Bitcoin Prix & Opinions

Bill Gates : « Je “shorterai” le Bitcoin s’il existait un moyen simple de le faire »

Bill Gates

Le mil­liar­daire Bill Gates, connu pour être très cri­tique vis-à-vis de l’é­co­sys­tème des cryp­to-actifs, a récem­ment décla­ré qu’il serait prêt à spé­cu­ler à la baisse sur le cours du Bitcoin.

Une catégorie d’actif qui ne produit aucune valeur

« Je “shor­te­rai” le Bit­coin s’il exis­tait un moyen simple de le faire », a décla­ré M. Gates le 7 mai à CNBC lors d’un entre­tien auquel ont par­ti­ci­pé ses confrères mil­liar­daires War­ren Buf­fett et Char­lie Mun­ger. « En tant que caté­go­rie d’ac­tif, il ne pro­duit rien, on ne peut donc pas s’at­tendre à ce que sa valeur augmente ».

« Il s’a­git d’un inves­tis­se­ment du type “grea­ter fool theo­ry”  » [ndlr : la théo­rie selon laquelle le prix d’un actif n’est pas déter­mi­né par sa valeur intrin­sèque, mais par des attentes et des croyances irra­tion­nelles de la part des par­ti­ci­pants au marché].

Le scep­ti­cisme de Bill Gates à l’é­gard de l’ac­tif numé­rique n’est tou­te­fois pas surprenant.

En mars der­nier, au cours d’une séance de “ask me any­thing” sur le site Red­dit, le cofon­da­teur de Micro­soft avait décla­ré que les devises numé­riques pou­vaient être liées au finan­ce­ment du ter­ro­risme et au blan­chi­ment d’argent, du fait de l’anonymat qu’elles offri­raient à leurs déten­teurs. Il avait éga­le­ment indi­qué qu’elles étaient sus­cep­tibles d’en­traî­ner des décès, puis­qu’elles seraient notam­ment uti­li­sées pour ache­ter des pro­duits stupéfiants :

« À l’heure actuelle, les cryp­to-mon­naies sont uti­li­sées pour l’a­chat de fen­ta­nyl et d’autres drogues, c’est donc l’une des rares tech­no­lo­gies ayant cau­sé des décès de façon assez directe. Je pense que la spé­cu­la­tion autour des ICOs [Ini­tial Coin Offe­rings] et des devises numé­riques est très ris­quée pour les inves­tis­seurs à long terme, » avait-il déclaré.

Même s’il a fait l’é­loge de la tech­no­lo­gie blo­ck­chain, le mil­liar­daire estime que les mon­naies vir­tuelles ne consti­tuent pas des inves­tis­se­ments rationnels :

« Je crois fer­me­ment que le Bit­coin et les ICOs font par­tie des choses les plus folles et les plus spé­cu­la­tives dans les­quelles il soit pos­sible d’in­ves­tir de l’argent ».

M. Gates – dont la for­tune s’é­lève à 91 mil­liards de dol­lars grâce au qua­si-mono­pole dont jouit Micro­soft depuis plu­sieurs décen­nies – a décla­ré que quel­qu’un lui avait offert du Bit­coin pour son anni­ver­saire, mais qu’il avait ensuite reven­du ses actifs.

Notons que M. Gates pour­rait, s’il le sou­hai­tait, très faci­le­ment « shor­ter » le Bit­coin – et ten­ter ain­si de tirer pro­fit de son éven­tuelle chute. Il pour­rait pour cela uti­li­ser une pla­te­forme d’é­change telle que Bit­MEX, ou bien d’ou­vrir une posi­tion ven­deur sur les contrats à terme indexés sur le Bit­coin pro­po­sés par le CBOE et le CME. Enfin, il pour­rait patien­ter quelques semaines et se tour­ner vers Gold­man Sachs, qui pro­po­se­ra bien­tôt de tels ins­tru­ments financiers.

« Le Bitcoin ne vaut rien »

Charlie Munger
Char­lie Munger

Les trois célèbres magnats se sont retrou­vés le week-end der­nier en leur qua­li­té de membres du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de Berk­shire Hatha­way. Lors de cette réunion, War­ren Buf­fett, le PDG de la socié­té d’in­ves­tis­se­ment, a une nou­velle fois cri­ti­qué le Bit­coin, le qua­li­fiant cette fois de « mort-aux-rats ».

Au cours du même entre­tien, Char­lie Mun­ger – le vice-pré­sident de l’en­tre­prise – a décla­ré que le BTC était « dénué de valeur ».

« Le Bit­coin ne vaut rien, c’est de l’or arti­fi­ciel », a dit M. Mun­ger. « Ce n’est pas quelque chose dont le monde a besoin. Le fait qu’il s’a­gisse d’une science infor­ma­tique intel­li­gente ne signi­fie pas qu’il devrait être lar­ge­ment uti­li­sé, et que des gens res­pec­tables devraient encou­ra­ger d’autres per­sonnes à spé­cu­ler sur cet actif ».

Âgé de 94 ans, M. Mun­ger ne com­prend pas les rai­sons qui poussent cer­tains inves­tis­seurs à se tour­ner vers le Bitcoin :

« C’est comme si quel­qu’un négo­ciait de la m… et qu’on vous lais­sait de côté », a‑t-il déclaré.

Au mois de décembre 2017, alors que le BTC fran­chis­sait de nou­veaux records his­to­rique, l’in­ves­tis­seur avait appe­lé le public à « fuir le Bit­coin comme la peste ».

L’émergence d’une nouvelle génération

Zhao ChangpengÀ rebours du sen­ti­ment bais­sier expri­mé par plu­sieurs mil­liar­daires de la « vieille garde », une nou­velle géné­ra­tion d’en­tre­pre­neurs et d’in­ves­tis­seurs semble être bien plus opti­miste vis-à-vis des cryp­to-mon­naies.

C’est notam­ment le cas de Chang­peng Zhao, le fon­da­teur de Binance. Lan­cée en juillet 2017, Binance est deve­nue en seule­ment quelques mois la pre­mière pla­te­forme d’é­change de cryp­to-mon­naies en termes de volumes échangés.

« Je suis convain­cu à 100 % que les cryp­to-mon­naies repré­sentent l’a­ve­nir », a‑t-il décla­ré à la chaîne de télé­vi­sion Bloom­berg. « Je sais que cela arrivera ».

De leur côté, les jumeaux Tyler et Came­ron Wink­le­voss – ren­dus célèbres pour leurs déboires avec Mark Zucker­berg – ont été immé­dia­te­ment séduits par la pro­messe du Bit­coin. Ils avaient décou­vert soin exis­tence en 2012, avant de s’of­frir dans la fou­lée 120 000 BTCs. Les fon­da­teurs de la pla­te­forme d’é­change Gemi­ni estiment que ceux qui doutent du poten­tiel des cryp­to-mon­naies souf­fri­raient d’une forte « carence en ima­gi­na­tion ».

Réfé­rence : CCN

2.5/5 – (6 votes) 
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Anonymous
Anonymous
5 années il y a

Lol il existe des moyens très simple pour shor­ter le Bit­coin… La pla­te­forme de tra­ding eTo­ro pro­pose de le faire par exemple

Anonymous
Anonymous
5 années il y a

C’est n’im­porte quoi.… Ils disent ça pour par­ler, mais il existe des moyens très simple pour shor­ter le Bit­coin ou les autres cryp­to mon­naies. La pla­te­forme de tra­ding eTo­ro per­met de shor­ter très faci­le­ment et ce n’est pas la seul pla­te­forme… Donc qu’ils le shortent au lieu de dire de la merde.