Bitcoin Prix & Opinions

L’économiste Robert Shiller prédit un avenir sombre au Bitcoin

Robert Shiller

Robert Shil­ler, le lau­réat du prix Nobel d’économie 2013, a déci­dé de s’en prendre à nou­veau au Bit­coin. Il s’est tou­te­fois féli­ci­té de l’engouement sus­ci­té par les cryp­to-mon­naies – un engoue­ment qui serait sus­cep­tible de débou­cher sur des inno­va­tions inté­res­santes.

Dif­fi­cile de savoir si Robert Shil­ler, le lau­réat du prix Nobel d’économie 2013, a bien com­pris que les nom­breux « hard forks » qui sont inter­ve­nus ces der­niers mois autour du réseau Bit­coin ne modi­fiaient pas sa nature pro­fonde, ni la dis­tri­bu­tion de l’offre de BTCs.

« Je pense que le Bit­coin ne res­sem­ble­ra pas à ce qu’il est aujourd’hui», a décla­ré M. Shil­ler à CNBC. « Il aura un nom dif­fé­rent, si tant est qu’il existe encore. On a pu assis­ter à de nom­breux “hard forks”, qui l’ont modi­fié et re-modi­fié. Ce sera donc une affaire de contes­ta­tion, qu’il conti­nue à exis­ter ou non ».

M. Shil­ler estime tou­te­fois que la pre­mière cryp­to-mon­naie pour­rait enre­gis­trer une nou­velle flam­bée haus­sière… avant de s’écrouler.

« L’un des scé­na­rios envi­sa­geables est sem­blable à ce qui s’est pro­duit en 2013, lorsque le Bit­coin avait atteint les 1 000 dol­lars, avant de perdre 80 % de sa valeur», a-t-il indi­qué. « Il sem­blait alors qu’il était sur le point de dis­pa­raître ».

L’économiste a tou­te­fois admis qu’il pou­vait se trom­per au sujet de ce mar­ché, connu pour sa forte vola­ti­li­té :

« Vous savez, il est si dif­fi­cile de pré­dire ces choses-là. Je ne veux pas être mépri­sant à l’égard du Bit­coin, mais il me fait véri­ta­ble­ment pen­ser à une bulle ».

Robert Shiller Bitcoin

À lire éga­le­ment :

« Un réel enthousiasme »

Mal­gré des pré­dic­tions peu opti­mistes, M. Shil­ler s’est féli­ci­té de l’esprit d’innovation sus­ci­té par l’écosystème des cryp­to-mon­naies :

« Cela enthou­siasme les gens, et ils conçoivent toutes sortes de cryp­to-mon­naies», a-t-il noté. « Il en existe désor­mais plu­sieurs mil­liers, il peut par consé­quent en résul­ter cer­taines inno­va­tions inté­res­santes ».

L’économiste a par ailleurs confié que l’un de ses étu­diants lui avait récem­ment deman­dé s’il pou­vait, pen­dant l’examen final, lais­ser son ordi­na­teur por­table allu­mé pour pou­voir conti­nuer à tra­der des cryp­to-mon­naies :

« C’est une pre­mière pour moi. Cela montre un réel enthou­siasme», a-t-il décla­ré en sou­riant. « Je lui ai répon­du : “D’accord, si c’est si impor­tant pour toi, tu peux tra­der pen­dant l’examen final”».

Robert Shil­ler est l’un des trois indi­vi­dus à avoir reçu conjoin­te­ment le prix Nobel d’économie en 2013 pour ses tra­vaux por­tant sur la détec­tion de bulles finan­cières. L’homme est connu pour poser un regard sévère sur les cryp­to-mar­chés, et n’hésite pas à inter­ve­nir dans les médias pour pro­po­ser son point de vue à leur sujet.

Une image antisystème

En avril der­nier, M. Shil­ler avait décla­ré que l’engouement sus­ci­té par le Bit­coin consti­tuait une folie éphé­mère, ali­men­tée par le bat­tage média­tique en vigueur autour de l’actif. Il avait ajou­té qu’un tel enthou­siasme ne s’appuyait pas sur des fon­da­men­taux finan­ciers solides.

« Il ne pos­sède stric­te­ment aucune valeur – si ce n’est l’accord col­lec­tif selon lequel il aurait une valeur. D’autres actifs, comme l’or, dis­po­se­raient tou­jours d’une cer­taine valeur si les indi­vi­dus ne le voyaient pas comme un véhi­cule d’investissement», a-t-il affir­mé, ajou­tant qu’il « ne savait pas quoi faire du Bit­coin ».

Selon M. Shil­ler, le suc­cès des cryp­to-mon­naies serait avant tout lié à leur image anti­sys­tème :

« Je pense que c’est en par­tie poli­tique, a-t-il indi­qué. « Un grand nombre d’individus ne font plus confiance au gou­ver­ne­ment, et ils aiment savoir que ces actifs ne pro­viennent pas de lui. Ils ont été conçus par un véri­table expert en infor­ma­tique. C’est une belle his­toire pour les mar­chés d’aujourd’hui. »

Un Bitcoin à 250 000 dollars en 2022 ?

Même si le BTC s’attire les foudres de nom­breux oppo­sants, cer­tains inves­tis­seurs, comme Jack Dor­sey, le PDG de Twit­ter, ou le capi­tal-ris­queur Tim Dra­per, sont convain­cus du poten­tiel d’appréciation de l’actif.

Ce der­nier estime d’ailleurs que le Bit­coin pour­rait fran­chir le seuil des 250 000 dol­lars en 2022.

En 2014, il avait déci­dé de s’offrir 30 000 BTCs  à 600 dol­lars pièce, alors que les cryp­to-mon­naies étaient encore bien plus confi­den­tielles qu’elles ne le sont aujourd’hui. Avec un cours qui s’élève actuel­le­ment à envi­ron 7 500 dol­lars, le mil­liar­daire détien­drait désor­mais 225 mil­lions de dol­lars d’actifs numé­riques.

Réfé­rences : CCNCNBC

Cet article ne consti­tue pas une recom­man­da­tion d’investissement. Nous vous sug­gé­rons de mener vos propres recherches avant de déci­der de vous pro­cu­rer des cryp­to-mon­naies – des actifs extrê­me­ment ris­qués. Ne dépen­sez pas plus que ce que vous pou­vez vous per­mettre de perdre. Nous ne sau­rons être tenus res­pon­sables de toute perte en capi­tal, en lien avec la lec­ture de cet article.

L’économiste Robert Shil­ler pré­dit un ave­nir sombre au Bit­coin
Mer­ci !

Notice: Constant WP_USE_THEMES already defined in /home/akinator/crypto-france.com/index.php on line 14