Bitcoin Prix & Opinions

Prédiction Bitcoin : le prochain krach sera « moins important » que ‑80%, estime le PDG de Pantera Capital

Krach du Bitcoin

Pour Pan­te­ra Capi­tal, les chutes du Bit­coin – mais éga­le­ment ses flam­bées – devraient deve­nir de moins en moins impor­tantes au fil des années.

Après chaque hausse expo­nen­tielle, le Bit­coin s’en­gage dans une spi­rale bais­sière, per­dant plus de 80% de sa valeur. Mais selon une nou­velle étude de la socié­té Pan­te­ra Capi­tal, publiée la semaine der­nière, ce phé­no­mène perd de son inten­si­té au fil des années.

Ain­si, en 2013–2015 et 2017–2018, le Bit­coin avait per­du 83% de sa valeur, après avoir atteint des plus hauts res­pec­tifs de 1 111 et 20 089 dollars.

Les deux der­nières flam­bées de 2019 et de 2020–2021 avaient quant à elles lais­sé place à des baisses de « seule­ment » 61% et 54% – même si elles avaient fait suite à des hausses moins impor­tantes. Il s’a­gis­sait alors de baisses res­pec­tives de 82% et de 59% par rap­port au der­nier plus haut.

Marchés haussiers baissiers Bitcoin

Dan More­head, PDG de Pan­te­ra Capi­tal, estime que la dimi­nu­tion de l’in­ten­si­té des chutes du BTC laisse entre­voir l’ar­ri­vée de « bears mar­kets » qui devien­draient « moins intenses » :

« Je l’ex­plique depuis long­temps : au fur et à mesure que les mar­chés deviennent plus impor­tants, prennent plus de valeur et deviennent plus “ins­ti­tu­tion­nels”, l’am­pli­tude de ces mou­ve­ments devient plus modérée ».

Ces com­men­taires inter­viennent alors que le Bit­coin pour­rait, dans les pro­chains jours, fran­chir son record his­to­rique de près de 65 000 dollars.

En effet, le BTC a récem­ment dépas­sé les 60 000 dol­lars – une pre­mière depuis mai der­nier – alors que le gen­darme des mar­chés finan­ciers amé­ri­cains (la SEC) a auto­ri­sé la mise sur le mar­ché du pre­mier fonds indi­ciel (ETF) sur le Bit­coin, après avoir refu­sé ces pro­duits d’in­ves­tis­se­ment pen­dant plu­sieurs années.

Même s’il ne s’a­gi­ra que d’un ETF ados­sé à des contrats à terme sur le Bit­coin – et pas à des Bit­coins « phy­siques » – cette nou­velle semble avoir inci­té de nom­breux inves­tis­seurs ins­ti­tu­tion­nels à se tour­ner vers les cryp­to-mar­chés. En l’es­pace de seule­ment 3 mois, la pre­mière cryp­to­mon­naie a vu son cours plus que dou­bler, après avoir chu­té à moins de 30 000 dol­lars à la fin du mois de juillet.

Cycles Bitcoin

Bitcoin : 118 000 dollars au cours du cycle actuel ?

De nom­breux ana­lystes ont récem­ment pro­po­sé un prix-cible de 100 000 dol­lars pour le BTC au cours des pro­chaines semaines. C’est notam­ment le cas de Tone Vays, Mike McGloneMichael Gro­na­ger, Flo­rian Grummes, Bar­ry Sil­bertScott Mel­ker, ou encore Tom Lee.

