Ethereum

Fondation Ethereum : Vitalik Buterin annonce le lancement de deux programmes de subventions destinés à s’attaquer à la problématique de la scalabilité

Ethereum Logo

La Fon­da­tion Ethe­reum a annon­cé le lan­ce­ment de deux pro­grammes de sub­ven­tions. Ceux-ci visent à finan­cer des pro­jets qui pour­raient per­mettre de faire face à la hausse du nombre de tran­sac­tions qui pré­vaut sur le réseau Ethereum.

Des programmes de subventions pour « scaler » Ethereum

Vita­lik Bute­rin, le co-fon­da­teur d’E­the­reum, semble déter­mi­né à s’at­ta­quer à la pro­blé­ma­tique de la sca­la­bi­li­té. Dans une annonce publiée le 2 jan­vier 2018, il dévoile la mise en place de deux pro­grammes de sub­ven­tions des­ti­nés à finan­cer les pro­jets qui pour­ront favo­ri­ser le déve­lop­pe­ment des deux angles qu’il a choi­sis pour faire face aux consé­quences de la popu­la­ri­té d’E­the­reum : le « shar­ding » et les « pro­to­coles de seconde couche ».

La Fon­da­tion Ethe­reum appelle ain­si les équipes de déve­lop­peurs, les socié­tés et les uni­ver­si­taires à can­di­da­ter en pré­sen­tant leur pro­jet. Ceux-ci pour­ront ain­si pré­tendre à des sub­ven­tions allant de 50 000 à 1 000 000 de dol­lars, qui récom­pen­se­ront les efforts four­nis par les par­ti­ci­pants pour accroître la capa­ci­té de l’é­co­sys­tème. Ces sub­ven­tions seront dis­tri­buées en fonc­tion de la dif­fi­cul­té des pro­blèmes aux­quels s’at­ta­que­ront ces équipes, mais aus­si de l’im­pact que pour­ra avoir leur pro­jet sur l’a­ve­nir du réseau.

Pour Vita­lik Bute­rin, la sca­la­bi­li­té consti­tue « le défi tech­nique clé le plus impor­tant » pour per­mettre une adop­tion mas­sive des appli­ca­tions blockchain.

En effet, si l’on a pu assis­ter à la flam­bée du cours de l’E­ther en 2017 (le prix de la mon­naie numé­rique est pas­sé de 8 à 750 dol­lars), les tran­sac­tions effec­tuées sur le réseau ne sont pas en reste. Celles-ci ont for­te­ment aug­men­té ces der­niers mois – on en dénombre désor­mais plus d’1 mil­lion par jour :

Augmentation du nombre de transactions Ethereum

Pour y faire face, le jeune déve­lop­peur rus­so-cana­dien a évo­qué les deux leviers prin­ci­paux qui pour­raient être uti­li­sés :  le « shar­ding » et les « pro­to­coles de seconde couche » – des leviers qui seraient, selon lui, « com­plé­men­taires ».

Le « Sharding »

Actuel­le­ment en phase de déve­lop­pe­ment, le shar­ding pour­rait per­mettre de désen­gor­ger le réseau en répar­tis­sant les don­nées à tra­vers plu­sieurs couches. Chaque nœud Ethe­reum pour­rait ain­si se conten­ter de n’hé­ber­ger qu’une frac­tion de la tota­li­té de la blo­ck­chain. Ces nœuds pour s”  »aider » les uns les autres pour récu­pé­rer les don­nées dont ils auront besoin.

Alors qu’un pro­to­type fonc­tion­nel du shar­ding pour­rait sor­tir dans les pro­chains mois, son implé­men­ta­tion néces­si­te­ra le déve­lop­pe­ment d’une série de logi­ciels qui per­met­tront de mener à bien des tests préliminaires.

« Au cours de la pro­chaine étape », explique Vita­lik Bute­rin, « nous vou­lons que vous soyez impli­qués. Nous sou­hai­tons que le “test­net” du shar­ding d’E­the­reum, puis le “main­net” du shar­ding, puissent dès le départ être asso­ciés à un éco­sys­tème mul­ti-logi­ciel – la Fon­da­tion Ethe­reum ne sou­tien­dra aucune implé­men­ta­tion spé­ci­fique ».

« La Fon­da­tion Ethe­reum offri­ra des sub­ven­tions à des groupes indé­pen­dants, au sein de la com­mu­nau­té, qui sou­haitent nous aider à implé­men­ter le shar­ding, et à par­ti­ci­per à la mise en place des “test­nets” et des “main­nets” du sharding.

