Bitcoin

Offre de Bitcoins : 80% des 21 millions de BTCs ont été émis

Bitcoin bleu

Il s’a­gis­sait d’une nou­velle étape mar­quante pour le Bit­coin : ce week-end, 80% des 21 mil­lions de BTCs qui seront jamais créés avaient été mis en cir­cu­la­tion  – et il ne res­tait ain­si que 4,2 mil­lions de Bit­coins sup­plé­men­taires sur les­quels les mineurs allaient ten­ter de mettre la main.

Sato­shi Naka­mo­to, le créa­teur du Bit­coin, fut le pre­mier à implé­men­ter avec suc­cès une « rare­té numé­rique » – alors que son actif est deve­nu, au fil des années, de plus en plus dif­fi­cile à obtenir.

Plus que 4,2 millions de Bitcoins à obtenir

21 millions de BitcoinsSame­di, le nombre de Bit­coins émis dépas­sait le seuil des 16,8 mil­lions. Autre­ment dit, il ne res­tait plus que 20% de l’offre totale, 21 mil­lions, sur laquelle les mineurs pou­vaient espé­rer mettre la main.

On sait que le der­nier Bit­coin qui sera créé sur le réseau devrait l’être aux envi­rons de l’an­née 2140, alors que les récom­penses – et donc le rythme d’é­mis­sion de nou­veaux Bit­coins – dimi­nue­ra pro­gres­si­ve­ment jus­qu’à cette date.

Lorsque Sato­shi Naka­mo­to a publié le White Paper du Bit­coin, il y avait dévoi­lé un pro­to­cole nova­teur – en intro­dui­sant l’i­dée selon laquelle des mineurs pour­raient sécu­ri­ser le réseau, en met­tant à dis­po­si­tion la puis­sance de leurs machines pour résoudre des cal­culs extrê­me­ment complexes.

On peut tou­jours pen­ser, en théo­rie, que cette limite pour­rait être modi­fiée du fait de cer­taines mani­pu­la­tions. On peut pen­ser à une Attaque des 51% ou à une attaque Sybil – des attaques qui per­met­traient de créer « arti­fi­ciel­le­ment » de nou­veaux BTCs. Mais si le réseau conti­nue à n’être vic­time d’au­cune « triche », une chose est sûre : cette offre ne sera pas aug­men­tée, et l’on ne pour­ra jamais trou­ver plus de 21 mil­lions de Bit­coin sur la blockchain.

Évolution du nombre total de Bitcoin en circulation au 15 janvier 2018
Évo­lu­tion du nombre total de Bit­coin en circulation

Le problème des généraux byzantins

problème généraux byzantinsAvec le Bit­coin, Sat­so­shi Naka­mo­to est sans doute par­ve­nu à résoudre l’un des pro­blèmes les plus com­plexes que l’on peut ren­con­trer au sein d’un réseau décentralisé.

Il s’a­git du pro­blème des géné­raux byzan­tins, une faille de sécu­ri­té qui porte sur la fia­bi­li­té des don­nées trans­mises et sur l’in­té­gri­té des inter­lo­cu­teurs.

On se demande ici, dans le cadre d’une orga­ni­sa­tion décen­tra­li­sée, si l’on peut prendre en compte une infor­ma­tion qui peut a prio­ri paraître sus­pecte, soit du fait de sa source, soit du fait du canal de trans­mis­sion uti­li­sé. Et la réponse va prendre la forme d’un algo­rithme (autre­ment dit, d’une stra­té­gie), qui sera néces­saire pour venir à bout de cette équation.

Preuve de travail Bitcoin

En sécu­ri­sant le réseau à tra­vers un pro­to­cole de vali­da­tion Proof-of-Work, Sato­shi Naka­mo­to est par­ve­nu à faire en sorte que les par­ti­ci­pants au réseau puissent être inci­tés à être hon­nêtes.

Car des attaques menées contre la blo­ck­chain du Bit­coin seraient désor­mais extrê­me­ment coû­teuses – de telle sorte que les pirates poten­tiels sont vites découragés.

En février 2016, le site Blog­Chain­Ca­fé ten­tait d’es­ti­mer les coûts asso­ciés à une attaque 51%– ceux-ci étaient déjà éva­lués à 4,8 mil­liards de dol­lars, alors que le taux de hachage qui pré­va­lait sur le réseau Bit­coin était près de 20 fois moins éle­vé que celui que l’on retrouve aujourd’hui.

C’est d’ailleurs sans doute la rai­son pour laquelle les pirates décident, plu­tôt que de s’at­ta­quer à la blo­ck­chain du Bit­coin, d’a­li­men­ter leur por­te­feuille BTC à tra­vers des demandes de ran­çon.

