Ripple

PDG de Ripple : la domination exercée par le Bitcoin sur les altcoins pourrait bientôt prendre fin

Tous ceux qui détiennent des alt­coins le savent : lorsque le Bit­coin se dépré­cie, il entraîne bien sou­vent dans sa chute une bonne par­tie des autres actifs numé­riques. Pour Brad Gar­lin­ghouse, le PDG de la socié­té Ripple, cette « BTC dépen­dance » devrait pro­chai­ne­ment prendre fin.

BTC et altcoins : des technologies « fondamentalement indépendantes »

RippleJus­qu’à pré­sent, les évo­lu­tions du cours de la majo­ri­té des mon­naies numé­riques ont été étroi­te­ment liées à celles de la pre­mier cryp­to-mon­naie, le Bit­coin, qui fut lan­cée en 2009.

Mais pour Brad Gar­lin­ghouse, le PDG de la socié­té cali­for­nienne Ripple, les mar­chés devraient pro­chai­ne­ment inté­grer les dif­fé­rences fon­da­men­tales qui peuvent exis­ter entre ces dif­fé­rents actifs. Ain­si, l’emprise du Bit­coin sur le cours des alt­coins devrait pro­gres­si­ve­ment s’at­té­nuer :

« Il existe une très forte cor­ré­la­tion entre le prix du XRP et celui du Bit­coin. Il s’a­git pour­tant de tech­no­lo­gies open-source fon­da­men­ta­le­ment indé­pen­dantes », a décla­ré M. Gar­lin­ghouse ce mer­cre­di au cours de l’é­mis­sion “Power Lunch” dif­fu­sée sur la chaîne amé­ri­caine CNBC. « Il est encore trop tôt, mais vous pour­rez consta­ter avec le temps l’é­mer­gence d’un mar­ché plus ration­nel, avec des com­por­te­ments qui reflé­te­ront cette indé­pen­dance ».

Rap­pe­lons que Ripple est le nom de la socié­té éta­blie à San Fran­cis­co qui déve­loppe actuel­le­ment un réseau des­ti­né à faci­li­ter les paie­ments finan­ciers inter­na­tio­naux. De son côté, le XRP consti­tue le token qui peut être uti­li­sé sur ce même réseau par des ins­ti­tu­tions finan­cières qui sou­haitent effec­tuer des tran­sac­tions trans­fron­ta­lières, de manière qua­si-gra­tuite et qua­si-ins­tan­ta­née.

Selon M. Gar­lin­ghouse, Ripple aurait connu un pre­mier tri­mestre record, en nouant des accords avec 20 nou­velles socié­tés. L’en­tre­prise a notam­ment annon­cé cette semaine la mise en place d’un par­te­na­riat avec la plus grande banque du Koweït, qui vient ain­si s’a­jou­ter à la liste des ins­ti­tu­tions finan­cières (dont fait notam­ment par­tie Money­Gram) qui testent déjà le XRP pour réa­li­ser des paie­ments trans­fron­ta­liers.

XRP : ‑84% face au dollar depuis le début de l’année

Pour­tant, dans le même temps, le cours du XRP s’est effon­dré.

L’ac­tif – qui a per­du près de 84% de sa valeur depuis un record his­to­rique à plus de 3,80 dol­lars fran­chi le 4 jan­vier der­nier – repré­sente actuel­le­ment la moins per­for­mante des prin­ci­pales cryp­to-mon­naies sur l’an­née 2018 :

L'évolution du prix du Ripple (XRP) en 2017-2018

Mais l’en­semble de l’é­co­sys­tème a souf­fert sur la même période, alors que les valo­ri­sa­tions du Bit­coin et de l’en­semble des alt­coins ont toutes deux chu­té d’en­vi­ron 46% en 2018.

Avec une « Mar­ket Cap » de près de 24 mil­liards de dol­lars, le XRP reste cepen­dant soli­de­ment accro­ché à sa 3ème place du clas­se­ment des cryp­to-mon­naies, der­rière l’E­ther et devant le Bit­coin Cash.

Pour M. Gar­lin­ghouse, la vola­ti­li­té que l’on retrouve sur les cryp­to-mar­chés devrait pro­chai­ne­ment s’at­té­nuer :

« Il s’a­git tou­jours d’un sec­teur émergent, et les opé­ra­tions de tra­ding sont encore domi­nées par de la spé­cu­la­tion », a‑t-il décla­ré. « Je pense que ce n’est qu’une ques­tion de temps avant que les gens com­prennent mieux leurs dif­fé­rents cas d’u­sage ».

Si l’on pou­vait dénom­brer, lors de la rédac­tion de cet article, 1635 actifs numé­riques s’é­chan­geant sur les mar­chés, le diri­geant de Ripple pense que la majo­ri­té de ces coins auront « dis­pa­ru » d’i­ci une dizaine d’an­nées :

« Nous allons voir arri­ver en cours de route une cor­rec­tion. De nom­breux acteurs de cet éco­sys­tème, qui ne sont pas en train de résoudre un veri­table pro­blème, vont dis­pa­raître », a‑t-il ain­si pré­dit.

Le XRP, un véritable titre financier ?

Ripple XRPBrad Gar­lin­ghouse a par ailleurs salué le rôle du gen­darme de la bourse amé­ri­caine – la Secu­ri­ties and Exchange Com­mis­sion (SEC) :

« La SEC inter­vient comme il se doit, dans la mesure où l’on a pu consta­ter l’exis­tence de nom­breuses fraudes », a‑t-il décla­ré. « Le gou­ver­ne­ment devrait pro­té­ger les inves­tis­seurs et les entre­prises, même si l’on assiste à l’é­mer­gence d’in­no­va­tions réel­le­ment utiles ».

L’or­gane de régu­la­tion doit éga­le­ment déter­mi­ner si les cryp­to-mon­naies doivent être ou non assi­mi­lées à de véri­tables titres finan­ciers. Jay Clay­ton, son pré­sident, avait décla­ré en mars der­nier qu’il esti­mait que tous les tokens pro­po­sés dans le cadre d’I­COs consti­tuaient bel et bien des titres, et qu’ils devaient être sou­mis aux règles qui s’ap­pliquent aux valeurs mobi­lières.

Mais pour M. Gar­lin­ghouse, le fait d’as­si­mi­ler le XRP à un véri­table titre finan­cier n’au­rait pas de sens :

« Si vous pos­sé­dez du XRP, vous ne pos­sé­dez pas de droits sur les pro­fits ou les divi­dendes de la socié­té », a‑t-il expli­qué.

Réfé­rences : CNBC, Bit­coi­nist

Cet article ne consti­tue pas une recom­man­da­tion d’investissement. Nous vous sug­gé­rons de mener vos propres recherches avant de déci­der de vous pro­cu­rer des cryp­to-mon­naies – des actifs extrê­me­ment ris­qués. Ne dépen­sez pas plus que ce que vous pou­vez vous per­mettre de perdre. Nous ne sau­rons être tenus res­pon­sables de toute perte en capi­tal, en lien avec la lec­ture de cet article.




[wpcrypto_list]