Bitcoin Prix & Opinions

Pour le CEO de Goldman Sachs, il est encore trop tôt pour prendre en charge le trading de Bitcoin

Lloyd Blankfein Goldman Sachs

À l’op­po­sé de plu­sieurs de ses confrères de Wall Street, Lloyd Blank­fein, le CEO de Gold­man Sachs, a jus­qu’i­ci adop­té une approche prag­ma­tique vis-à-vis du Bit­coin.

Il s’é­tait expri­mé au début du mois de novembre au sujet de la cryp­to-mon­naie, affir­mant res­sen­tir “un cer­tain niveau d’inconfort” par rap­port à celle-ci, mais expli­quant qu’il était “tou­jours en train d’y réflé­chir “, et qu’il se refu­sait à l””approu­ver ou à la reje­ter ».

Il avait d’ailleurs expli­qué que les « mon­naies-papier » que nous uti­li­sons aujourd’­hui avaient fait l’ob­jet de vives cri­tiques lors de leur intro­duc­tion, pour être fina­le­ment accep­tées par l’en­semble des popu­la­tions.

Il semble ain­si lais­ser entendre que, même s’il ne l’ap­pré­cie pas, le Bit­coin sera peut-être à l’a­ve­nir une forme de paie­ment incon­tour­nable, et qu’il ne sou­haite donc pas lui fer­mer la porte.

Au cours d’un entre­tien accor­dé jeu­di après-midi à la chaîne de télé­vi­sion Bloom­berg, M. Blank­fein a décla­ré :

« [Le Bit­coin], ce n’est pas fait pour moi. Mais il y a de nom­breuses choses qui n’é­taient pas, dans le pas­sé, faites pour moi, qui ont très bien fonc­tion­né. Si on se retrou­vait dans 20 ans et qu’on réa­li­sait que le Bit­coin avait fonc­tion­né, je pour­rais vous expli­quer pour­quoi il a fonc­tion­né. Mais, si je me base sur tout ce que je sais, je ne peux pas affir­mer qu’il va fonc­tion­ner. »

Lloyd Blankfein Bitcoin Bloomberg

Un vecteur de fraude

Lloyd Blank­fein n’est pas pour autant par­ti­cu­liè­re­ment tendre avec le Bit­coin. Lorsque la pré­sen­ta­trice lui a deman­dé ce qu’il pen­sait des risques asso­ciés à la devise numé­rique, il a évo­qué son uti­li­sa­tion à des fins cri­mi­nelles :

L’une des prin­ci­pales uti­li­sa­tion du Bit­coin : c’est un vec­teur qui per­met de per­pé­tuer des fraudes. Et c’est peut-être pour cela que vous ne pou­vez pas le “tra­cker”. Certes, c’est comme les espèces, mais il est par­fois dif­fi­cile d’ac­cu­mu­ler des espèces. »

« Nous y réfléchirons »

Lors­qu’on lui a ensuite deman­dé si Gold­man Sachs pour­rait un jourse tour­ner vers le Bit­coin, dans le cadre de sa stra­té­gie d’in­ves­tis­se­ment, M. Blank­fein a répon­du :

« Nous ver­rons. Si ça fonc­tionne et que ça se démo­cra­tise, qu’il s’é­change comme une reserve de valeur, qu’il ne monte et ne des­cend pas de 20% et qu’il y a suf­fi­sam­ment de liqui­di­té, nous y réflé­chi­rons. »

Ces décla­ra­tions inter­viennent alors que la socié­té Nas­daq a annon­cé hier qu’elle allait pro­po­ser un contrat à terme sur le Bit­coin dans le cou­rant du deuxième tri­mestre de l’an­née 2018. Elle emboîte ain­si le pas au CME Group, qui a pré­vu d’of­frir une telle pos­si­bi­li­té à ses clients dès la deuxième semaine de décembre.

Réfé­rences : Bloom­berg, Coin­Te­le­graph




[wpcrypto_list]