Bitcoin Prix & Opinions

Protection contre l’inflation : pour Nigel Greene, le Bitcoin est en train de remplacer progressivement l’or

Bitcoin versus or

Le patron de deVere estime que le Bit­coin devrait béné­fi­cier de la hausse de l’in­fla­tion, qu’il voit durer au moins jus­qu’au début du deuxième tri­mestre 2022. Pour le diri­geant, l’ac­tif numé­rique est en train de détrô­ner pro­gres­si­ve­ment l’or aux yeux des inves­tis­seurs dési­reux de pro­té­ger leur patri­moine face à l’aug­men­ta­tion des prix.

Une inflation qui flambe

Nigel GreenNigel Green, PDG de la socié­té d’in­ves­tis­se­ment deVere, reste haus­sier sur le Bit­coin. Dans un article publié sur le site de Devere juste avant la chute récente du cours du BTC, le finan­cier a décla­ré que l’ac­tif numé­rique devrait pro­fi­ter de la flam­bée de l’in­fla­tion.

Il a ain­si évo­qué ain­si les der­niers chiffres de l’in­fla­tion aux États-Unis, qui a récem­ment grim­pé à 6,2% sur un an. Il s’est éga­le­ment inté­res­sé aux don­nées d’autres régions du globe :

« Au Royaume-Uni, le taux d’in­fla­tion annuel pour­rait dépas­ser les 5% au début de l’an­née pro­chaine, celui de la zone Euro s’é­le­vait à 4,1% en octobre 2021, contre 3,4% le mois précédent ».

« Paral­lè­le­ment, le prix des biens qui quittent les usines chi­noises a atteint un nou­veau taux de crois­sance annuel record le mois der­nier, à 13,5%. Il existe de plus en plus de signes mon­trant que les consom­ma­teurs souffrent de cette situation ».

Pour le diri­geant, « il s’a­git d’un pro­blème mon­dial, puisque les entre­prises ont dû aug­men­ter leurs prix du fait de la hausse des coûts liée aux gou­lots d’é­tran­ge­ment de leur chaîne d’ap­pro­vi­sion­ne­ment et à la pénu­rie de tra­vailleurs qualifiés ».

Pour Nigel Green, « cette situa­tion devrait durer au moins jus­qu’au début du deuxième tri­mestre 2022 ».

… dont devrait profiter le Bitcoin

Bitcoin inflationSelon le PDG de deVere, le Bit­coin devrait pro­fi­ter de cette infla­tion :

« Dans ce cadre, et à tra­vers les hauts et les bas qu’il devrait voir sur sa route – les mar­chés ne suivent jamais une ligne droite, puisque les tra­ders prennent régu­liè­re­ment leurs pro­fits – nous pou­vons nous attendre à ce que le Bit­coin et les prin­ci­pales cryp­to­mon­naies pour­suivent leur ten­dance haus­sière ».

En effet, l’ac­tif est « per­çu comme un rem­part face à l’in­fla­tion du fait de son offre limi­tée, qui n’est pas influen­cée par son prix ». Pour M. Green, le BTC semble d’ailleurs pro­gres­si­ve­ment prendre la place de l’or :

« Durant cette période infla­tion­niste, le Bit­coin a sur­per­for­mé l’or, qui était, jus­qu’à main­te­nant, uni­ver­sel­le­ment per­çu comme la pro­tec­tion par excel­lence contre l’inflation ».

Pour le diri­geant, l’exis­tence de ce « bou­clier contre l’in­fla­tion » qu’est le Bit­coin condui­ra les prin­ci­paux inves­tis­seurs ins­ti­tu­tion­nels à se tour­ner pro­gres­si­ve­ment vers les cryp­to-mar­chés. Ils pour­ront leur appor­ter « leurs finan­ce­ments, leur exper­tise ain­si que leur répu­ta­tion – et favo­ri­ser une hausse des prix ».

Nigel Green est haussier sur Ethereum

Le Bit­coin n’est pas le seul actif sur lequel le fon­da­teur de deVere est haus­sier. Il est éga­le­ment opti­miste pour d’autres pro­jets de « smart contracts » comme Ethe­reum, Car­da­no ou encore Sola­na. Il estime que ceux-ci devraient flam­ber en même temps que le Bitcoin :

« Nous pou­vons nous attendre à ce que les cryp­to­mon­naies impli­quées dans les avan­cées de la fin­tech, comme l’E­ther, le Sola­na ou le Car­da­no, enre­gistrent de bonnes performances ».

En août, le finan­cier avait décla­ré que la valeur d’E­the­reum pour­rait dépas­ser celle du Bit­coin « d’i­ci au 5 pro­chaines années ».

Il esti­mait que le réseau, qui était « le plus deman­dé pour le déve­lop­pe­ment de “smart contracts”  », devrait pro­fi­ter de sa tran­si­tion « révo­lu­tion­naire » vers Ethe­reum 2.0, pré­vue pour l’an­née prochaine.

Cet article ne consti­tue pas une recom­man­da­tion d’investissement. Nous ne sau­rons être tenus res­pon­sables de toute perte en capi­tal, en lien avec sa lecture.