Bitcoin Prix & Opinions

Le prix du Bitcoin dépasse les 17 500 dollars en Corée du Sud – mais pourquoi les habitants sont-ils prêts à payer plus cher leurs Bitcoins ?

Bitcoin Corée du sud

Si le prix du Bit­coin a dépas­sé ce matin la barre des 15 000 dol­lars, il convient de pré­ci­ser qu’il s’a­git là d’une moyenne, éta­blie en fonc­tion des prix consta­tés sur les pla­te­formes d’échange.

Et lorsque l’on s’in­té­resse aux dif­fé­rents niveaux de prix de la mon­naie numé­rique, on peut être frap­pé de consta­ter les écarts entre les pla­te­formes. On réa­lise ain­si qu’il existe un écart de près de 3 500 dol­lars entre le prix auquel s’é­change le Bit­coin sur Bit­fi­nex, la pre­mière pla­te­forme inter­na­tio­nale, et celui qui pré­vaut sur Bithumb, la pre­mière pla­te­forme sud-coréenne :

Bitfinex Bithumb

Il s’a­git du « même » Bit­coin… et pour­tant un site l’af­fiche à 14 200 dol­lars, et l’autre à 17 600 dol­lars – soit une « prime » de près de 25%. Mais quelles sont les rai­sons d’un tel écart ?

Une offre limitée

Logo BithumbD’a­près les don­nées four­nies par Coin­Mar­ket­Cap, la paire BTC/KRW s’é­change actuel­le­ment sur quatre pla­te­formes : Bithumb, Coi­none, Kor­bit et Coin­nest.

Le prix pro­po­sé par celles-ci, lors de la rédac­tion de cet article, était compris entre 17 700 et 17950 dol­lars (en se basant sur le taux de change entre le won sud-coréen et le dollar).

Et la paire BTC/KRW cor­res­pon­dait à 14% des échanges mon­diaux fai­sant inter­ve­nir le Bitcoin.

Le pro­blème ne semble donc pas être lié à la taille du mar­ché, qui devrait être suf­fi­sam­ment liquide pour que celui-ci puisse fonc­tion­ner « cor­rec­te­ment ». Il va nous fal­loir trou­ver d’autres expli­ca­tions à ces écarts de prix conséquents.

« Un fort mouvement communautaire »

Depuis plu­sieurs mois, la demande pour la mon­naie numé­rique a for­te­ment aug­men­té dans le pays – aus­si bien du côté des inves­tis­seurs ins­ti­tu­tion­nels que de celui des petits épargnants.

Tony LyuTony Lyu est le fon­da­teur et ancien PDG de Kor­bit, une grande pla­te­forme sud-coréenne d’échange de cryp­to-mon­naies. Il a récem­ment ten­té d’ex­pli­quer pour­quoi le Bit­coin sem­blait si popu­laire dans son pays.

Le bouche à oreille fonc­tionne très bien en Corée. Une fois que cer­taines per­sonnes ont inves­ti dans un actif, elles incitent les autres à faire de même. On assiste ain­si à un fort mou­ve­ment com­mu­nau­taire autour du Bit­coin », a expli­qué M. Lyu.

Et ces per­sonnes n’hé­sitent pas à ache­ter le Bit­coin à un prix plus éle­vé sur une pla­te­forme locale, qui leur a été recom­man­dée, plu­tôt que de ten­ter leur chance sur une pla­te­forme occi­den­tale comme Bit­fi­nex. On sait tou­te­fois que cer­tains sites, comme Coin­base, n’ac­ceptent pas, pour l’ins­tant, les clients sud-coréens.

S’il ne s’a­git pas d’un com­por­te­ment éco­no­mi­que­ment ration­nel, on peut com­prendre cette démarche qui consiste à uti­li­ser un site qui a été recom­man­dé par un proche.

Pour Kwak Keum­joo, pro­fes­seur en psy­cho­lo­gie au sein de l’u­ni­ver­si­té natio­nale de Séoul, cette hausse de la demande pour le Bit­coin serait en par­tie liée à l’ins­ta­bi­li­té poli­tique qui règne dans le pays. En effet, la pré­si­dente Park Geun-hye, empê­trée dans un scan­dale de cor­rup­tion, a été offi­ciel­le­ment des­ti­tuée en mars dernier.

« Les gens cherchent à se ras­su­rer en ache­tant un actif qui soit indé­pen­dant du pays », a expli­qué Mme Kwak.

Notez que le gou­ver­ne­ment ne semble pas enthou­siaste face à cet engoue­ment. La Finan­cial Ser­vices Com­mis­sion du pays a émis cette semaine une direc­tive qui inter­di­ra aux socié­tés finan­cières de pro­po­ser des contrats à terme sur le Bit­coin. Le pre­mier ministre sud-coréen avait quant à lui récem­ment décla­ré que le Bit­coin « pou­vait encou­ra­ger les jeunes popu­la­tions à s’a­don­ner à des acti­vi­tés illi­cites ».

Des opportunités d’arbitrage

Opportunités d'arbitrageCes écarts de prix semblent avoir fait les affaires de cer­tains tra­ders, qui peuvent géné­rer des pro­fits en ache­tant des Bit­coins sur des pla­te­formes euro­péennes, pour les revendre ensuite à un bien meilleur prix sur des pla­te­formes sud-coréennes.

George Kik­vadze‏, vice-pré­sident de la socié­té de minage Bit­fu­ry, a ain­si indi­qué qu’il par­ve­nait à géné­rer de l”  »argent facile » en tirant pro­fit des écarts de prix entre les pla­te­formes occi­den­tales et les sites sud-coréens :

George Kikvadze‏ twitter

Mais il est com­pli­qué de pro­fi­ter de telles oppor­tu­ni­tés d’ar­bi­trage. Il serait dif­fi­cile d’y par­ve­nir sans s’ap­puyer sur un local, qui se char­geait de conduire les tran­sac­tions en lieu et place d’un étranger.

Les pla­te­formes sud-coréennes sont extrê­me­ment strictes au sujet des lois contre le blan­chi­ment d’argent et contre le finan­ce­ment du ter­ro­risme. Les inter­nautes qui sou­haitent s’ins­crire sur ces sites doivent par ailleurs leur faire par­ve­nir un jus­ti­fi­ca­tif de reve­nus, et se sou­mettre à un entre­tien par web­cam.

D’a­près Cryp­to­Coins­News, pour qu’un inves­tis­seur étran­ger puisse revendre des Bit­coins en Corée du Sud, il doit res­pec­ter trois règles :

  • pos­sé­der un compte ban­caire dans son pays
  • pos­sé­der un compte ban­caire sud-coréen, ce qui est dif­fi­cile pour un étranger
  • trou­ver un moyen de trans­fé­rer ensuite les fonds de la Corée du Sud vers son pays

Les écarts de prix que l’on constate pour­raient être liés à ce ver­rouillage des pla­te­formes.

En effet, si tous les occi­den­taux avaient la pos­si­bi­li­té de s’ins­crire sur Bithumb, ils n’hé­si­te­raient pas à revendre des Bit­coins sur la pla­te­forme, à un prix éle­vé. Ceci pro­vo­que­rait une forte aug­men­ta­tion de l’offre de BTC sur le site, ce qui pour­rait venir dimi­nuer son prix – jus­qu’à ce qu’il devienne proche de celui que l’on peut consta­ter sur les pla­te­formes occidentales.

Réfé­rences : Cryp­to­coins­news, For­tune

5/5 – (2 votes)