Bitcoin Démocratisation

PDG de Coinbase : « L’adoption des crypto-monnaies n’a cessé de croître »

Brian Armstrong Coinbase

Brian Arm­strong, le PDG du géant Coin­base, a récem­ment accor­dé un entre­tien à Bloom­berg. Il y évoque notam­ment l’é­vo­lu­tion du taux d’a­dop­tion des cryp­to-mon­naies et les bar­rières régle­men­taires en vigueur dans cer­taines régions du globe.

« Une série de bulles et de corrections »

Bitcoin Bulle SpéculativeDans le cadre du Bloom­berg Players Tech­no­lo­gy Sum­mit qui s’est récem­ment tenu à San Fran­cis­co, Brian Arm­strong, le PDG de Coin­base, a évo­qué le taux d’a­dop­tion du Bit­coin et des cryp­to-mon­naies.

Si celui-ci conti­nue­rait à pro­gres­ser, son évo­lu­tion n’au­rait pas été suf­fi­sante pour enrayer la chute récente du prix du BTC. Pour l’en­tre­pre­neur, il fau­dra patien­ter plu­sieurs années avant d’as­sis­ter à une adop­tion géné­ra­li­sée des actifs numé­riques :

« Il va fal­loir attendre un cer­tain temps avant de pou­voir se rendre dans un Star­bucks aux États-Unis et régler son achat en cryp­to-mon­naies ».

M. Arm­strong estime qu’en­vi­ron 10% des cryp­to-mon­naies ache­tées sont uti­li­sées en tant que moyens de paie­ment. Il juge qu’il est impor­tant que ces actifs puissent être accep­tés dans de nom­breux éta­blis­se­ments phy­siques si l’on sou­haite pou­voir assis­ter à un degré plus éle­vé de leur uti­li­sa­tion.

Le diri­geant à com­pa­ré le Bit­coin aux pre­mières socié­tés de l’in­ter­net, et a expli­qué la vola­ti­li­té des prix en décla­rant ceci :

« Cette tech­no­lo­gie tra­verse une série de bulles et de cor­rec­tions. Chaque fois qu’elle le fait, elle atteint un nou­veau pla­teau. Les pro­jec­tions des inves­tis­seurs sont très diverses, mais l’a­dop­tion “dans le monde réel” n’a ces­sé de croître ».

En effet, his­to­ri­que­ment, le Bit­coin a connu plu­sieurs périodes de forte flam­bée, sui­vies par de vio­lentes baisses. Lors de cha­cune de ces phases, de nom­breux inves­tis­seurs sont entrés sur le mar­chés près du « pic » – et ont donc enre­gis­tré une forte dépré­cia­tion de leur cryp­to-por­te­feuille au cours des mois qui ont sui­vi.

Historique des chutes du Bitcoin

Si Brian Arm­strong juge que c’est le degré d’u­ti­li­sa­tion des cryp­to-mon­naies qui per­met­tra de pous­ser leurs prix à la hausse, il espère que cette démo­cra­ti­sa­tion se fera à un rythme plus sou­te­nu que celui qu’il constate actuel­le­ment.

Rap­pe­lons que, pour cer­tains obser­va­teurs, le Bit­coin et les cryp­to-mon­naies en seraient au même niveau, en termes d’a­dop­tion, que l’é­tait l’In­ter­net en 1994. Selon cette théo­rie, nous ne nous situe­rions encore qu’aux pré­mices d’un phé­no­mène sus­cep­tible de bou­le­ver­ser la manière dont nous échan­geons de la valeur. Le BTC serait ain­si encore doté d’un for­mi­dable poten­tiel d’ap­pré­cia­tion.
Projection du taux d'adoption des crypto-monnaies

D’ailleurs, selon un récent son­dage com­man­dé par le géant ban­caire Wells Far­go, seuls 2% des inves­tis­seurs amé­ri­cains détien­draient du Bit­coin. Ils ne seraient que 1% à pré­voir d’en ache­ter dans un ave­nir proche. Des chiffres qui laissent pen­ser qu’il fau­dra sans doute patien­ter plu­sieurs années avant que le pre­mier actif numé­rique ne devienne un sup­port d’in­ves­tis­se­ment incon­tour­nable.

