Bitcoin Produits dérivés financiers

Pour un courtier, les contrats à terme sur le Bitcoin doivent être isolés des autres contrats

Mise en quarantaine

Une grande socié­té de cour­tage a lan­cé de sérieux aver­tis­se­ments concer­nant les pré­cau­tions que devra prendre le CME (Chi­ca­go Mer­can­tile Exchange), qui a annon­cé qu’il pro­po­se­rait, dès le mois pro­chain, contrats à termes sur le Bit­coin à ses clients.

Dans une lettre ouverte datée du 14 Novembre, la socié­té Inter­ac­tive Bro­kers  a mis en garde concer­nant les dan­gers induits par des pro­duits finan­ciers liés à des cryp­to-mon­naies. Ses diri­geants ont ain­si contac­té la Com­mo­di­ty Futures Tra­ding Com­mis­sion (CFTC), qui selon eux devrait, sous l’é­gide de son pré­sident J. Chris­to­pher Gian­ca­rio, iso­ler les sys­tèmes de ges­tion propres aux pro­duits déri­vés sur les cryp­to-mon­naies.

Thomas Peterffy« Cette lettre vise à deman­der à la Com­mis­sion qu’elle oblige n’im­porte quel orga­nisme de com­pen­sa­tion qui sou­haite pro­po­ser une cryp­to-mon­naie, ou un pro­duit déri­vé sur une cryp­to-mon­naie, de le faire dans le cadre d’un sys­tème de com­pen­sa­tion sépa­ré des autres pro­duits d’in­ves­tis­se­ment, » a ecrit Tho­mas Peterf­fy, pré­sident d’Inter­ac­tive Bro­kers.

Cette lettre, publiée sur le site de la socié­té (et qui aurait fait l’ob­jet d’une publi­ci­té dans le Wall Street Jour­nal daté d’au­jourd’­hui) fait suite à l’an­nonce du Chi­ca­go Mer­can­tile Exchange (CME). Plus tôt dans la semaine, le CEO du CME avait indi­qué que le pre­mier contrat à terme sur le Bit­coin au monde serait dis­po­nible sur la pla­te­forme d’é­change de pro­duits déri­vés du groupe dans le cou­rant de la deuxième semaine du mois de Décembre.

Mais pour M. Peterf­fy, cette pos­si­bi­li­té risque de pro­vo­quer des risques signi­fi­ca­tifs. En effet, une chute bru­tale du prix d’une cryp­to-mon­naie en par­ti­cu­lier (en l’occurrence le Bit­coin) pour­rait for­te­ment désta­bi­li­ser le CME.

Il a ain­si expliqué :

« Si le Chi­ca­go Mer­can­tile Exchange, ou n’im­porte quel autre orga­nisme de com­pen­sa­tion, pro­pose une cryp­to-mon­naie conjoin­te­ment à d’autres pro­duits finan­ciers, alors une varia­tion impor­tante du prix de la cryp­to-mon­naie, qui désta­bi­li­se­rait les uti­li­sa­teurs qui spé­culent sur les cryp­to-mon­naies, pour­rait désta­bi­li­ser l’en­semble de l’or­ga­nisme de com­pen­sa­tion. Celui-ci pour­rait ne plus être à même de rem­plir son obli­ga­tion fon­da­men­tale, qui consiste à payer les gagnants sur un pro­duit avec l’argent des per­dants sur d’autres pro­duits, grâce à un même “pot commun”. »

Il pour­suit :

« La seule manière de pro­té­ger les orga­nismes de com­pen­sa­tion et leurs uti­li­sa­teurs (ain­si que le sys­tème finan­cier dans son ensemble) des risques inhé­rents à la com­pen­sa­tion finan­cière avec des cryp­to-mon­naies, c’est de faire en sorte que ces nou­veaux pro­duits soient pla­cés dans des sys­tème de com­pen­sa­tion sépa­rés, bien iso­lés de ceux des autres pro­duits finan­ciers, » a‑t-il conclu.

Réfé­rences : Coin­Desk, Busi­ness Insider