Bitcoin Prix & Opinions

Le Bitcoin pourrait atteindre les 100 000 dollars d’ici à 2023, selon un cadre de Fidelity

Hausse du prix du Bitcoin

Pour Jur­rien Tim­mer, la hausse enre­gis­trée depuis le début du mois par le Bit­coin est « durable », l’a­me­nant à pré­dire un cours de 100 000 dol­lars d’i­ci à 2023. Il estime qu’il est « logique » que la mon­naie numé­rique connaisse des appré­cia­tions supé­rieures à celles de l’or.

100 000 dollars d’ici à 2023

Jur­rien Tim­mer, direc­teur de l’a­na­lyse macroé­co­no­mique pour le géant finan­cier Fide­li­ty Invest­ments, a évo­qué le Bit­coin ce mer­cre­di 13 octobre dans le cadre d’un entre­tien accor­dé à la chaîne CNBC.

Le finan­cier estime que la flam­bée récente du BTC, qui s’est appré­cié de plus de 30% depuis début octobre, a été prin­ci­pa­le­ment ali­men­tée par une demande organique :

« Il ne s’a­git pas d’une “course” sus­ci­tée par des spé­cu­la­teurs à court-terme. Par consé­quent, je pense que cette hausse peut être durable, et qu’il ne s’a­git pas d’une bulle sur le point d’é­cla­ter », a‑t-il déclaré.

« Jus­qu’i­ci, la tra­jec­toire est ascen­dante, et rien ne prouve que ce soit des “chas­seurs de mou­ve­ments” [des tra­ders à court-terme] qui lui aient per­mis d’at­teindre les 57 000 dollars ».

Il juge que cette hausse pour­rait se pour­suivre au cours des pro­chains mois, indi­quant que le Bit­coin pour­rait atteindre les 100 000 dol­lars d’i­ci à 2023.

Plu­sieurs obser­va­teurs ont récem­ment pro­po­sé un prix-cible iden­tique, à 100 000 dol­lars – mais ils voient le BTC capable d’ar­ri­ver à ce seuil dès la fin de l’an­née ou le début de l’an­née pro­chaine. C’est le cas de Tone Vays, Mike McGloneMichael Gro­na­ger, Flo­rian Grummes , Bar­ry Sil­bertScott Mel­ker ou encore Tom Lee.

D’autres ana­lystes sont plus opti­mistes, pré­di­sant des hausses expo­nen­tielles dans les mois à venir : Bob­by Lee (200 000 dol­lars), Max Kei­ser (220 000 dol­lars), Bit Haring­ton (250 000 à 350 000 dol­lars) ou encore PlanB (288 000 dol­lars), connu pour pro­po­ser le modèle de valo­ri­sa­tion « Stock-to-flow Cross Asset ».

« Logique » que le Bitcoin surperforme l’or

Bitcoin orInvi­té à com­pa­rer le Bit­coin et l’or, le diri­geant a décla­ré que les deux actifs étaient com­plé­men­taires. S’il recon­naît que la cryp­to­mon­naie dis­pose de carac­té­ris­tiques plus inté­res­santes, il estime qu’elle ne par­vien­dra pas à rem­pla­cer tota­le­ment le métal pré­cieux en tant que réserve de valeur :

« Le Bit­coin consti­tue une ver­sion plus “convexe” que l’or », a‑t-il décla­ré. « Il est asso­cié à une offre encore plus rare, alors que l’or ne dis­pose pas des dyna­miques dont béné­fi­cie le Bit­coin. Par consé­quent, il est logique que le Bit­coin affiche des per­for­mances supé­rieures à celles de l’or ».

« Le Bit­coin et l’or sont les deux joueurs d’une même équipe », a‑t-il ajouté.

Bien qu’­haus­sier sur le Bit­coin, l’a­na­lyste juge que celui-ci ne devrait pas remettre en cause la supré­ma­tie du dol­lar américain :

« Je ne crois pas que le Bit­coin menace le dol­lar ou son sta­tut de mon­naie de réserve. Peut-être qu’il per­met en fait au dol­lar de conser­ver son sta­tut. Il conti­nue­ra à être lié au dol­lar, d’une manière ou d’une autre ».

Le finan­cier estime que les réseaux « de seconde couche » sont incon­tour­nables pour démo­cra­ti­ser l’u­sage du BTC en tant que moyen d’échange :

« La pro­po­si­tion de valeur du Bit­coin, c’est de pas­ser d’une réserve de valeur à éga­le­ment un moyen d’é­change. Ceci dépend des avan­cées des réseaux de seconde couche qui sont en train d’être déve­lop­pés », a‑t-il ajouté.

Il fait ain­si réfé­rence au Light­ning Net­work, qui per­met d’ef­fec­tuer des tran­sac­tions en BTC de manière qua­si-gra­tuite et qua­si-ins­tan­ta­née. De plus en plus popu­laire, le réseau est notam­ment uti­li­sé par le por­te­feuille Chi­vo, pro­po­sé depuis quelques semaines au Sal­va­dor par le gouvernement.

Cet article ne consti­tue pas une recom­man­da­tion d’investissement. Nous ne sau­rons être tenus res­pon­sables de toute perte en capi­tal, en lien avec sa lecture.
Rate this post