Finance Technologie Blockchain

55% des plus grandes banques du monde ont investi dans des projets liés à l’écosystème blockchain

Banques

Plus de la moi­tié des 100 plus grandes banques au monde ont misé sur des pro­jets liés aux cryp­to­mon­naies et à la tech­no­lo­gie blockchain.

BanqueLes géants de la finance com­mencent à se tour­ner pro­gres­si­ve­ment vers la crypto-sphère.

C’est ce qu’in­dique une étude publiée récem­ment par Blo­ck­da­ta, une socié­té spé­cia­li­sée dans l’a­na­lyse des cryp­to-mar­chés finan­ciers. Elle révèle que 55 des 100 plus grandes banques en termes d’ac­tifs sous ges­tion sont expo­sées, sous une forme ou une autre, à la tech­no­lo­gie blo­ck­chain.

Cette expo­si­tion se décom­pose en inves­tis­se­ments directs ou indi­rects dans des cryp­to­mon­naies ou dans des socié­tés liées à la tech­no­lo­gie blo­ck­chain, que ce soit par les banques elles-mêmes ou à tra­vers l’une de leurs filiales.

Selon les don­nées de Blo­ck­da­ta, qui se base sur le nombre de pro­jets sou­te­nus, les banques Bar­clays, Citi­group et Gold­man Sachs sont les plus inves­ties dans la cryp­to-sphère. Elles sont sui­vies par d’autres enti­tés telles que JPMor­gan ou encore BNP Paribas.

L’en­tre­prise pro­pose éga­le­ment un clas­se­ment des prin­ci­pales banques tour­nées vers l’é­co­sys­tème cryp­to & blo­ck­chain, en fonc­tion d’une esti­ma­tion de la taille de leur investissement :

Banques investisements blockchain

Un appétit suscité par les revenus faramineux des grandes plateformes de crypto-trading

Coffre-fort banqueCette impli­ca­tion semble s’ins­crire dans une ten­dance plus géné­rale. Ain­si, une étude publiée récem­ment par le cabi­net d’au­dit KPMG montre que les inves­tis­se­ments effec­tués au cours du pre­mier semestre 2021 dans ce sec­teur se sont éle­vés à 8,7 mil­liards de dol­lars – soit déjà le double du mon­tant atteint au cours de l’en­semble de l’an­née 2020.

L’é­tude de Blo­ck­da­ta révèle éga­le­ment que de nom­breuses banques lorgnent plus spé­ci­fi­que­ment sur les ser­vices de conser­va­tion d’ac­tifs numé­riques. Ain­si, près d’un quart des 100 pre­miers éta­blis­se­ments ban­caires sont en train d’é­la­bo­rer des solu­tions de garde de cryp­to­mon­naies ou ont finan­cé des start-ups pro­po­sant de tels services.

Pour Blo­ck­da­ta, l’ap­pé­tence des banques pour ces sec­teurs inno­vants s’ex­plique prin­ci­pa­le­ment par trois fac­teurs : des pro­fits records pour les cryp­to-star­tups, des cadres régle­men­taires plus clairs, mais aus­si une demande crois­sante des clients pour inves­tir dans des actifs numériques.

En mai der­nier, Yan Zhao, pré­sident du New York Digi­tal Invest­ment Group (NYDIG), avait décla­ré que les reve­nus colos­saux des géants du cryp­to-tra­ding avaient ouvert l’ap­pé­tit de nom­breuses banques, pour­tant réti­centes il y a encore quelques mois ou quelques années à s’im­pli­quer dans l’u­ni­vers des actifs numériques.

Lors de la rédac­tion de cet article, Coin­base était valo­ri­sée à 58,09 mil­liards de dol­lars. Il s’a­gis­sait d’une capi­ta­li­sa­tion presque égale à la moi­tié de celle de Gold­man Sachs, la 13ᵉ banque au monde (139,52 mil­liards de dol­lars), mal­gré un effec­tif cor­res­pon­dant à seule­ment 4% de celui du géant bancaire.

Réfé­rence : Coin­Te­le­graph