Ethereum

Vitalik Buterin, le fondateur d’Ethereum, évoque une époque de « Tokens 1.0 »

Vitalik Buterin vision sur les tokens

Vita­lik Bute­rin, le créa­teur d’E­the­reum, a pro­fi­té de sa pré­sence au sein d’une confé­rence por­tant sur les impacts des tech­no­lo­gies décen­tra­li­sées pour par­ta­ger sa vision concer­nant l’é­co­sys­tème actuel des tokens. Si cette nou­velle classe d’ac­tifs sus­cite de nom­breuses convoi­tises, le jeune cana­dien a cher­ché à cal­mer le jeu.

« On le sait : 90% des star­tups échouent » expli­qua Vita­lik Bute­rin lors­qu’on lui deman­da si l’at­ten­tion n’é­tait pas actuel­le­ment trop foca­li­sée sur ces tokens. « Et on devrait éga­le­ment savoir que la valeur de 90% des tokens ERC20 (ndlr : des tokens créés sur la blo­ck­chain Ethe­reum) fini­ra par s’effondrer ».

« Nous en sommes, plus ou moins, à une époque tokens 1.0. S’il y a de bonnes idées, il y a beau­coup de mau­vaises idées, et beau­coup de très, très mau­vaises idées, ain­si que quelques escroqueries ».

Vita­lik Bute­rin estime qu’une pro­chaine phase, « tokens 2.0 », sur­gi­ra à terme.

« Je m’at­tends à ce qu’une période tokens 2.0, avec des déve­lop­pe­ments enta­més en 2018 et 2019, sur­gi­ra. Elle condui­ra à des tech­no­lo­gies de meilleure qua­li­té. On com­mence à avoir un peu de recul sur la pre­mière vague de tokens … Quelle est leur véri­table uti­li­té ? Et quelles sont les appli­ca­tions pour les­quels ils ne sont pas véri­ta­ble­ment pertinents ? »

Même si Vita­lik Bute­rin a expli­qué qu’il était satis­fait de consta­ter que cette pro­fu­sion de tokens était liée à une appé­tence gran­dis­sante pour la tech­no­lo­gie Ethe­ruem, il a éga­le­ment expri­mé son inquié­tude vis-à-vis de cer­taines ICOs.

« Par exemple, les gens parlent beau­coup de trois ou quatre pro­jets avec des ICOs à 200 mil­lions de dol­lars, mais il faut prendre en consi­dé­ra­tion la mul­ti­tude de pro­jets plus modestes, qui font des choses inté­res­santes, et dont on entend pour­tant que trop peu parler. »

Vita­lik Bute­rin a insis­té sur le fait que l’é­co­sys­tème des tokens était encore jeune, et pas encore for­cé­ment basé sur des fon­da­men­taux éco­no­miques solides.

« Je pense qu’une par­tie de ce constat vient du fait que ces tokens ne peuvent pas être encore faci­le­ment valo­ri­sés. En fait, si vous consi­dé­rez les tokens comme étant des moyens d’é­change, vous réa­li­sez que dif­fé­rents équi­libres peuvent sur­gir. Les tokens conservent une valeur si les inves­tis­seurs sou­haitent les conser­ver. En géné­ral, lorsque vous êtes face à une nou­velle indus­trie, dans une période 1.0, de nom­breuses per­sonnes essayent une mul­ti­tude de choses, et de nom­breuses per­sonnes essayent des choses qui n’ont aucun sens. Le mar­ché devient plus mature au bout d’un cer­tain temps… Je pense réel­le­ment que cela va venir, mais il va fal­loir pas­ser par plu­sieurs étapes avant d’y arriver. »

Ces remarques pour­raient sem­bler consti­tuer une cri­tique à l’en­contre de la com­mu­nau­té des déve­lop­peurs de tokens, mais il faut cer­tai­ne­ment y voir plu­tôt une cer­taine luci­di­té de la part du jeune déve­lop­peur. Il insiste bien sur le fait que nous n’en sommes qu’aux pré­mices, et que les inves­tis­seurs doivent s’ef­for­cer de res­ter pru­dents face à des tech­no­lo­gies qui n’ont pas encore fait leurs preuves.