Bitcoin Démocratisation

New York : le nouveau maire recevra ses trois premières paies en Bitcoin

Eric Adams

Le nou­veau maire de New York sou­haite faire de sa ville « le centre du sec­teur des cryptomonnaies ».

Eric Adams se tourne vers le Bit­coin. Dans un tweet publié jeu­di 4 novembre, le poli­ti­cien, fraî­che­ment élu maire de New York, a confié qu’il rece­vrait ses trois pre­miers salaires en Bit­coin :

« À New York, nous ne fai­sons pas les choses à moi­tié. Par consé­quent, je rece­vrai mes trois pre­mières paies en Bit­coin lorsque je devien­drai maire.

La ville de New York sera le centre du sec­teur des cryp­to­mon­naies et d’autres sec­teurs à forte crois­sance ! Atten­dez de voir ! »

Ce tweet a été publié en réponse à un autre tweet, publié par Fran­cis Sua­rez, le maire de Mia­mi. Mar­di, il avait décla­ré qu’il encais­se­rait sa pro­chaine paie « 100% en Bitcoin ».

Eric Adams a été élu maire de la ville de New York ce mer­cre­di. Dans un entre­tien accor­dé cette semaine à Bloom­berg, il a décla­ré qu’il sou­hai­tait rendre sa ville « busi­ness-friend­ly », et que cette volon­té impli­quait de limi­ter « tout ce qui pour­rait frei­ner crois­sance du Bit­coin et des cryptomonnaies ».

Il a éga­le­ment évo­qué les ini­tia­tives de Mia­mi, qui dis­pose désor­mais de sa propre cryp­to­mon­naie, le « Mia­mi­Coin ». L’homme a décla­ré que les deux villes pour­raient mener une « concur­rence ami­cale » dans l’é­co­sys­tème des actifs numériques.

Impos­sible de savoir pour l’ins­tant de quelle manière Eric Adams rece­vra ses pre­mières paies en Bit­coin. Il pour­rait tou­te­fois suivre l’exemple de Fran­cis Sua­rez, qui devrait vrai­sem­bla­ble­ment s’ap­puyer sur l’ap­pli­ca­tion Strike. Celle-ci per­met depuis octobre aux amé­ri­cains de conver­tir faci­le­ment leur salaire en Bitcoin.

De son côté, le maire de Mia­mi planche déjà sur plu­sieurs mesures des­ti­nées à favo­ri­ser l’a­dop­tion de la mon­naie numé­rique : pos­si­bi­li­té pour les employés de la ville de rece­voir leur salaire en BTC et pour les habi­tants de payer leurs impôts en cryp­to­mon­naie, mais aus­si inves­tis­se­ment d’une par­tie de la tré­so­re­rie de Mia­mi en Bitcoin.