Minage

Japon : un fournisseur d’électricité exploite des excédents d’énergie solaire pour miner des crypto-monnaies

Panneaux solaires au Japon

Kuma­mo­to-Ener­gy, un pro­duc­teur et four­nis­seur d’élec­tri­ci­té japo­nais de la ville de Kuma­mo­to, a indi­qué qu’il avait récem­ment com­men­cé à uti­li­ser de l’éner­gie solaire pour miner des devises numé­riques. À rebours du sen­ti­ment qua­si-géné­ra­li­sé selon lequel les cryp­to-mon­naies auraient des impacts néga­tifs sur l’en­vi­ron­ne­ment, cette ini­tia­tive montre que ces actifs peuvent favo­ri­ser le déve­lop­pe­ment de sources d” éner­gie renou­ve­lables.

Dans la ville de Kumamoto, on mine des crypto-monnaies grâce à l’énergie solaire

Le château de Kumamoto
Le châ­teau de Kuma­mo­to

Il y a quelques jours, la socié­té Kuma­mo­to-Ener­gy Co Ltd a annon­cé qu’elle avait lan­cé en novembre der­nier Oz Mining, une filiale spé­cia­li­sée dans le minage de cryp­to-mon­naies.

Pour jus­ti­fier cette ini­tia­tive, la socié­té a expli­qué qu’elle sou­hai­tait pou­voir uti­li­ser plus effi­ca­ce­ment ses sur­plus d’élec­tri­ci­té. C’est la rai­son pour laquelle elle a déci­dé de miner des devises numé­riques, en tirant ain­si pro­fit de ses puis­santes ins­tal­la­tions dédiées à la pro­duc­tion d’éner­gie solaire. En effet, Kuma­mo­to-Ener­gy est affi­liée à TakeE­ner­gy­Cor­po­ra­tion Co Ltd, une socié­té qui exploite des « cen­trales solaires géantes » dans la pré­fec­ture de Kuma­mo­to.

L’en­tre­prise a appor­té des pré­ci­sions sup­plé­men­taires concer­nant cette acti­vi­té. OZ Mining achète de l’élec­tri­ci­té à Kuma­mo­to-Ener­gy à un prix pou­vant aller de 10 à 19 yens le kilo­watt­heure (soit envi­ron de 0,08 à 0,14 euros). Ces tarifs vont varier en fonc­tion de nom­breux fac­teurs, comme la zone d’ap­pro­vi­sion­ne­ment concer­née ou la sai­son de l’an­née. Et c’est elle qui va se char­ger de mettre en place ces fermes de minage – des fermes qui peuvent être ins­tal­lées par­tout où l’élec­tri­ci­té est dis­po­nible, selon les besoins de ses clients.

Enfin, OZ Mining pro­pose éga­le­ment des sys­tèmes clés en mains per­met­tant à plu­sieurs socié­tés de minage de coopé­rer entre elles.

Le minage pour un avenir plus écologique

La ville de Kumamoto
La ville de Kuma­mo­to

Par­mi les attaques les plus viru­lentes por­tées contre les cryp­to-mon­naies, on retrouve celles qui sont adres­sées au minage – un pro­ces­sus sou­vent jugé trop gour­mand en élec­tri­ci­té.

Cer­tains obser­va­teurs estiment d’ailleurs que cette acti­vi­té détour­ne­rait les cen­trales élec­triques d’une pro­duc­tion « utile », et redoutent qu’une grande par­tie de la pro­duc­tion éner­gé­tique mon­diale ne puisse un jour être acca­pa­rée par le minage de cryp­to-mon­naies.

Ces cri­tiques se concentrent sou­vent sur le minage de Bit­coin. Par­fois pré­sen­tée comme une « catas­trophe envi­ron­ne­men­tale », cette acti­vi­té consomme à elle seule plus d’éner­gie élec­trique que de nom­breux de pays – une consom­ma­tion qui se situe tou­te­fois bien en-deçà de celle des « data­cen­ters » situés aux États-Unis.

Ce cli­mat délé­tère pour­rait tou­te­fois être apai­sé par l’initiative de Kuma­mo­to-Ener­gy, qui montre que le minage de cryp­to-mon­naies peut par­ti­ci­per à la pré­ser­va­tion de l’en­vi­ron­ne­ment.

En effet, de nom­breuses sources d’éner­gie renou­ve­lables (solaire, éolienne, hydro­élec­trique ou encore géo­ther­mique) sont situées dans des lieux très éloi­gnés de ceux où résident les consom­ma­teurs. Par ailleurs, elles ont ten­dance à offrir des ren­de­ments très inégaux par rap­port aux sources tra­di­tion­nelles, plus pol­luantes. En uti­li­sant la capa­ci­té excé­den­taire de ces sources d’éner­gie pour miner des actifs numé­riques, la cryp­to-éco­no­mie peut aider à rendre l’éner­gie renou­ve­lable plus abor­dable et plus ren­table, et par consé­quent plus inté­res­sante à à exploi­ter.

Réfé­rence : News.Bitcoin




[wpcrypto_list]