Minage

Le minage du Bitcoin consomme désormais plus d’électricité que 159 pays

Minage de Bitcoin avec Bitmain

Alors que le prix du Bit­coin connait une hausse de près de 1000% depuis le début de l’an­née, l’éner­gie élec­trique consom­mée par les « mineurs », qui sécu­risent le réseau, est désor­mais plus impor­tante que celle qui est consom­mée par 159 pays.

Une étude conduite la semaine der­nière par le com­pa­ra­teur bri­tan­nique Power­Com­pare s’est appuyée sur les don­nées four­nies par le site Digi­co­no­mist, qui éva­luait la consom­ma­tion annuelle d’élec­tri­ci­té liée au Bit­coin à 29,05 téra­watts-heures – soit 0,13% de la consom­ma­tion totale d’éner­gie dans le monde.

Pour Power­Com­pare, ce chiffre est supé­rieur à celui de la consom­ma­tion élec­trique du Nige­ria – qui est pour­tant le pays le plus peu­plé d’A­frique, et le plus riche du conti­nent.

La carte ci-des­sous montre, en cou­leur orange, les pays qui consomment moins d’élec­tri­ci­té que ne le font les mineurs de Bit­coin à tra­vers le monde :

Consommation liée au minage de Bitcoin par rapport à celle des pays du monde

L’é­tude indique par ailleurs que le coût annuel du minage serait approxi­ma­ti­ve­ment égal à 1,5 mil­liards de dol­lars. Si ce chiffre est par­ti­cu­liè­re­ment éle­vé, il se situe bien en-deçà des reve­nus annuels asso­ciés au minage, qui attein­draient les 7,2 mil­liards de dol­lars.

Par ailleurs, la consom­ma­tion d’élec­tri­ci­té liée au minage de Bit­coin aurait aug­men­té, sur le seul mois d’oc­tobre, de 29,98%. Si elle conti­nuait de s’ac­croître à ce rythme, le Bit­coin absor­be­ra en février 2020 l’é­qui­valent de la consom­ma­tion actuelle d’élec­tri­ci­té dans le monde.

La carte ci-des­sous per­met de com­pa­rer la consom­ma­tion mon­diale liée au minage de Bit­coin avec celle de chaque pays :

Comparaison entre la consommation électrique des pays et celle liée au minage de Bitcoin

On peut par exemple noter que le Bit­coin sup­pose une consom­ma­tion élec­trique supé­rieure de 16% à celle de l’Ir­lande, qui uti­lise 25 Twh d’électricité par année.

Par ailleurs, sur une année, le minage de Bit­coin repré­sente 6,74% de l’élec­tri­ci­té consom­mée en France.

Le minage, une activité nécessaire pour sécuriser le réseau Bitcoin

Le Bit­coin est une cryp­to-mon­naie, qui fut créée en 2009. Il a été conçu pour fonc­tion­ner sans aucune auto­ri­té de régu­la­tion, et s’ap­puie sur la tech­no­lo­gie « blo­ck­chain ».

Afin de s’as­su­rer que les tran­sac­tions ne soient pas fal­si­fiées, ou que les enre­gis­tre­ments liés à la pro­prié­té ne puissent être modi­fiés, les par­ti­ci­pants au réseau Bit­coin vont enre­gis­trer les tran­sac­tions dans des blocs.

Et pour inci­ter les agents à par­ti­ci­per à ces enre­gis­tre­ments, qui sup­posent la réso­lu­tion de pro­blèmes cryp­to­gra­phiques com­plexes, ceux-ci se voient remettre des Bit­coins fraî­che­ment créés. On appelle ce pro­cé­dé le « mining » (que l’on peut tra­duire en fran­çais par « minage »).

Les créa­teurs du Bit­coin ont limi­té l’offre totale de Bit­coins – celle-ci ne peut dépas­ser les 21 mil­lions de BTC, qui devraient avoir été créés aux alen­tours de l’an­née 2140. Et afin d’as­su­rer la via­bi­li­té du sys­tème à tra­vers les années, les pro­blèmes cryp­to­gra­phiques impli­qués dans le mining deviennent pro­gres­si­ve­ment plus com­plexes au fil des mois.

Difficulté du minage du Bitcoin
Évo­lu­tion de la dif­fi­cul­té du minage du Bit­coin

Ain­si, alors qu’un simple ordi­na­teur por­table suf­fi­sait il y a quelques années pour obte­nir des Bit­coins grâce au minage, il faut désor­mais s’é­qui­per de puis­santes machines spé­cia­li­sées pour espé­rer obte­nir des récom­penses.

Par consé­quent, les mineurs s’é­quipent de machines de plus en plus puis­santes afin d’ob­te­nir des Bit­coins. Le minage (et donc les tran­sac­tions Bit­coins qu’il per­met de sécu­ri­ser) requiert des niveaux d’élec­tri­ci­té de plus en plus impor­tants.

Les tran­sac­tions Bit­coin néces­sitent désor­mais tel­le­ment d’éner­gie que l’élec­tri­ci­té uti­li­sée par une seule tran­sac­tion pour­rait assu­rer l’ap­pro­vi­sion­ne­ment éner­gé­tique d’un foyer pen­dant près d’un mois, d’a­près une étude effec­tuée par la banque néer­lan­daise ING.

Notez que la majeure par­tie du minage de Bit­coin est effec­tuée en Chine, un pays au sein duquel les prix de l’éner­gie élec­trique sont plus attrac­tifs que ceux que l’on retrouve dans la plu­part des pays occi­den­taux. Une telle hégé­mo­nie pour­rait tou­te­fois bien­tôt prendre fin, dans la mesure où cer­tains mineurs de la région ont décla­ré qu’ils cher­chaient désor­mais à délo­ca­li­ser leur entre­prise à l’é­tran­ger, de crainte que le gou­ver­ne­ment n’in­ter­dise ce type d’ac­ti­vi­té.

Ain­si, des inquié­tudes nais­santes au sujet des consé­quences envi­ron­ne­men­tales du minage de Bit­coin sont en train d’é­mer­ger – et devraient se faire plus pres­santes dans les années à venir. Cer­taines cryp­to-mon­naies ont d’ailleurs déjà recours au « proof-of-stake » (preuve d’en­jeu), un méca­nisme de sécu­ri­té bien moins gour­mand en éner­gie.

Réfé­rences : Busi­nes­sIn­si­derDai­ly­Sa­bah, Power­Com­pare, blockchain.info




[wpcrypto_list]