Ethereum

« Endgame » : Vitalik Buterin dévoile la feuille de route d’Ethereum 2.0

Eth Ethereum pièces

Le pro­ces­sus de lan­ce­ment d’E­the­reum 2.0 avait démar­ré en novembre 2020. Le pas­sage du réseau vers un pro­to­cole de vali­da­tion par preuve d’en­jeu, dans lequel les mineurs seront rem­pla­cés par des « sta­kers », devrait faire de l’ETH un actif déflationniste.

Vita­lik Bute­rin, le cofon­da­teur d’E­the­reum, a pré­sen­té une « feuille de route cré­dible » pour Ethe­reum 2.0. Il a pro­po­sé un ave­nir dans lequel la pre­mière pla­te­forme de « smart contracts » pour­rait gran­de­ment amé­lio­rer sa « sca­la­bi­li­té », tout en conti­nuant à être « trust­less » (avec des par­ti­ci­pants qui n’ont pas besoin de se faire confiance) et rési­tante à la censure.

Dans un article publié lun­di et bap­ti­sé « end­game » (dénoue­ment), le jeune infor­ma­ti­cien a ten­té de mon­trer com­ment une blo­ck­chain de grande taille – défi­nie par une fré­quence de créa­tion de blocs éle­vée, une taille de blocs impor­tante et plu­sieurs mil­liers de tran­sac­tions par seconde – pour­rait tou­jours être consi­dé­rée comme suf­fi­sam­ment« trust­less » et résis­tante à la cen­sure. Le com­pro­mis à accep­ter pour atteindre ce niveau de « sca­la­bi­li­té » tien­drait dans la cen­tra­li­sa­tion de la pro­duc­tion de blocs.

Voi­ci les solu­tions sug­gé­rées par le programmeur :

  • « un second niveau de “sta­king”, avec de faibles besoins en res­sources » pour effec­tuer la vali­da­tion des blocs ;
  • « l’in­tro­duc­tion d’un méca­nisme de lutte contre la fraude ou de ZK-SNARKS (Preuve à divul­ga­tion nulle de connais­sance) pour per­mettre aux uti­li­sa­teurs de véri­fier la vali­di­té des blocs de manière directe et à bas coût » ;
  • et « l’in­tro­duc­tion d’un sys­tème d’é­chan­tillon­nage de la dis­po­ni­bi­li­té des don­nées pour per­mettre aux uti­li­sa­teurs de véri­fier la dis­po­ni­bi­li­té d’un bloc et ajou­ter des canaux de tran­sac­tion secon­daires afin d’empêcher la censure ».

Ces mises à jour per­met­tront d’ob­te­nir « une chaîne dans laquelle la pro­duc­tion de blocs res­te­ra cen­tra­li­sée, mais où leur vali­da­tion sera “trust­less” et for­te­ment décen­tra­li­sée, avec une “magie” anti-cen­sure spé­cia­li­sée qui empê­che­ra les pro­duc­teurs de blocs de cen­su­rer [d’autres participants] ».

Vita­lik Bute­rin a indi­qué que la pro­duc­tion de blocs res­te­rait cen­tra­li­sée, et ce mal­gré la mise en place de « rol­lups » – des solu­tions de « seconde couche » déployées autour de la blo­ck­chain Ethereum.

« Aucun “rol­lup” unique ne doit pou­voir gérer un niveau d’ac­ti­vi­té proche de la majo­ri­té sur Ethe­reum. À la place, ils doivent pou­voir tous trai­ter au maxi­mum  quelques cen­taines de tran­sac­tions par seconde », a‑t-il ajouté.

Pour le cofon­da­teur d’E­the­reum, il existe une pro­ba­bi­li­té impor­tante que la pro­duc­tion de blocs reste cen­tra­li­sée, quel que soit le che­min vers la « sca­la­bi­li­té » que le réseau prendra.

L’en­thou­siasme gran­dit autour d’E­the­reum depuis le démar­rage de sa longue tran­si­tion vers un pro­to­cole de vali­da­tion par preuve d’en­jeu, enclen­ché en novembre 2020. En août der­nier, la blo­ck­chain avait mis en place le « hard fork » Lon­don, qui com­por­tait notam­ment la mise à jour EIP-1559. Celle-ci consiste à détruire une par­tie des frais de tran­sac­tion ver­sés aux mineurs, favo­ri­sant une contrac­tion de l’offre d’ETH.

EIP-1559

Lors de la rédac­tion de cet article, plus de 1,13 mil­lions d’E­thers avaient ain­si « brû­lés », soit l’é­qui­valent de près de 5 mil­liards de dol­lars aux cours actuels.

Rate this post