Bitcoin Prix & Opinions

Pour un analyste d’ING, le Bitcoin redeviendra un « produit de niche » une fois passé l”  »effet de mode »

Banque ING

L’é­co­no­miste en chef de la banque ING pour la zone Euro a décla­ré que le Bit­coin « rede­vien­dra un pro­jet de niche », une fois que l”  »effet de mode » qui l’en­toure sera passé.

Alors que le Bit­coin a atteint un nou­veau record his­to­rique hier en fran­chis­sant le seuil des 20 000 dol­lars, et que des contrats à terme ados­sés à la mon­naie numé­rique sont désor­mais pro­po­sés par le Chi­ca­go Mer­can­tile Exchange, cer­tains obser­va­teurs estiment qu’il ne s’a­gi­rait que d’un simple effet de mode.

ING ne croit pas à la démocratisation du Bitcoin

C’est le cas de Tenuis Bro­sens, l’un des éco­no­mistes en chef d’ING, qui a don­né son point de vue sur la cryp­to-mon­naie dans une note de recherche dif­fu­sée ce lun­di matin. Il s’a­git d’une prise de posi­tion qui sem­ble­rait décrire  la « vision actuelle » du groupe bancaire.

Teunis BrosensD’a­près les infor­ma­tions relayées par City A.M., M. Bro­sens estime que la fré­né­sie qui entoure actuel­le­ment le Bit­coin devrait pro­chai­ne­ment s’essouffler :

Per­sonne ne peut pré­dire l’a­ve­nir, mais notre vision actuelle est la sui­vante : un jour, au-delà de l’ef­fet de mode, le Bit­coin rede­vien­dra un pro­jet de niche pros­père, tel qu’il l’a été au cours de ses pre­mières années. »

À rebours du point de vue des « bit­coin maxi­ma­lists », qui pensent que la mon­naie numé­rique est uni­ver­selle et peut per­mettre à tout un cha­cun de béné­fi­cier de ser­vices finan­ciers de manière auto­nome, M. Bro­sens estime que celle-ci ne s’a­dres­sa bien­tôt plus qu’à un groupe res­treint d’in­di­vi­dus.

« Par­mi les uti­li­sa­teurs, ont retrou­ve­ra des “geeks”, des per­sonnes obsé­dées par la ques­tion de la confi­den­tia­li­té, des per­sonnes effrayées par l”(hyper)inflation, ain­si que des per­sonnes qui sou­haitent contour­ner les banques cen­trales pour des rai­sons idéo­lo­giques ou cri­mi­nelles, » a‑t-il ain­si indiqué.

Il semble être en pro­fond désac­cord avec les résul­tats d’une étude que nous avions pré­cé­dem­ment relayée. Ceux-ci mon­traient que la part des Bit­coins des­ti­nés à finan­cer des tran­sac­tions illi­cites serait en baisse, et qu’elle serait deve­nue mino­ri­taire depuis 2016 :

Utilisation du Bitcoin à des fins illcites

De telles esti­ma­tions res­tent cepen­dant très hypo­thé­tiques, notam­ment du fait de la nature « pseu­do­nyme » du Bitcoin.

Ce com­men­taire s’ins­crit dans la lignée des décla­ra­tions émises la semaine der­nière par le PDG du Groupe ING, Ralph Hamers, qui avait décla­ré qu’il n’é­tait « pas encore convain­cu » par la valo­ri­sa­tion des crypto-monnaies.

Un potentiel dans les pays en voie de développement

Cette année, la majeure par­tie des diri­geants ban­caires se sont mon­trés très cri­tiques à l’é­gard du Bic­toin.

Lloyd BlankfeinMais cer­tains ont choi­si de ne pas reje­ter tota­le­ment la cryp­to-mon­naie, et pré­fèrent attendre de voir com­ment les choses évo­luent C’est le cas de Lloyd Blank­fein, CEO de Gold­man Sachs, qui avait décla­ré dans le cadre d’un entre­tien accord à Bloom­berg que le Bit­coin « n’é­tait pas pour lui, » sans pour autant reje­ter en bloc la mon­naie numérique :

« Il y a de nom­breuses choses qui n’étaient pas, dans le pas­sé, faites pour moi, et qui ont très bien fonc­tion­né. Si on se retrou­vait dans 20 ans et qu’on réa­li­sait que le Bit­coin avait fonc­tion­né, je pour­rais vous expli­quer pour­quoi il a fonc­tion­né. Mais, si je me base sur tout ce que je sais, je ne peux pas affir­mer qu’il va fonc­tion­ner.

À lire éga­le­ment : « Groupes ban­caires et banques cen­trales réagissent face à l’é­mer­gence du Bit­coin »

Fai­sant écho aux réserves émises par de nom­breux diri­geants ban­caires, M.Brosens a confié que ses inquié­tudes étaient en par­tie nour­ries par le manque de sta­bi­li­té du prix du Bit­coin.

« Les sou­tiens du Bit­coin avancent le fait que la vola­ti­li­té de la mon­naie sera réduite une fois que celle-ci sera plus lar­ge­ment uti­li­sée. Ceci pour­rait être vrai. Tou­te­fois, le Bit­coin reste une mon­naie avec une offre de mon­naie fixe, sans le sou­tien d’une banque cen­trale pour gérer la sta­bi­li­té des prix. »

Même s’il a indi­qué que le Bit­coin se trou­vait face à « de sérieux obs­tacles » qui pour­raient com­pro­mettre sa capa­ci­té à prendre le pas sur les méthodes de paie­ment les plus com­mu­né­ment uti­li­sées, M. Bro­sens a concé­dé que la mon­naie numé­rique recè­le­rait un « poten­tiel » dans les éco­no­mies en voie de déve­lop­pe­ment.

Réfé­rences : CityAM, Bit­coi­nist

Rate this post
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x