Aspect Légal Régulation

Cinq pays dans lesquels le Bitcoin est illégal

Bitcoin Illegal

Pour ceux qui l’u­ti­lisent – que ce soit pour conduire des tran­sac­tions, pour se pré­mu­nir face à une mon­naie natio­nale vacillante, ou comme réserve de valeur – le Bit­coin peut consti­tuer une béné­dic­tion.

Mais ce n’est pas là un sen­ti­ment par­ta­gé par tous. Des banques cen­trales aux PDG alar­mistes, la liste des détrac­teurs qui fus­tigent le bit­coin semble s’al­lon­ger chaque semaine.

Le bit­coin attise les foudres de cer­tains membres des gou­ver­ne­ments, avec des diri­geants qui inter­viennent par­tout dans le monde pour stop­per l’as­cen­sion de la cryp­to-mon­naie. Alors que la plu­part des gou­ver­ne­ments réflé­chissent actuel­le­ment à la pos­sible mise en place d’un cadre régle­men­taire, d’autres sont déjà allés plus loin en adop­tant des lois inter­di­sant com­plè­te­ment l’utilisation du bit­coin.

Les législateurs… légifèrent

Que ce soit du fait de la peur, de l’ignorance ou du pro­tec­tion­nisme, les gou­ver­ne­ments ont ten­dance à légi­fé­rer pour se pré­mu­nir face à ce qu’ils peuvent per­ce­voir comme étant une menace.

Après tout, la pre­mière pré­ro­ga­tive d’un gou­ver­ne­ment est de gou­ver­ner, et toute tech­no­lo­gie dis­rup­tive qui vien­drait éro­der leur pou­voir risque de faire face à de nou­velles règles, des­ti­nées à enca­drer son uti­li­sa­tion.

Cer­tains gou­ver­ne­ments, qui “com­prennent” le bit­coin – et qui y sont favo­rables – ont fait voter des lois qui pro­tègent les citoyens tout en faci­li­tant le libre com­merce avec cette devise numé­rique. C’est par exemple le cas au Japon, un pays dans lequel un nombre crois­sant de com­mer­çants se met à accep­ter les paie­ments en Bit­coin, après que le gou­ver­ne­ment ait mis en place un cadre régle­men­taire souple et clair.

Prison BitcoinMais tous les gou­ver­ne­ments ne sont pas aus­si tolé­rants à l’é­gard de nou­velles tech­no­lo­gies – des tech­no­lo­gies qui peuvent poten­tiel­le­ment remettre en cause la por­tée de leurs pré­ro­ga­tives.

On sait que, dans cer­tains pays, la répres­sion est rude lors­qu’il s’a­git de cryp­to-mon­naies. Des citoyens se sont ain­si fait sai­sir leurs actifs, tan­dis que d’autres ont été jetés en pri­son.

Mais, même si les gou­ver­ne­ments ont la pos­si­bi­li­té de faire voter des lois contre de telles acti­vi­tés, ils se trouvent impuis­sants face à une tech­no­lo­gie aus­si décen­tra­li­sée que la blo­ck­chain, que nul ne peut empê­cher de se pro­pa­ger.

Interdire le Bitcoin ?

Bitcoin interditComme l’interdiction des drogues, de l’alcool ou bien même d’internet, l’interdiction du bit­coin semble, pour cer­tains, absurde et inap­pli­cable.

Et pour­tant, une telle inter­dic­tion peut se retrou­ver dans 5 pays : le Ban­gla­desh, la Boli­vie, l’Équa­teur, le Kir­ghi­zis­tan et le Népal.

Pour ce der­nier, on peut citer le cas de deux entre­pre­neurs népa­lais, qui ont été brus­que­ment jetés en pri­son pour avoir créé une petite pla­te­forme d’é­change de cryp­to-mon­naie dans leur pays.