Starbucks clarifie sa position

Starbucks argentineAlors que l’on appre­nait il y a quelques jours que Star­bucks allait s’as­so­cier à la star­tup blo­ck­chain Bakkt lan­cée par Inter­con­ti­nen­tal Exchange – l’en­tre­prise qui détient le New York Stock Exchange –, de nom­breux obser­va­teurs ont cru com­prendre que la chaîne de cafés amé­ri­caine allait accep­ter direc­te­ment les paie­ments en cryp­to-mon­naies dans ses bou­tiques.

Mais cet enthou­siasme fut de courte durée, puis­qu’elle a récem­ment cla­ri­fié son ini­tia­tive. Celle-ci se résu­me­ra à la mise en place d’un envi­ron­ne­ment de test pour l’im­plé­men­ta­tion de solu­tions qui per­met­tront de conver­tir des actifs numé­riques en mon­naies fidu­ciaires, avant de pou­voir uti­li­ser ces der­nières pour s’a­che­ter du thé ou du café. Elle ne devrait donc pas, du moins à moyen terme, emboî­ter le pas à une entre­prise comme Over­stock, qui accepte déjà direc­te­ment les cryp­to-mon­naies (et en conserve une par­tie).

Voi­ci ce que l’un des porte-paroles de Star­bucks a décla­ré au site Mother­board :

« Il est impor­tant de cla­ri­fier le fait que nous n’al­lons pas accep­ter d’ac­tifs numé­riques. La pla­te­forme d’é­change conver­ti­ra des actifs numé­riques comme le Bit­coin en dol­lars amé­ri­cains, qui pour­ront ensuite être dépen­sés chez Star­bucks ».

Des barrières réglementaires

Loi BitcoinM. Arm­strong a par ailleurs évo­qué les bar­rières régle­men­taires mises en place par cer­tains gou­ver­ne­ments qui sou­haitent décou­ra­ger leurs citoyens d’u­ti­li­ser le Bit­coin.

« La plu­part des ter­ri­toires du “monde libre” sont en train d’a­dop­ter cette tech­no­lo­gie. Ils cherchent tou­te­fois à pro­té­ger les épar­gnants », déclare le fon­da­teur de Coin­base. « Il y aura tou­jours cer­tains pays dans le monde où le Bit­coin et les cryp­to-mon­naies feront l’ob­jet de res­tric­tions, comme c’est déjà le cas pour l’in­ter­net ».

Il estime cepen­dant que c’est dans les pays mar­qués par une forte crise éco­no­mique – comme le Vene­zue­la (ou, dans une moindre mesure, la Tur­quie) –, que les actifs numé­riques pour­raient être les plus uti­lies.

« Je suis enthou­siaste vis-à-vis des pays qui tra­versent une crise éco­no­mique. Au cours des trois à cinq pro­chaines années, lorsque tout le monde aura accès à inter­net et pos­sé­de­ra un smart­phone, on pour­ra voir de nom­breux indi­vi­dus adop­ter le Bit­coin et les cryp­to-mon­naies comme des alter­na­tives ».

L’an­née der­nière, Coin­base avait per­mis à ses clients d’é­chan­ger l’é­qui­valent de 150 mil­liards de dol­lars de cryp­to-mon­naies. Selon M. Arm­strong, l’en­tre­prise avait enre­gis­tré, en moyenne, 50 000 ins­crip­tions quo­ti­diennes en 2017.

Réfé­rences : Bloom­bergCoin­gape, Bit­coi­nist

Cet article ne consti­tue pas une recom­man­da­tion d’investissement. Nous vous sug­gé­rons de mener vos propres recherches avant de déci­der de vous pro­cu­rer des cryp­to-mon­naies – des actifs extrê­me­ment ris­qués. Ne dépen­sez pas plus que ce que vous pou­vez vous per­mettre de perdre. Nous ne sau­rons être tenus res­pon­sables de toute perte en capi­tal, en lien avec la lec­ture de cet article.




[wpcrypto_list]