Crypto-monnaies

Note de Goldman Sachs : « La valeur de la plupart des crypto-monnaies devrait retomber à zéro »

Steven Strongin Bloomberg

Steve Stron­gin, direc­teur du ser­vice de recherche des inves­tis­se­ments mon­diaux chez Gold­man Sachs, a dis­tri­bué lun­di der­nier une note interne consa­crée aux actifs numé­riques. Il y indique que le prix de la plu­part des cryp­to-mon­naies « devrait vrai­sem­bla­ble­ment retom­ber à zéro ».

Quelques « gagnants » qui monopolisent les gains

Récompense BitcoinSi la valo­ri­sa­tion du mar­ché des cryp­to-mon­naies a été divi­sée par deux depuis un record his­to­rique atteint le 7 jan­vier, la situa­tion pour­rait bien­tôt s’empirer.

C’est en tout ce que semble craindre la banque Gold­man Sachs, qui a publié une note interne dédiée à la « crypto-économie ».

Steve Stron­gin y évoque une « forte cor­ré­la­tion » entre les dif­fé­rentes cryp­to-mon­naies – ce qui devrait ame­ner la plu­part d’entre elles à se dépré­cier fortement.

« Les gens semblent tra­der des cryp­to-mon­naies comme si elles allaient toutes sur­vivre, ou du moins main­te­nir leur valeur. Mais le fort degré de cor­ré­la­tion entre ces actifs m’in­quiète. Contrai­re­ment à ce à quoi on pour­rait s’at­tendre au sein d’un mar­ché ration­nel, l’ar­ri­vée de nou­velles mon­naies ne semble pas venir réduire la valeur des plus anciennes : elles semblent toutes évo­luer comme une classe d’ac­tif unique.

Si l’on pense qu’il s’a­git d’une situa­tion dans laquelle peu de gagnants vont s’ac­ca­pa­rer la plu­part des gains (“few-win­ners-take-most”) alors une dépré­cia­tion poten­tielle de la plu­part des actifs est pos­sible. Et du fait d’un manque de valeur intrin­sèque, la valeur de la plu­part des cryp­to-mon­naies devrait retom­ber à zéro. »

Une poignée de survivants

Plus loin dans cette note, M. Stron­gin éta­blit un lien entre la flam­bée du Bit­coin et la bulle inter­net de la fin des années 1990. Il indique que seule une poi­gnée d’en­tre­prises, comme Ama­zon ou Google, sont par­ve­nues à sur­vire à l’é­cla­te­ment de cette bulle.

Et c’est la rai­son pour laquelle il s’at­tend à ce que la plu­part des « alt­coins » ne retrouvent jamais les niveaux qu’ils ont pu atteindre en jan­vier dernier :

« Est-ce que cer­taines des cryp­to-mon­naies d’au­jourd’­hui pour­ront deve­nir des Ama­zon ou des Google, ou vont-elles finir comme les nom­breux moteurs de recherche qui ont disparu ?

Ce n’est pas parce que que nous nous trou­vons dans une bulle spé­cu­la­tive que les prix ne vont pas aug­men­ter pour une poi­gnée de sur­vi­vants […] Dans le même temps, cela signi­fie pro­ba­ble­ment que la plu­part des cryp­to-mon­naies, si ce n’est toutes, ne rever­rons plus leur récent record ».

M. Stron­gin reste opti­miste vis-à-vis de la tech­no­lo­gie blo­ck­chain sur laquelle les cryp­to-mon­naies s’ap­puient : il estime qu’elle pour­rait per­mettre d’a­mé­lio­rer les sys­tèmes finan­ciers internes de l’é­ta­blis­se­ment ban­caire.

Contrai­re­ment à ce que cer­tains auraient pu pen­ser, Gold­man Sachs n’est pas farou­che­ment oppo­sée à ces nou­veaux actifs, loin de là. Il y a quelques semaines, l’un de ses diri­geants avait décla­ré « ne pas savoir pour­quoi il y a tant d’hos­ti­li­té à l’é­gard du Bit­coin », en indi­quant que l’ac­tif numé­rique n’é­tait « pas si dif­fé­rent de l’or ».

Et à la fin du mois de décembre 2017, on appre­nait que Gold­man Sachs pré­voyait d’ou­vrir une salle des mar­chés dédiée aux cryp­to-mon­naies d’i­ci à juin 2018.

Réfé­rence : Bloom­berg, Bit­son­line

5/5 – (1 vote) 
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
KUNTZMANN
KUNTZMANN
4 années il y a

Et sinon, Gold­man mes bolocks, ils avaient anti­ci­pés le krack bour­sier de 2008 ? ;-))))

AtomicBoy44
AtomicBoy44
4 années il y a
Répondre à  KUNTZMANN

Si on se réfère aux gains qu’ils ont fait et au mer­dier qu’ils ont engen­dré en Grèce (Le prin­ci­pal créan­cier au départ est GS !), je dirais que oui, ils avaient anti­ci­per, comme des pré­da­teurs. D’au­tant qu’ils furent dans les pre­miers a diluer la res­pon­sa­bi­li­té, ou plu­tôt l’ir­res­pon­sa­bi­li­té, des titri­sa­tions sur les sub­primes. Et le pire c’est que le mer­dier est repar­ti de plus belle depuis 2011 au moins…

Pour l’ins­tant, les mar­chés ins­ti­tu­tion­nels sont atten­tistes sur le nou­veau pré­sident de le FED aux États-Unis. Il y a de nom­breux fac­teurs d’in­quié­tudes qui peuvent engen­drer un nou­veau krach quel que soit la per­cep­tion que feront les mar­chés a pro­pos des décla­ra­tions posi­tives ou néga­tives de son direc­teur… On sera fixé au mois de Mars. 

A la mi-Mars 2018, nous sau­rons a quoi nous attendre. un petit mois d’at­tente et de surveillance.

Par contre, je pens que cette note dit vrai, de nom­breux alt­coins n’ont vrai­ment pas d’autres but que de per­mettre une spé­cu­la­tion tant le pro­jet est vide, l’é­quipe inexis­tante et le com­mu­ni­ca­tion tota­le­ment fantaisiste.

Et pour­tant, je mine et trade aus­si des alt­coins …cer­tains ont une vola­ti­li­té mons­trueuse a faire rêver un tas de tra­ders institutionnels..

Mais il fau­dra bien un jour fil­trer toutes ces alt­coins pour ne rete­nir que les meilleurs.

Dans le TOP 100, il y déjà de quoi faire.

A O
A O
4 années il y a

Steve Stron­gin pré­dit la fin de toute les cryp­to mon­naies, et en même temps, il annonce qu’il va prendre la tech­no­lo­gie de la blo­ck­chain pour l’ap­pli­quer à la par­tie interne des banques… Ils veulent tuer le mar­ché, récu­pé­rer la tech­no­lo­gie uni­que­ment pour eux, c’est pour cela qu’il pré­cise qu’elle sera uti­li­ser en interne, et conti­nuer à nous rendre esclave de leur sys­tême ban­caire Sataniste.…

babacool
babacool
4 années il y a

bla­bla­bla… Même pas peur !
https://fr.wikipedia.org/wiki/VIX_(finance)
Inutile de démon­trer que les banks­ters sata­nistes n’aiment pas les devises basées sur les blo­ck­chains P2P. Ils perdent leur contrôle de : « too big to fail ». Comme une épine dans le pied qui ne cesse de gros­sir et de s’enfoncer.