Bitcoin Cybercriminalite Prix & Opinions

Fonds de pension canadien : « Il y a beaucoup d’argent de la drogue dans les crypto-monnaies »

Fonds de pension Canada Crypto-monnaies

Un fonds de pen­sion dédié à la retraite d’en­sei­gnants, a pris ses dis­tances vis à vis des cryp­to-mon­naies, évo­quant la pos­si­bi­li­té que cet argent soit liée aux reve­nus tirés d’ac­ti­vi­tés illicites.

Bjarne Gra­ven Lar­sen, vice-pré­sident direc­teur et chef des pla­ce­ments du régime de retraite des ensei­gnantes et des ensei­gnants de l’On­ta­rio (RREO), a décla­ré que son fonds de pen­sion n’a­vait aucune inten­tion de s’in­té­res­ser aux cryp­to-mon­naies.

ontario Teachers' Pension Plan

S’a­dres­sant à la chaîne cana­dienne BNN, il a expli­qué que sa prin­ci­pale inquié­tude était liée à l’ab­sence d’un cadre régle­men­taire strict. Cette absence nour­ri­rait le trans­fert de reve­nus tirés d’ac­ti­vi­tés illi­cites vers les crypto-monnaies.

« Nous sommes scep­tiques, dans le sens où ceci n’est pas vrai­ment régle­men­té, que l’on ne peut s’as­su­rer des enti­tés qui se cachent der­rière. Per­son­nel­le­ment, je n’ap­pré­cie pas le fait qu’il y ait beau­coup d’argent de la drogue, beau­coup d’argent illé­gal dans ces cryp­to-mon­naies. »

Alors que les mon­naies numé­riques sont par­fois pré­sen­tées comme consti­tuant l”  »ave­nir de la mon­naie » l’a­ve­nir de la mon­naie, ce com­men­taire tra­duit le doute res­sen­ti par de nom­breuses figures de la finance.

Lar­ry Fink, pré­sident-direc­teur géné­ral de l’en­tre­prise Bla­ckRock, la plus grande socié­té d’in­ves­tis­se­ment au monde, avait ain­si expli­qué que la popu­la­ri­té du Bit­coin (qui s’est appro­ché cette année des 8 000 dol­lars) ne consti­tue rien d’autre qu”  »un indi­ca­teur per­met­tant de connaître la demande pour le blan­chi­ment d’argent, à tra­vers le monde. »

La valeur actuelle des cryp­to-mon­naies a été remise en ques­tion par de nom­breuses autres per­son­na­li­tés, comme l’in­ves­tis­seur mil­liar­daire War­ren Buf­fett, qui refuse de les consi­dé­rer comme des “mon­naies”, dans la mesure où « il ne s’a­git pas d’ac­tifs pro­duc­tifs. »

Le fait que les cryp­to-mon­naies ne fassent sou­vent pas encore l’ob­jet de régle­men­ta­tions strictes, mais éga­le­ment le carac­tère ano­nyme (ou pseu­do­nyme) des tran­sac­tions, a sus­ci­té une vague de décla­ra­tions hos­tiles de la part des gou­ver­ne­ments et des banques centrales.

Steve Mnu­chin, secré­taire du Tré­sor des États-Unis, avait récem­ment par­ta­gé ses inquié­tudes au sujet de l’u­ti­li­sa­tion des cryp­to-mon­naies à des fins illégales.

Les gou­ver­ne­ments de pays tels que la Chine, l’Inde ou la Rus­sie ont tous refu­sé de léga­li­ser les cryp­to-mon­naies « décen­tra­li­sées ». Et en plus d’é­ta­blir leurs propres régle­men­ta­tion, ces pays ont éga­le­ment évo­qué la créa­tion de leur propre mon­naie numé­rique, qui serait émise par la banque cen­trale.

M. Lar­sen semble par­ta­ger un point de vue similaire :

« Je pense que vous devez néces­sai­re­ment avoir quel­qu’un qui les régle­mente, afin de vous assu­rer que tout ce qui se passe dans le monde se passe de manière conforme aux lois. »

Alors que M. Lar­sen (qui gérait en juin 2017 des actifs d’une valeur nette de 180,5 mil­liards de dol­lars pour le compte des ensei­gnants de l’On­ta­rio) a pris ses dis­tances avec le Bit­coin et les autres cryp­to-mon­naies, il a van­té les mérites de la tech­no­lo­gie Blo­ck­chain, sur laquelle s’ap­puient ces mon­naies numériques.

Il ne pré­dit cepen­dant aucun ave­nir au cryp­to-mon­naies, expliquant :

« La tech­no­lo­gie Blo­ck­chain der­rière elles est excel­lente, mais je ne pense pas que le Bit­coin, ou n’im­porte quelle autre des cryp­to-mon­naies, puisse pros­pé­rer sur le long terme. »

Réfé­rence : Cryp­to­vest