Bitcoin Prix & Opinions

Quel avenir pour le Bitcoin en 2021–2022, après une clôture hebdomadaire record à plus de 61 500 dollars ?

Bitcoin record hebdomadaire historique

C’est une semaine impor­tante pour le Bit­coin, qui va ten­ter de dépas­ser pour la pre­mière fois le seuil des 65 000 dol­lars. Lan­ce­ment d’un ETF, aug­men­ta­tion de la dif­fi­cul­té de minage, choc d’offre immi­nent,… Voi­ci un tour d’ho­ri­zon des prin­ci­paux éle­ments à sur­veiller, avant de s’in­té­res­ser aux niveau de prix que pour­rait atteindre le BTC dans les pro­chains mois.

Pièce BitcoinC’est un nou­veau record… heb­do­ma­daire.  Le pre­mier actif numé­rique a enre­gis­tré un record his­to­rique pour sa der­nière clô­ture heb­do­ma­daire, attei­gnant les 61 539 dol­lars.

Lors de la rédac­tion de cet article, son cours avait depuis légè­re­ment aug­men­té, à 61 756 dol­lars, enre­gis­trant ain­si une hausse de près de 10% sur les 7 der­niers jours. Avec une « Mar­ket cap » de plus de 1,16 mil­liard de dol­lars, le Bit­coin reven­di­quait 46,9% de la valo­ri­sa­tion de l’en­semble des cryp­to­mon­naies.

Alors que les mar­chés ont déjà anti­ci­pé, au moins en par­tie, l’ar­ri­vée sur les mar­chés amé­ri­cains du pre­mier ETF sur le BTC, cer­tains espèrent que l’ac­tif numé­rique par­vien­dra à battre bien­tôt son record his­to­rique de 64 863 dol­lars, atteint le 14 avril dernier.

Voi­ci plu­sieurs élé­ments à étu­dier pour ten­ter d’y voir plus clair concer­nant l’a­ve­nir du Bitcoin.

Un niveau de support à 60 000 dollars à l’avenir ?

Pour de nom­breux obser­va­teurs, le Bit­coin pour­rait pour­suivre sa ten­dance haus­sière au cours des pro­chaines semaines :

« Un record his­to­rique pour sa clô­ture heb­do­ma­daire nous montre que le BTC est bien posi­tion­né pour une pour­suite de sa hausse », s’en­thou­siasme l’a­na­lyste « Rekt Capi­tal », qui juge que la pro­chaine par­tie de ce cycle sera « plus expo­nen­tielle » que la précédente.

Il estime que le pré­cé­dent niveau de résis­tance du Bit­coin, à 60 000 dol­lars, pour­rait deve­nir le nou­veau niveau de sup­port de l’ac­tif numé­rique :

Ce lun­di, on devrait très pro­ba­ble­ment assis­ter à l’ar­ri­vée du pre­mier ETF Bit­coin sur les mar­chés finan­ciers amé­ri­cains. Ce pro­duit finan­cier, qui per­met­trait aux inves­tis­seurs de miser faci­le­ment sur le BTC, serait tou­te­fois ados­sé à contrats à terme sur le Bit­coin  – et pas à des Bit­coins « phy­siques ».

Même s’il devrait confé­rer une légi­time accrue à la pre­mière cryp­to­mon­naie, il pour­rait avoir ain­si un impact plus limi­té sur son cours que ne l’au­rait un « véri­table » ETF sur le Bitcoin.

Dans le même temps, les taux de finan­ce­ment sur les pla­te­formes d’é­change à terme – qui per­mettent de tra­duire le sen­ti­ment des tra­ders de contrats à terme per­pé­tuels sur le Bit­coin – ont net­te­ment dimi­nué la semaine der­nière.

Il s’a­git d’une évo­lu­tion plu­tôt posi­tive. Elle devrait per­mettre de ras­su­rer les obser­va­teurs qui s’in­quié­te­raient d’une hausse trop exhu­bé­rante, qui serait de nature à lais­ser place à une forte chute du cours du BTC, comme ce fut le cas à par­tir de mai dernier.

Taux de financement du Bitcoin au 18 octobre 2021

Bitcoin : deux ETFs lancés cette semaine

Après plu­sieurs années de refus, le gen­darme des mar­ché finan­ciers amé­ri­cains (la SEC) s’ap­prête à assis­ter au lan­ce­ment de deux ETFs – ceux de Pro­Shares et de Val­ky­rie – ados­sés aux contrats à terme sur le Bit­coin du Chi­ca­go Mer­can­tile Exchange (CME).

L’ins­ti­tu­tion doit rendre sa déci­sion concer­nant 8 autres ETFs (dont 4 direc­te­ment ados­sés au Bit­coin) d’i­ci au 1er jan­vier 2022 :

Pour plu­sieurs obser­va­teurs, un ETF sur des contrats à terme pour­rait n’a­voir qu’un impact limi­té sur le cours du Bit­coin. C’est ce qu’in­di­quait il y a quelques jours la socié­té de cyp­to-tra­ding QCP :

« Nous ne sommes pas cer­tains que des ETFs basés sur des contrats à terme [“futures”] puissent atti­rer suf­fi­sam­ment de capi­taux pour pro­vo­quer une hausse, comme celle que nous avions enre­gis­trée au 4ème tri­mestre 2020 ».

