Bitcoin

« We bought the dip » : le Salvador profite de la chute des crypto-marchés pour s’offrir 150 BTCs supplémentaires

Nayib Bukele

Nayib Bukele, le pré­sident du Sal­va­dor, a révé­lé ce lun­di matin que son pays avait pro­fi­té de la chute du Bit­coin pour mettre la main sur 150 BTCs supplémentaires.

Les cryp­to-mar­chés sont dans le rouge. Lors de la rédac­tion de cet article, le BTC s’é­chan­geait à 43 350 dol­lars, enre­gis­trant une baisse de plus de 8% sur les der­nières 24 heures :

Baisse Bitcoin au 20 septembre 2021

De son côté, l’E­ther avait per­du près de 10% de sa valeur, tan­dis que de nom­breuses cryp­to­mon­naies – Sola­na, XRP, Doge­coin, Pol­ka­dot ou encore Ava­lanche – avaient enre­gis­tré des chutes à deux chiffres :

Baisse crypto-marchés  au 20 septembre 2021

« Buy the dip »

« Ils ne peuvent jamais vous battre si vous ache­tez lors des phases de baisse », a twee­té le diri­geant, ajou­tant ensuite qu’il s’a­git d’un « conseil présidentiel ».

Avec cette récente acqui­si­tion, le Sal­va­dor détient désor­mais 700 coins – soit envi­ron 31 mil­lions de dol­lars de Bitcoin.

Le gou­ver­ne­ment de Nayib Bukele avait ache­té ses 400 pre­miers BTCs le 6 sep­tembre, la veille de l’a­dop­tion par le Sal­va­dor du Bit­coin comme mon­naie officielle.

La pre­mière cryp­to­mon­naie s’é­chan­geait alors à près de 53 000 dol­lars, avant d’en­re­gis­trer une baisse de plus de 10% le len­de­main. Celle-ci avait fait suite au lan­ce­ment du por­te­feuille offi­ciel du gou­ver­ne­ment, le « Chi­vo », mar­qué par de nom­breuses dif­fi­cul­tés tech­niques.

Le Sal­va­dor avait déjà tiré pro­fit de cette pre­mière chute, en s’of­frant 150 BTCs sup­plé­men­taires – por­tant alors ses cryp­to-réserves à un total de 550 BTCs :

Le gouvernement sous pression

Manifestation anti-Bitcoin SalvadorCette der­nière acqui­si­tion inter­vient alors qu’une enquête a été ouverte contre le gou­ver­ne­ment au sujet de ses achats de BTC, mais éga­le­ment du finan­ce­ment des cryp­to-dis­tri­bu­teurs qui ont été récem­ment ins­tal­lés dans le pays.

Comme l’a rap­por­té Reu­ters la semaine der­nière, la Cour des comptes du Sal­va­dor – une juri­dic­tion char­gée de contrô­ler la régu­la­ri­té des dépenses publiques – a reçu une plainte de l’or­ga­ni­sa­tion Cris­to­sal, qui sou­haite que soit audi­té le finan­ce­ment de ces mesures.

À cela s’a­joute la colère de nom­breux citoyens – qui se décla­raient il y a quelques semaines majo­ri­tai­re­ment oppo­sés à l’a­dop­tion du BTC. La semaine der­nière, le jour de l’in­dé­pen­dance du Sal­va­dor, plu­sieurs mani­fes­ta­tions ont d’ailleurs écla­té dans le pays. Si cer­tains acti­vistes se conten­taient de bran­dir des pan­cartes affi­chant des slo­gans comme « Nous ne vou­lons pas du Bit­coin » ou « Non à la dic­ta­ture », d’autres sont allés jus­qu’à détruire un dis­tri­bu­teur de BTC ins­tal­lé à San Sal­va­dor, la capi­tale du pays.

Rate this post