Ethereum

« Une modeste proposition » : Vitalik Buterin dévoile sa vision à long terme pour Ethereum

Présentation de Vitalik Buterin pendant la Devcon3

Que faire après avoir créé une cryp­to-mon­naie dont la valeur totale flirte avec la barre des 30 mil­lions de dol­lars ?

Un infor­ma­ti­cien de 23 ans, affu­blé d’un T-shirt vert « Doge», nous a don­né hier une réponse.

Lors de la confé­rence phare d’Ethereum, la Dev­con, le fon­da­teur du pro­jet Vita­lik Bute­rin a révé­lé qu’il était en train de tra­vailler sur le futur visage de son réseau Blo­ck­chain. Ce qu’il a pré­sen­té comme « une modeste pro­po­si­tion » doit plu­tôt être appré­hen­dé comme une véri­table feuille de route des évo­lu­tions tech­niques qu’allait rece­voir Ethe­reum, sur un hori­zon de 3 à 4 ans.

Par­ti­cu­liè­re­ment impli­qué dans la mise en place du « shar­ding», qui vise à désen­gor­ger le réseau, le jeune infor­ma­ti­cien a pré­sen­té une stra­té­gie solide, met­tant en lumière les pro­blèmes qui demeurent non réso­lus, en met­tant l’accent sur la sca­la­bi­li­té.

Dans la mesure où les nœuds d’Ethereum stockent tout ce qui s’est pro­duit sur le réseau, M. Bute­rin a expli­qué qu’il exis­tait un besoin pour des solu­tions qui pour­raient venir réduire les coûts de sto­ckage de ceux-ci, alors que l’activité au sein du réseau ne cesse d’augmenter.

C’est une pro­blé­ma­tique qui fait par­tie depuis long­temps des prio­ri­tés de l’informaticien. Sa pré­sen­ta­tion per­met­tait de prendre la mesure de sa déter­mi­na­tion à la solu­tion­ner, et de voir sa volon­té  de gal­va­ni­ser les déve­lop­peurs autour de ce qui devra consti­tuer un effort col­lec­tif.

« Le volume d’activité sur la Blo­ck­chain est extrê­me­ment plus impor­tant qu’il ne l’était il y a deux ans » a-t-il expli­qué, fai­sant réfé­rence aux volume crois­sant de tran­sac­tions jour­na­lières sur le réseau, mais aus­si à l’existence de plus de 20 000 nœuds au sein d’Ethereum.

Il a expli­qué que le réseau était désor­mais en lutte contre ses propres limites.

« La sca­la­bi­li­té, c’est le pro­blème numé­ro un. Il existe une quan­ti­té immense de sys­tèmes, aujourd’hui dis­pa­rus, qui décla­raient pou­voir régler cette pro­blé­ma­tique, mais qui n’ont pas su le faire. C’est donc un chal­lenge par­ti­cu­liè­re­ment déci­sif, et qui devrait s’avérer com­plexe à mener.»

Scinder le réseau

La réponse de Bute­rin tient en huit lettres : le shar­ding.

De quoi s’agit-il ? Le shar­ding, c’est une manière de répar­tir les don­nées en plu­sieurs couches. S’inspirant des bases de don­nées « tra­di­tion­nelles», Vita­lik Bute­rin aime­rait offrir la pos­si­bi­li­té à chaque nœud de n’héberger qu’une frac­tion de la tota­li­té du réseau. Ces nœuds pour­raient, en cas de besoin, s’appuyer sur d’autres pour récu­pé­rer des don­nées.

Mais com­ment y par­ve­nir d’un point de vue pra­tique ? Et sur­tout, com­ment s’assurer de ne pas mettre en péril la sécu­ri­té du réseau, et évi­ter que cer­tains nœuds ne décident de four­nir de fausses infor­ma­tions aux autres ?

Vita­lik Bute­rin a pro­po­sé un nou­veau type d’infrastructure de shar­ding, qui serait à même de résoudre à la fois les pro­blèmes de sca­la­bi­li­té et ceux de gou­ver­nance – tout en s’assurant du bon fonc­tion­ne­ment du réseau.

La pro­po­si­tion dévoi­lée aujourd’hui consiste à sépa­rer Ethe­reum dans dif­fé­rents types de « shards » (frac­tions de Blo­ck­chain). Il y aurait ain­si le shard prin­ci­pal, qui serait consti­tué par le réseau Ethe­reum tel qu’il est aujourd’hui, et d’autres shards, pré­sen­tés par Vita­lik Bute­rin comme d’autres « uni­vers ».

Le jeune infor­ma­ti­cien a expli­qué que ceci per­met­trait de limi­ter la néces­si­té d’apporter des modi­fi­ca­tions impor­tantes sur la Blo­ck­chain prin­ci­pale, pour réser­ver les ajouts les plus « agres­sifs » sur de plus petits chaînes satel­lites. C’est la rai­son pour laquelle ceci devrait per­mettre à Ethe­reum de conser­ver une cer­taine sta­bi­li­té, tout en offrant la pos­si­bi­li­té aux déve­lop­peurs de pou­voir rapi­de­ment expé­ri­men­ter de nou­velles solu­tions sur les autres shards.

Ou, comme M. Bute­rin l’explique :

« D’autres uni­vers, dans les­quels toutes les choses sur les­quelles nous tra­vaillons depuis plu­sieurs années pour­ront être déployées beau­coup plus rapi­de­ment.»

Présentation devcon3

Une vision d’avenir

Une nou­velle feuille de route a éga­le­ment été pré­sen­tée par le fon­da­teur d’Ethereum.

Elle contient notam­ment des mises à jour appor­tées à l”»Ethereum Vir­tual Machine » (EVM), la tech­no­lo­gie qui per­met de com­pi­ler le code des smart-contracts, et de le trans­mettre au réseau. Il a éga­le­ment évo­qué un autre pro­jet de longue date, eWASM, qui doit per­mettre d’utiliser Ethe­reum dans un navi­ga­teur Web.

Un autre pro­jet, qui consiste à accé­lé­rer la manière dont les logi­ciels se connec­tant au réseau pour­raient se syn­chro­ni­ser plus rapi­de­ment avec celui-ci, a été évo­qué.

« Vous allez entendre par­ler de plus en plus de cette idée», a-t-il décla­ré. Il a d’ailleurs invi­té les déve­lop­peurs du monde entier à appor­ter leur contri­bu­tion à ce pro­jet.

C’est tou­te­fois le shar­ding qui semble être au cœur des pré­oc­cu­pa­tions de Vita­lik Bute­rin – et qui devrait consti­tuer le plus grand chan­ge­ment appor­té au réseau sur les 3 ou 4 pro­chaines années. L’homme a pré­ci­sé que cer­tains déve­lop­peurs tra­vaillaient déjà sur le pro­jet.

Il a expli­qué par ailleurs que le tra­vail sur ce pro­to­cole était plus avan­cé que ce que pou­vaient ima­gi­ner cer­tains.

« Nous ne sommes qu’à quelques cen­ti­mètres d’une mise à jour fonc­tion­nelle, codée en Python » a-t-il conclu.

Réfé­rence : Coin­Desk

« Une modeste pro­po­si­tion » : Vita­lik Bute­rin dévoile sa vision à long terme pour Ethe­reum
5 (100%) 1 vote

Notice: Constant WP_USE_THEMES already defined in /home/akinator/crypto-france.com/index.php on line 14

Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/akinator/crypto-france.com/wp-includes/functions.php on line 3743