NFT

NFTs : Marvel et DC Comics souhaitent empêcher les artistes de vendre des images des personnages qu’ils ont créés

Marvel

Les deux géants des « comics » veulent gar­der le contrôle de leur pro­prié­té intel­lec­tuelle dans l’é­co­sys­tème des NFTs.

Marvel Spiderman NFTMar­vel et DC semblent rompre avec leur tra­di­tion. Jus­qu’i­ci, les deux entre­prises auto­ri­saient les artistes ayant tra­vaillé pour elles à vendre leurs créa­tions, repré­sen­tant des per­son­nages de leurs univers.

Comme le rap­porte Bloom­berg, les deux colosses du diver­tis­se­ment ont déci­dé d’empêcher les artistes de vendre des NFTs repré­sen­tant les héros qu’ils ont pu créer pour eux.

« Les créa­teurs ont tou­jours eu la pos­si­bi­li­té de vendre leurs tra­vaux ori­gi­nels de manière directe », regrette l’ar­tiste Jason Schachter.

Cette déci­sion est sans doute liée à l’in­cur­sion récente des deux mas­to­dontes du « comics » dans le monde des NFTs, qui y ont trou­vé un nou­veau mar­ché por­teur. En août, Mar­vel avait déci­dé de vendre ses pre­miers « digi­tal col­lec­tibles », à l’ef­fi­gie du célèbre Spider-Man :

« Spi­der-Man fait son entrée dans l’u­ni­vers des objets numé­riques de col­lec­tion avec 5 nou­velles sta­tues dis­po­nibles sur Veve !! »

En mars der­nier, DC Comics avait déjà aver­ti José Del­bo, qui avait tra­vaillé pour l’en­tre­prise dans les années 70. Il était repro­ché au des­si­na­teur d’a­voir ven­du des images numé­riques repré­sen­tant Won­der Woman pour 1,85 mil­lion de dol­lars.

En inter­di­sant à des artistes de mon­nayer des œuvres basées sur leurs propres per­son­nages, Mar­vel et DC pour­raient pri­ver les créa­teurs d’une source de reve­nus impor­tante. Bloom­berg rap­porte que le pre­mier pré­voi­rait tou­te­fois de leur offrir la pos­si­bi­li­té de géné­rer des pro­fits com­plé­men­taires grâce à la pla­te­forme Veve, qui recense les col­lec­tions de fran­chises populaires.

Plateforme Veve

NFTs : retour au calme après l’euphorie

NFTL’in­cur­sion de Mar­vel et de DC dans l’é­co­sys­tème des NFts s’ins­crit dans une ten­dance nou­velle pour les fran­chises, qui lorgnent sur les oppor­tu­ni­tés offertes par les tokens non fongibles.

C’est que le mar­ché des NFTs a connu ces der­nières semaines une crois­sance excep­tion­nelle, pas­sant d’une simple « niche » ani­mée par des cryp­to-inves­tis­seurs à un sec­teur notable de l’é­co­no­mie numérique.

De grandes entre­prises se sont tour­nées vers cet uni­vers, en lan­çant des objets de col­lec­tion ou en s’of­frant des NFTs popu­laires. En août, le géant du paie­ment Visa avait mis la main sur le « Cryp­to­Punk » #7610 en débour­sant pas moins de 165 000 dol­lars.

Après une eupho­rie cet été, avec une jour­née record à plus de 235 mil­lions de dol­lars de tran­sac­tions fin août, les volumes trai­tés par Open­Sea – la pla­te­forme numé­ro 1 d’é­change de NFTs – ont très net­te­ment dimi­nué. Dimanche, la bourse de tokens n’a­vait enre­gis­tré que 54,3 mil­lions de dol­lars de ventes.

Volumes OpenSea 13 septembre 2021

Sur les 7 der­niers jours, les prin­ci­pales col­lec­tions avaient connu des baisses de volumes impor­tantes : ‑48,94% pour les Cryp­to­Punks, ‑58,91% pour le Bored Aped Yacht Club ou encore ‑86,88% pour Loot.

En tête du clas­se­ment, seuls les NFTs The Sevens enre­gis­traient une hausse, avec +575,21% d’é­changes sur une semaine.

Principaux NFTs au 13 septembre 2021 sur Opeansea