Bitcoin Démocratisation

Ledger lève 66 millions d’euros et ambitionne de devenir « un géant de la sécurisation de l’infrastructure blockchain »

éric larchevêque bloomberg

La star­tup fran­çaise Led­ger a annon­cé une levée de fonds de 66 mil­lions d’eu­ros en « Série B ». Elle compte ain­si finan­cer son déve­lop­pe­ment, notam­ment pour faire face à la hausse de la demande pour ses por­te­feuilles de crypto-monnaies.

Une nouvelle levée de fonds pour Ledger

Ledger Nano SDans le cadre de sa « Série B », la socié­té pari­sienne Led­ger a annon­cé ce jeu­di qu’elle avait levé 61 mil­lions d’eu­ros. Par­mi les inves­tis­seurs, on retrouve notam­ment la socié­té de capi­tal-risque Dra­per Espirit.

« Ce tour de table consti­tue l’une des “Séries B” les plus impor­tantes en date dans l’u­ni­vers des tech­no­lo­gies blo­ck­chain et des cryp­to-mon­naies (en excluant les ICOs) », a indi­qué la société.

Les fonds levés ser­vi­ront à finan­cer l’ex­pan­sion de Led­ger, et à lui per­mettre de ren­for­cer sa pré­sence à tra­vers le monde. Elle pré­voit éga­le­ment de pour­suivre ses efforts en recherche et déve­lop­pe­ment, mais aus­si d’a­gran­dir ses équipes. Il est pos­sible de consul­ter ses offres d’emploi en cli­quant sur ce lien.

Maison du BitcoinFon­dée en 2014, Led­ger dis­pose de bureaux en France (à Paris, avec la Mai­son du Bit­coin, ain­si qu’à Vier­zon) et à San Fran­cis­co. La socié­té, qui emploie actuel­le­ment 82 per­sonnes, est déjà profitable.

Comme l’a dévoi­lé son PDGÉric Lar­che­vêque, Led­ger a géné­ré 46 mil­lions d’eu­ros de reve­nus d’ex­ploi­ta­tion en 2017 – contre 600 000 euros en 2016. Si sa clien­tèle est mon­diale, elle serait prin­ci­pa­le­ment concen­trée dans les conti­nents amé­ri­cain, euro­péen et asiatique.

Et le diri­geant voit très grand pour 2018. Il espère vendre cette année entre 3 et 6 mil­lions d”  »hard­ware wal­lets » – en s’ap­puyant notam­ment sur la popu­la­ri­té de son modèle phare, le Led­ger Nano S.

Dans le même temps, Led­ger tente de séduire une nou­velle typo­lo­gie de clients : les ins­ti­tu­tions finan­cières. Même si l’on ne dis­pose encore que de détails minces concer­nant ce pro­jet , le Led­ger Vault devrait per­mettre aux banques, aux fonds d’in­ves­tis­se­ment ain­si qu’aux fami­ly offices de gérer leurs actifs numé­riques de manière sécu­ri­sée.

On se sou­vient que le cali­for­nien Coin­base avait éga­le­ment annon­cé il y a quelques semaines qu’il pré­voyait d’of­frir dès cette année des ser­vices simi­laires aux inves­tis­seurs ins­ti­tu­tion­nels, à tra­vers Coin­base Cus­to­dy.

Devenir un géant de la sécurité

éric LarchevêqueDans un entre­tien accor­dé à Bloom­berg, M. Lar­che­vêque a évo­qué sa vision pour Ledger :

« Nous pour­rons peut-être déci­der d’a­jou­ter notre logi­ciel sur d’autres péri­phé­riques – il s’a­git d’un indice au sujet de notre feuille de route. Au final, nous aime­rions deve­nir un géant tech­no­lo­gique dans la sécu­ri­sa­tion du Bit­coin et de l’in­fra­struc­ture blockchain »

Par­mi les autres inves­tis­seurs, ont retrouve Dra­per Ven­ture Net­work Funds, avec Dra­per Asso­ciates et Boost VC, ain­si que First­Mark Capi­tal, Cathay Inno­va­tion ou encore Kore­lya Capi­tal. Les action­naires déjà pré­sents dans le capi­tal, comme le Digi­tal Cur­ren­cy Group, ont éga­le­ment par­ti­ci­pé à ce tour de financement.

En insis­tant sur le besoin d’une sécu­ri­té à toute épreuve, Matt Turck, le direc­teur géné­ral de la socié­té First­Mark Capi­tal, a déclaré :

« Alors que le prix des mon­naies numé­riques et des tokens peuvent être sou­mis, de manière indi­vi­duelle, à de la vola­ti­li­té, l’é­co­sys­tème cryp­to et blo­ck­chain a émer­gé comme un nou­veau para­digme, et son impor­tante ne va ces­ser de croître. Dans la mesure où des sommes impor­tantes affluent dans cet éco­sys­tème, le besoin d’une infras­trc­ture offrant une sécu­ri­té à toute épreuve se fait plus pressant.

Ces finan­ce­ments font suite à un seed-fun­ding en 2015, qui avait per­mis à la socié­té de lever 1,3 mil­lions d’eu­ros. En avril 2017, Led­ger annon­çait avoir levé 7 mil­lions de dol­lars sup­plé­men­taires à tra­vers une « Série A ». Au total, la star­tup a pu lever plus de 85 mil­lions de dol­lars.

Lors de la rédac­tion de cet article, les Led­ger Nano S n’é­taient dis­po­nibles qu’en pré-com­mande, et seront livrés le 23 mars pro­chain. On peut tou­te­fois pen­ser que la socié­té sera bien­tôt en mesure de faire face à la demande crois­sante que sus­citent ses périphériques.

Réfé­rences : CCN, Bloom­berg, Ledger.fr

Rate this post
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
wem
wem
4 années il y a

N’é­tant pas expert dans la sécu­ri­té du Nano S, je me suis deman­dé quand même si en accep­tant cer­tains logi­ciels à y accé­der (ce qui est nor­mal), bref ces logi­ciels peuvent-ils en théo­rie, faire autre chose que ce que nous leur deman­dons ? Il existe de nom­breuses cryp­to­mon­naies pos­sibles en paral­lèle dans la Nano S, donc si quel­qu’un passe par là pour répondre à cette inter­ro­ga­tion j’en serais ravi. Parce que même si la clé est une mer­veille de coffre-fort, si on laisse quel­qu’un sim­ple­ment regar­der ce qu’il y a dedans, c’est assez dan­ge­reux. Que le logi­ciel agisse sur la mon­naie deman­dée, d’ac­cord, mais peut-il voir plus loin, en théo­rie ? Sin­cè­re­ment je pense que non, alors la page de Led­ger sur ce pro­duit devrait être très expli­cite sur ce qu’un logi­ciel peut et ne peut pas faire, ce qui ne serait pas du luxe quand on voit cer­taines vio­lences, mais aus­si les black hats…

Sylvain Saurel
Sylvain Saurel
4 années il y a

C’est plai­sant qu’une star­tup Fran­çaise soit recon­nue pour son exper­tise dans la sécu­ri­sa­tion du Bit­coin et de la Blo­ck­chain. La Blo­ck­chain est clai­re­ment une révo­lu­tion et il faut encou­ra­ger et sou­te­nir ce type de star­tups qui pour­raient deve­nir, pour­quoi pas, de futures licornes avec l’es­sor des cryp­to mon­naies à l’avenir.