D’autres obser­va­teurs sont encore plus haus­siers, pré­di­sant de véri­tables flam­bées durant les pro­chaines mois : Bob­by Lee (200 000 dol­lars), Max Kei­ser (220 000 dol­lars), Bit Haring­ton (250 000 à 350 000 dol­lars) ou encore PlanB (288 000 dol­lars). Ce der­nier, qui s’ap­puie sur son modèle « Stock-to-flow Cross Asset », s’at­tend tou­jours à ce que le Bit­coin dépasse les 135 000 dol­lars à la fin du mois décembre :

Son modèle de valo­ri­sa­tion, qui étu­die les impacts des hal­vings (la divi­sion par deux du rythme d’é­mis­sion de BTCs tous les 4 ans), est d’ailleurs cité dans l’é­tude de Pan­te­ra Capi­tal. La socié­té d’in­ves­tis­se­ment ne semble tou­te­fois pas aus­si haus­sière que ce que pré­dit PlanB : elle explique que chaque hal­ving cor­res­pond à une réduc­tion de l’offre de moins en moins impor­tante par rap­port à l’offre en cir­cu­la­tion.

Ain­si, le pre­mier hal­ving (en 2012) avait réduit l’offre de Bit­coins de 15,3% de l’offre en cir­cu­la­tion. Il avait per­mis l’an­née sui­vante à la cryp­to­mon­naie de mul­ti­plier son cours par 93,1.

Halvings : baisse de l'offre de Bitcoin

Le deuxième hal­ving (en 2016) était pro­por­tion­nel­le­ment 3 fois moins impor­tant, avec une baisse de l’é­mis­sion ne cor­res­pon­dant plus qu’à 5,1% de l’offre de cir­cu­la­tion  La flam­bée du Bit­coin avait d’ailleurs été, elle aus­si, 3 fois moins éle­vée, avec un cours mul­ti­plié par 30,1 entre 2015 et fin 2017.

Pour Pan­te­ra Capi­tal, cela tra­duit le fait que la réduc­tion de l’offre, pro­por­tion­nel­le­ment moins impor­tante, a eu un impact moins éle­vé sur le cours du BTC.

Hausses du Bitcoin post-halvings

Le troi­sième et der­nier hal­ving en date, qui a été mis en place le 11 mai 2020, ne cor­res­pond plus qu’à une dimi­nu­tion de 2,2% de l’offre par rap­port à celle en cir­cu­la­tion – il s’a­git donc d’une contrac­tion 2,32 fois moins impor­tante que lors deuxième hal­ving.

Jus­qu’i­ci, le cours du BTC a été mul­ti­plié par 7,2 entre son plus bas de fin 2020 et son record his­to­rique à près de 65 000 dol­lars de mai 2021.

Si l’on repre­nait la même logique que lors du deuxième hal­ving (le prix aug­mente à un rythme pro­por­tion­nel à celui du pour­cen­tage de réduc­tion de l’offre), le cours du Bit­coin devrait être mul­ti­plié par près de 13 (30,1 / 2,32) au cours du cycle actuel – et non par  « seule­ment » 7,2 comme ce fut le cas lors de son der­nier record his­to­rique). Si ce méca­nisme venait à se véri­fier, le BTC attein­drait, selon nos cal­culs, un plus haut à envi­ron 118 000 dol­lars.

« Le revers de la médaille, c’est que nous ne ver­rons plus de flam­bées avec des prix mul­ti­pliés par plus de 100 en un an », a pré­dit M. Morehead.

« Les cycles, affi­chés de manière loga­rith­mique, indiquent que le BTC me semble aujourd’­hui être bon mar­ché », a‑t-il tou­te­fois ajouté.

Il y a quelques jours, l’a­na­lyste Tech­Dev esti­mait que la pro­chaine baisse du Bit­coin devrait atter­rir dans une four­chette com­prise entre 47 000 et 60 000 dol­lars. Il s’a­gis­sait selon lui du niveau vers lequel le BTC atter­ri­rait « après une chute de 80 à 85% » :

Tou­jours selon nos cal­culs, cette pré­dic­tion amè­ne­rait le Bit­coin à atteindre, au cours du cycle actuel, un prix maxi­mal com­pris entre 235 000 et 400 000 dol­lars.

Cet article ne consti­tue pas une recom­man­da­tion d’investissement. Nous ne sau­rons être tenus res­pon­sables de toute perte en capi­tal, en lien avec sa lecture.