En Amé­rique du Sud, Bit­coin rime bien sou­vent avec Vene­zue­la. En effet, les popu­la­tions de la « Terre de Grâce » se sont tour­nées vers les cryp­to-devises car elles repré­sentent un refuge face à une infla­tion galo­pante et une éco­no­mie défaillante.

Mais le Vene­zue­la est l’un des pre­miers à s’être oppo­sé aux devises numé­riques : la banque cen­trale boli­vienne avait inter­dit le bit­coin dès 2014. Depuis, la police veille, et mieux vaut res­ter dis­cret lors­qu’il s’a­git de cryp­to-mon­naie.

De vente libre à économie souterraine

Bitcoin Bolivie
Les inves­tis­seurs boli­viens expriment leur mécon­ten­te­ment

Pour de nom­breux liber­taires, la pro­hi­bi­tion, comme le prouve des décen­nies de poli­tiques infruc­tueuses, ne freine pas le vice, qu’il s’agisse de drogue, d’alcool ou de bit­coin. Elle ne ferait qu’en­cou­ra­ger le com­merce clan­des­tin, expo­sant ses pro­ta­go­nistes à des risques accrus tout en favo­ri­sant l’agissement d’acteurs sans scru­pules.

L’année der­nière, la Boli­vie l’a décou­vert à ses dépens à la suite d’une escro­que­rie à la devise numé­rique dans laquelle des inves­tis­seurs se voyaient pro­mettre 300% de pro­fits en 60 jours. Le sys­tème pyra­mi­dal s’est effon­dré rapi­de­ment, abou­tis­sant à des émeutes agres­sives dans les rues d’El Alto.

Pen­dant ce temps, les voi­sins équa­to­riens ont inter­dit le bit­coin, non pas parce qu’ils s’opposent aux devises numé­riques, mais parce qu’ils ont pour ami­bi­tion de les contrô­ler, pour les incor­po­rer au dol­lar équa­to­rien.

« L’argent élec­tro­nique a été conçu pour sou­te­nir le com­plot moné­taire de la dol­la­ri­sa­tion, » a expli­qué un éco­no­miste affi­lié au gou­ver­ne­ment.

Le Kir­ghi­zis­tan, un minus­cule État encla­vé en Asie Cen­trale, ain­si que le Ban­gla­desh, viennent com­plé­ter la liste des pays qui ont inter­dit le bit­coin.

En 2014, la Banque du Ban­gla­desh avait décla­ré que toute per­sonne uti­li­sant ces mon­naies pour­rait être empri­son­née – elle les accu­sait géné­ra­le­ment de blan­chi­ment d’argent.

« The Right to HODL »

Bitcoin Tank ZimbabweIl sem­ble­rait que, lorsque l’au­to­ri­té d’un gou­ver­ne­ment s’af­faisse, l’u­sage des cryp­to-mon­naies devient plus simple.

C’est par exemple le cas au Zim­babwe, où, du fait du récent coup d’É­tat mili­taire, la régle­men­ta­tion du bit­coin ne semble plus être au centre des pré­oc­cu­pa­tions. Dans le même temps, les popu­la­tions s’emparent d’une cryp­to-mon­naie qui fait figure de valeur refuge, alors que le Bit­coin a dépas­sé récem­ment les 13 500 dol­lars sur la seule pla­te­forme d’é­change zim­babwéenne exis­tante.

La situa­tion semble bien dif­fé­rente dans les pays déve­lop­pés. Nous avons beau par­fois nous offus­quer de cer­taines cri­tiques visant le Bit­coin, éma­nant de figures de la finance ou de diri­geants gou­ver­ne­men­taux, alors que nous avons, pour l’ins­tant, par­fai­te­ment le droit d’a­che­ter, de vendre, d’é­chan­ger et de déte­nir l’en­semble des cryp­to-mon­naies qui sont pro­po­sées sur les mar­chés.

Réfé­rence : news.bitcoin.com




[wpcrypto_list]