Bitcoin Démocratisation

La ville de Miami va distribuer du Bitcoin à ses habitants grâce aux profits générés par son « MiamiCoin »

Miami Bitcoin

Mia­mi, qui sou­haite deve­nir un véri­table « centre Bit­coin », a déjà géné­ré plu­sieurs milions de dol­lars en « sta­kant » sa cryp­to­mon­naie, le Mia­mi Coin.

Mia­mi pour­suit son incur­sion dans la sphère Bit­coin. Son maire, Fran­cis Sua­rez, a annon­cé ce jeu­di 11 novembre que tous les habi­tants pour­ront obte­nir des divi­dendes en Bit­coin :

« Nous allons deve­nir la pre­mière ville des États-Unis à offrir aux habi­tants des ren­de­ments en Bit­coin en tant que divi­dendes », s’est-il félicité.

Les habi­tants n’au­ront pas besoin de déte­nir des Mia­mi­Coins pour être éli­gibles à ce versement.

« Nous allons créer des por­te­feuilles numé­riques pour la popu­la­tion », a indi­qué le maire. « Et nous allons leur don­ner des Bit­coins, tirés direc­te­ment des ren­de­ments issus du MiamiCoin ».

Objec­tif pour le diri­geant : démo­cra­ti­ser l’u­ti­li­sa­tion du BTC.

Cette ini­tia­tive, qui a pro­vo­qué l’en­thou­siasme de nom­breux « Bit­coi­ners », a tou­te­fois été cri­ti­quée par plu­sieurs obser­va­teurs :

Lan­cé en août à tra­vers l’i­ni­tia­tive « City­coins », le Mia­mi­Coin s’ap­puie sur le réseau de seconde couche « Stacks », qui per­met d’u­ti­li­ser des « smart contracts » sur la blo­ck­chain du Bitcoin.

MiamiCoin Stacks

Il est pos­sible de miner des Mia­mi­Coins en uti­li­sant des tokens STX. 30% de ces récom­penses de minage (en STX) sont envoyées vers un por­te­feuille appar­te­nant à la ville, qui peut ensuite conver­tir ces actifs en dollars.

Fonctionnement Miami CoinSuite à cette récente annonce, le cours du Mia­mi Coin a net­te­ment rebon­di. Lors de la rédac­tion de cet article, le MIA s’é­chan­geait à 0,02415 dol­lar, en hausse de près de 16% sur les 24 der­nières heures.

Cours du miamicoin (MIA) au 12 novembre 2021

L’ac­tif reven­di­quait une « Mar­ket Cap » de 47,7 mil­lions de dollars.

Miami se tourne vers les cryptos

Jus­qu’i­ci, le « sta­king » du Mia­mi­Coin a per­mis à la ville amé­ri­caine de géné­rer plus de 23 mil­lions de dol­lars. Mia­mi a la pos­si­bi­li­té de conver­tir ses dépôts en dol­lars, en fonc­tion de ses besoins.

Selon Fran­cis Sua­rez, si les ren­de­ments obte­nus res­taient stables, sa ville pour­rait un jour ain­si cou­vrir l’in­té­gra­li­té de ses besoins finan­ciers.

Le maire sou­haite faire de Mia­mi un véri­table « centre Bit­coin ». Il aime­rait notam­ment per­mettre à ses employés de rece­voir leur salaire en BTC, offrir aux citoyens la pos­si­bi­li­té de régler leurs amendes et leurs impôts en cryp­to­mon­naie, mais aus­si per­mettre à la ville d’investir une par­tie de sa tré­so­re­rie dans le Bitcoin.

La semaine der­nière, il avait annon­cé qu’il encais­se­rait sa pro­chaine paie en Bit­coin. Une ini­tia­tive simi­laire a été éga­le­ment prise ces der­niers jours par deux autres maires amé­ri­cains : Eric Adams (New York) et Jane Cas­tor (Tam­pa).