Une offre limitée, et un « halving » d’ici à deux ans

Halving Bitcoin Pour la pre­mière fois dans l’his­toire de l’in­for­ma­tique, Sato­shi Naka­mo­to est par­ve­nu à conce­voir un type d’ac­tif numé­rique qui ne puisse être copié, et qui ne puisse pas être dépen­sé deux fois.

Et c’est sans doute cette offre limi­tée – en plus d’une uti­li­sa­tion bien plus inten­sive du réseau – qui par­ti­cipe à la flam­bée du Bit­coin, qui valait encore moins d’un dol­lar au début de l’an­née 2011. C’est d’ailleurs sur celle-ci que s’ap­puient de nom­breux obser­va­teurs pour pré­dire une hausse du prix du Bit­coin dans les années ave­nir.

Ils estiment que nous avons d’un côté une offre limi­tée, et de l’autre côté une demande qui aug­mente pro­gres­si­ve­ment. Le prix devrait ain­si, selon eux, s’a­jus­ter « méca­ni­que­ment » à la hausse pour équi­li­brer ces deux forces.

C’est en tout cas ce dont semble être per­sua­dé Ron­nie Moas, un ana­lyste finan­cier de renom à l’o­ri­gine de la socié­té de conseil Stand­point Research. Voi­ci ce qu’il avait décla­ré le mois der­nier :

Je ne connais pas grand chose au sujet des quan­ti­tés d’or qui se cachent dans les sols. Par contre, je connais pré­ci­sé­ment le nombre de Bit­coins qui existent. Dans deux ans, 300 mil­lions de per­sonnes ten­te­ront de mettre la main sur quelques mil­lions de Bit­coins. Cette dis­tor­sion extra­or­di­naire entre l’offre et la demande, c’est ce qui va per­mettre au prix d’augmenter.”

On peut pen­ser d’ailleurs qu’une grande par­tie des Bit­coi­ners, qui comptent conser­ver leurs BTC pen­dant plu­sieurs années, le font car ils estiment qu’il sera bien plus dif­fi­cile, à l’a­ve­nir, de se pro­cu­rer un Bit­coin « entier » – et de faire ain­si par­tie du « 21 mil­lion club ».

Rareté Bitcoin

Les mineurs, de leur côté, vont devoir faire face aux pro­chains « hal­vings » des récom­penses liées au minage. S’ils reçoivent actuel­le­ment 12,5 BTC pour chaque bloc miné, cette récom­pense ne sera plus que de 6,25 BTC d’i­ci à un peu plus deux ans. Et elle conti­nue­ra à être divi­sée par deux envi­ron tous les 4 ans.

Bitcoin Block reward Halving Countdown

100 milliards de Ripples, 21 millions de Bitcoins

Un autre élé­ment à prendre en consi­dé­ra­tion ? L’offre totale de Bit­coin est par­ti­cu­liè­re­ment limi­tée si on la com­pare à celle qui pré­vaut sur d’autres réseaux. 45 mil­liards chez Car­da­no, 100 mil­liards du côté de Ripple et de TRON,… alors que le Bit­coin est limi­té à 21 millions.

4 millions de Bitcoins perdusPar ailleurs, si 16,8 mil­lions de Bit­coins ont été émis depuis la créa­tion du réseau, rien n’indique qu’ils sont encore tous acces­sibles par un pro­prié­taire. Disques durs jetés à la pou­belle, oubli d’une « seed phrase »,… de nom­breux uti­li­sa­teurs du réseau ont fait part de leurs mésa­ven­tures à la presse ou sur les réseaux sociaux.

On peut ain­si vrai­sem­bla­ble­ment ima­gi­ner que l’ac­cès à un nombre impor­tant de ces Bit­coins a déjà été « per­du » – ce qui les rend intrans­fé­rables, et vient donc réduire l’offre qui peut être pro­po­sée sur les marchés.

C’est ce que nous apprend une étude récem­ment menée par Chai­na­ly­sis, une socié­té new-yor­kaise spé­cia­li­sée dans la conduite d’analyses liées à la tech­no­lo­gie blo­ck­chain. Elle estime qu’entre 2,77 et 3,79 mil­lions de Bit­coins auraient été ain­si « per­dus » à jamais par leurs pro­prié­taires.

Réfé­rences : News.bitcoin.com, Bit­coin­Block­Half, Blockchain.info, Stee­mit

Cet article ne consti­tue pas une recom­man­da­tion d’investissement. Nous vous sug­gé­rons de mener vos propres recherches avant de déci­der de vous pro­cu­rer des cryp­to-mon­naies – des actifs extrê­me­ment ris­qués. Ne dépen­sez pas plus que ce que vous pou­vez vous per­mettre de perdre. Nous ne sau­rons être tenus res­pon­sables de toute perte en capi­tal, en lien avec la lec­ture de cet article.