tou­te­fois, même si l’an­nonce faite aujourd’­hui pour­rait faire appa­raître Light­ning comme une solu­tion poten­tielle au pro­blème du Bit­coin, de tels chan­ge­ments risquent désor­mais de faire l’ob­jet d’exa­mens plus attentifs.

En effet, pour être adop­tée, Light­ning devra faire face à de nom­breux défis, comme on a pu le voir lors de Sca­ling Bit­coin, une confé­rence de deux jours qui s’est tenue le week-end der­nier à la Stan­ford Uni­ver­si­ty.

Aviv Zohar Lightning Network Bitcoin

Comme l’a noté Aviv Zohar, pro­fes­seur en infor­ma­tique à la Hebrew Uni­ver­si­ty, de plus gros blocs pour­raient fina­le­ment s’a­vé­rer néces­saires pour pou­voir opti­mi­ser le réseau Bitcoin.

Aus­si, cer­tains affirment que Light­ning ne pour­rait ne pas suf­fir, ou qu’il pren­drait trop de temps pour s’im­po­ser. Cer­tains redoutent que les socié­tés se tournent vers des pro­to­coles alter­na­tifs comme Bit­coin Cash, une alter­na­tive au Bit­coin avec des blocs plus gros (de 8 Mo), ou le Lite­coin, fon­dé en 2012, capable de per­mettre des tran­sac­tions plus rapides.

« Nous pour­rions voir de plus en plus de socié­tés pas­ser à Bit­coin Cash, du fait des coûts pro­hi­bi­tifs des tran­sac­tions Bit­coins, ce qui cor­res­pon­dait à ce que SegWit2x vou­lait répa­rer, » a décla­ré à Coin­Desk Vin­ny Lin­gham, CEO et co-fon­da­teur de la star­tup Civic.

Jake Smith, déve­lop­peur com­mer­cial chez Bitcoin.com et sou­tien du « sca­ling on-chain » de longue date, a décla­ré qu’il avait immé­dia­te­ment ven­du ses Bit­coin en enten­dant la nou­velle d’hier. Une telle ini­tia­tive montre que cer­tains uti­li­sa­teurs, par­ti­cu­liè­re­ment atti­rés par le Bit­coin en tant que mon­naie « pair à pair », per­met­tant d’ef­fec­tuer des tran­sac­tions rapi­de­ment et à moindre coût, on été refroi­dis par la nouvelle.

« J’es­time que le Bit­coin vient de signer son arrêt de mort, » a‑t-il ajouté.

Chris Pacia, déve­lop­peur prin­ci­pal chez Open Bazaar, une socié­té qui avait pris ses dis­tances avec la pro­po­si­tion SegWit2x la semaine der­nière, a décla­ré que de nom­breuses socié­tés pour­raient se tour­ner vers des alter­na­tives au Bit­coin.

« SegWit2x ne fai­sait pas réel­le­ment sens après le fork Bit­coin cash, » a‑til déclaré.

Non, ce n’est pas terminé.…

Alors que l’on assiste à un sou­la­ge­ment, celui-ci pour­rait n’être que tem­po­raire.

La carac­té­ris­tique pre­mière du Bit­coin, ce qui fait fon­da­men­ta­le­ment sa force, c’est sa nature décen­tra­li­sée. Il per­met de trans­fé­rer de la valeur, sans que cette valeur ne soit contrô­lée par une enti­té quelle qu’elle soit. Et pour cer­tains, l’é­chec de SegWit2x consti­tue une preuve de la force du Bit­coin, qui serait par­ve­nu à se défendre face à des influences minoritaires.

Bascho, un déve­lop­peur BIt­coin, estime qu’une autre ini­tia­tive de ce type pour­rait refaire surface.

« Ils vont pan­ser leurs plaies et se regrou­per, » a‑t-il expli­qué à CoinDesk.

Cette décla­ra­tion s’ins­crit dans une vision, par­ta­gée par cer­tains membres de la com­mu­nau­té, selon laquelle SegWit2x devrait être consi­dé­ré comme une ten­ta­tive de « prise de contrôle » du Bit­coin. Les déve­lop­peurs à l’o­ri­gine de cette ini­tia­tive auraient ain­si sou­hai­té réécrire les règles du fonc­tion­ne­ment de la cryp­to-mon­naie, sans cher­cher à obte­nir l’ac­cord d’une majeure par­tie de la com­mu­nau­té.

S’a­joute à cela une autre déci­sion contro­ver­sée : celle des déve­lop­peurs SegWit2x de ne pas implé­men­ter une pro­tec­tion contre les « attaques par rejeu » (replay attacks). Le fork aurait ain­si pu mettre en péril les fonds des uti­li­sa­teurs si deux chaînes avait émergé.

Par ailleurs, cer­tains craignent qu’une telle ini­tia­tive puisse être uti­li­sée par des gou­ver­ne­ments ou des auto­ri­tés, afin de cor­rompre le pro­to­cole du Bitcoin

« Nous devons conti­nuer nos recherches sur les forks, les scis­sions de chaînes, et nous devons créer des outils et des moyens de défense. Ceci se pro­dui­ra à nou­veau, » a décla­ré à Coin­Desk Eric Lom­bro­zo, contri­bu­teur pour Bit­coin Core.

Matt Coral­lo, un déve­lop­peur Bit­coin qui s’é­tait vive­ment oppo­sé à cer­tains membres du groupe SegWit2x, a expri­mé une opi­nion simi­laire pour appe­ler à l’u­ni­té.

« Pre­nons l’é­chec de SegWit2x comme une leçon – la com­mu­nau­té Bit­coin est forte, et nous ne devons chan­ger les règles du Bit­coin qu’en cas de sou­tien large de sa part, » a‑t-il tweeté.

D’autres membres de la com­mu­nau­té ont sem­blé évo­quer une guerre, for­çant les véri­tables défen­seurs du Bit­coin à s’unir.

Whale Panda SegWit2x twitter

« Nous avons rem­por­té cette bataille… mais ils conti­nue­ront d’es­sayer de détruire le Bit­coin. Nous n’ou­blie­rons jamais. »

Réfé­rence : Coin­Desk