Bitcoin Produits dérivés financiers

Une banque suisse s’apprête à lancer des contrats à terme sur le Bitcoin, qui permettront de miser sur sa baisse

La banque suisse Vontobel

Le banque suisse Von­to­bel a décla­ré qu’elle allait lan­cer les pre­miers « mini futures » du pays pour spé­cu­ler sur la baisse du Bit­coin. Elle compte ain­si offrir aux inves­tis­seurs un outil qui va leur per­mettre de pro­fi­ter de la vola­ti­li­té de la mon­naie, ou de conduire des opé­ra­tions de cou­ver­ture per­met­tant de se pré­mu­nir face à sa baisse.

Le lan­ce­ment de deux « mini futures » sur le mar­ché des actions suisse par le deuxième plus grand four­nis­seur de pro­duits struc­tu­rés du pays inter­vient quelques semaines après l’an­nonce du CME Group, qui avait pré­sen­té la créa­tion d’un contrat à terme sur le Bit­coin en décembre pro­chain.

Les « mini futures » consti­tuent des contrats déri­vés. Il com­binent les fonc­tion­na­li­tés de futures (des contrats à terme, qui per­mettent de spé­cu­ler sur la valeur future d’un actif) et d’op­tions. Ils portent géné­ra­le­ment sur des mon­tants moins impor­tants que les contrats futures « clas­siques », et sont ain­si plus acces­sibles.

Ces deux contrats pour­ront, en l’occurrence, per­mettre aux inves­tis­seurs de gagner de l’argent en cas de baisse du prix du Bit­coin. Ain­si, si sa valeur baisse de 10%, la valeur du mini future le plus sécu­ri­sé aug­men­te­ra de près de 6%, tan­dis que l’autre croi­ra de près de 10%, d’a­près les infor­ma­tions publiées ce jeu­di par Von­to­bel.

La valeur du Bit­coin a net­te­ment fluc­tué ce mois-ci, per­dant 29% la semaine der­nière depuis sont plus haut his­to­rique de 7 888 dol­lars. La mon­naie s’est tou­te­fois vite remise de cette chute, et s’é­chan­geait, lors de la rédac­tion de cet article, à plus de 7 700 dol­lars.

Il s’a­git sur l’an­née d’une hausse de plus de 600% – une hausse qui a conduit cer­taines figures de la finance à s’ex­pri­mer sur le Bit­coin.

Le PDG de Bla­ckRock avait ain­si affir­mé ce lun­di que les cryp­to-mon­naies demeu­raient un inves­tis­se­ment « spé­cu­la­tif », qui se nour­rit prin­ci­pa­le­ment de son carac­tère ano­nyme.

Le PDG de JPMor­gan Chase, Jamie Dimon, avait quant à lui décla­ré que le Bit­coin était une « fraude », et qu’il licen­cie­rait les employés qui auraient recours à la mon­naie numé­rique.

Cer­tains diri­geants se sont tou­te­fois mon­trés plus mesu­rés, comme ceux de Gold­man Sachs ou de Mor­gan Stan­ley, qui ont avoué qu’ils pour­raient un jour se tour­ner vers les cryp­to-mon­naies.

Réfé­rence : Reu­ters

 




[wpcrypto_list]