Ces paie­ments ne sont PAS des­ti­nés à consti­tuer des sources de pro­fits sub­stan­tiels pour les orga­ni­sa­tions qui les rece­vront ; ils visent à cou­vrir les coûts qui seront néces­saires. Il faut ain­si com­prendre que tous ceux qui par­ti­cipent à ce pro­gramme se ver­ront offrir l’op­por­tu­ni­té unique de prendre part au déve­lop­pe­ment d’E­the­reum 2.0, en col­la­bo­ra­tion étroite avec les cher­cheurs d’E­the­reum Core, et de par­ti­ci­per au déve­lop­pe­ment de l’un des pre­miers logi­ciels qui sera dis­po­nible lorsque le main­net du shar­ding sera déployé. »

Par ailleurs, une équipe de recherche sub­ven­tion­née par la Fon­da­tion Ethe­reum offri­ra une inté­gra­tion en conti­nu pour le lan­guage de pro­gram­ma­tion Python, afin de pou­voir pro­po­ser une preuve de concept qui per­met­tra de démon­trer la fai­sa­bi­li­té des propositions.

Des solutions « de seconde couche »

Au-delà du shar­ding, des solu­tions de sca­la­bi­li­té « de seconde couche » telles que Plas­ma ou les State Chan­nels feront l’ob­jet d’un deuxième pro­gramme de sub­ven­tion, afin d’en­cou­ra­ger les recherches liées à celles-ci.

Les solu­tions de seconde couche consti­tuent des pla­te­formes et des pro­to­coles auxi­liaires qui pour­ront per­mettre de désen­gor­ger la blo­ck­chain d’E­the­reum en effec­tuant des cal­culs en dehors de celle-ci.

Qu’ils s’a­gisse ou non de blo­ck­chains, ces espaces numé­riques alter­na­tifs fonc­tion­ne­ront d’une manière dif­fé­rente à celle du réseau Ethe­reum. En effet, les tran­sac­tions qu’ils pren­dront en charge devront être véri­fiées, d’une manière ou d’une autre, au tra­vers du calque « de base » – autre­ment dit, de la blo­ck­chain Ethereum.

M. Bute­rin a indi­qué que la Fon­da­tion Ethe­reum sou­hai­tait per­mettre à ces équipes d”  »exer­cer leur créa­ti­vi­té et de déve­lop­per des pro­po­si­tions de blo­ck­chains sca­lables, tout ceci en res­tant au sein de la famille Ethe­reum ».

La Fon­da­tion ambi­tionne ain­si d’en­cou­ra­ger les déve­lop­pe­ments qui pour­ront appor­ter des amé­lio­ra­tions à la blo­ck­chain Ethereum :

« Pour y par­ve­nir, nous annon­çons un pro­gramme de sub­ven­tions dédié aux pro­jets qui déve­lop­pe­ront des pla­te­formes “layer 2” de sca­la­bi­li­té et de réduc­tion de la latence qui pour­raient être déployées “au-des­sus” d’E­the­reum, en béné­fi­ciant de la sécu­ri­té propre à la blo­ck­chain Ethe­reum en tant que « couche de base », et en ayant la pos­si­bi­li­té d’interagir avec la com­mu­nau­té et avec la pla­te­forme Ethereum ».

Les groupes qui sou­haitent dépo­ser leur can­di­da­ture doivent faire par­ve­nir un e‑mail à la Fon­da­tion, en indi­quant le nom de leur pro­jet, l’i­den­ti­té du can­di­dat ain­si qu’une liste des déve­lop­peurs qui seront impli­qués. La can­di­da­ture devra éga­le­ment inclure une pré­sen­ta­tion du pro­jet, qui pré­ci­se­ra l’im­pact qu’il pour­rait avoir sur la sca­la­bi­li­té d’E­the­reum, mais éga­le­ment des infor­ma­tions rela­tives à l’ex­pé­rience de l« équipe dans les domaines du chif­fre­ment, de la blo­ck­chain ou des registres distribués.

Enfin, les groupes can­di­dats devront four­nir un calen­drier et une esti­ma­tion du bud­get néces­saire à la réa­li­sa­tion de leur projet.

À lire également :

Réfé­rences : ETHNews.com, Blog.Ethereum.org, Ethers­can