C’est sans doute la rai­son pour laquelle de nom­breux « Bit­coi­nists » ont les yeux rivés sur le 14 novembre, date à laquelle le régu­la­teur doit rendre sa déci­sion concer­nant la mise sur le mar­ché de l’ETF sur le Bit­coin de VanEck. Ce pro­duit finan­cier condui­rait la socié­té d’in­ves­tis­se­ment à ache­ter de « véri­tables » Bit­coins, favo­ri­sant ain­si une contrac­tion de l’offre de BTC sur les marchés.

Il est tou­te­fois peu pro­bable qu’un tel véhi­cule d’in­ves­tis­se­ment reçoive le feu vert de la SEC : Gary Gens­ler, son pré­sident, a récem­ment fait savoir qu’il était peu enclin à don­ner son accord.

De son côté, la socié­té Grays­cale Invest­ments – à l’o­ri­gine du Grays­cale Bit­coin Trust (GBTC), le plus grand fonds d’in­ves­tis­se­ment ados­sé au Bit­coin – sou­haite très pro­chai­ne­ment sou­mettre une demande pour trans­for­mer ce fonds en ETF sur le Bit­coin :

Ce fonds a beau­coup fait par­ler ces der­nières semaines, cer­tains obser­va­teurs s’in­quié­tant de la dif­fé­rence néga­tive crois­sante (le pre­mium, en mauve) du cours du GBTC par rap­port à celui du Bit­coin :

Premium du GBTC de Grayscale

Et on peut se deman­der si les inves­tis­seurs seraient véri­ta­ble­ment ame­nés à se ruer sur ces nou­veaux ETFs. Pour cer­tains obser­va­teurs, les frais éle­vés liés à des ETFs sur des contrats à terme seraient de nature à refroi­dir leurs ardeurs.

Dans un tweet publié ce week-end, l’a­na­lyste Hol­ger Zschae­pitz a fait remar­quer que « les contrats à terme sur le Bit­coin ont sous-per­for­mé [le Bit­coin] de 30 points depuis [leur] arri­vée en 2017 » :

Un point de vue par­ta­gé par QCP, qui pointe les défauts de ces ETFs :

« Pour com­men­cer, la plu­part des acteurs ins­ti­tu­tion­nels n’ont pas un accès direct aux contrats à terme du CME », a expli­qué ven­dre­di la socié­té sur le réseau social Telegram.

« Géné­ra­le­ment, la prin­ci­pale rai­son pour laquelle ils pri­vi­lé­gient des ETFs plu­tôt que des contrats à terme, c’est pour évi­der les “erreurs de tra­cking” (par rap­port aux prix “spor”) liés au “contan­go” [lorsque le prix des contrats à terme est supé­rieur à celui des mar­chés “spot”] ou à la “back­war­da­tion” [lorsque le phé­no­mène inverse se produit] ».

« Par consé­quent, l’in­tro­duc­tion d’un ETF basé sur les contrats à terme du CME “casse” l’a­van­tage fon­da­men­tal des ETFs : suivre le prix d’un actif de la manière la plus fidèle pos­sible », ajoute l’entreprise.

Bitcoin : la difficulté de minage augmente pour la 7ème fois consécutive

Ces der­niers mois, les fon­da­men­taux du réseau Bit­coin ont retrou­vé des couleurs.

Par­mi eux, la dif­fi­cul­té de minage – qui suit les évo­lu­tions de la puis­sance de cal­cul qui sécu­rise le réseau –, qui a aug­men­té pour la 7ème fois consé­cu­tive. Cet indi­ca­teur, qui est ajus­té approxi­ma­ti­ve­ment toutes les deux semaines, se rap­proche ain­si, pour la pre­mière fois depuis le mois de juin, des 20 000 milliards :

L'évolution de la difficulté de minage du Bitcoin au 18 octobre 2021

Si cette hausse est posi­tive pour le Bit­coin, cer­tains s’in­quiètent de voir une concen­tra­tion crois­sante du taux de hachage dans un seul pays – les États-Unis –, qui reven­dique désor­mais plus de 35% de la puis­sance de cal­cul allouée au réseau.

Choc d’offre : « 2022 sera une excellente année »

L’a­na­lyste Will Woo est éga­le­ment haus­sier. Il s’ap­puie pour cela sur l’aug­men­ta­tion de la rare­té du Bit­coin, fai­sant remar­quer qu’une dimi­nu­tion de l’offre com­bi­née à un nombre crois­sant de « long-term hol­ders » consti­tue un signal haussier :

Bap­ti­sé « Long Term Hol­der Sup­ply Shock », l’in­di­ca­teur qu’il a pro­po­sé montre que le Bit­coin a ache­vé une phase d’ac­cu­mu­la­tion, qui pour­rait pro­chai­ne­ment lui per­mettre d’at­teindre de nou­veaux records his­to­riques :

« Le nom tech­nique pour ce gra­phique est : “2022 sera une excel­lente année”  », a‑t-il indi­qué à ses 784 000 abonnés.

Comme l’a fait récem­ment remar­quer la socié­té Glass­node, les « long-term hol­ders » – les por­te­feuilles qui n’ont pas trans­fé­ré le moindre BTC depuis au moins 155 jours – déte­naient il y a quelques jours un record de 70% de l’offre de BTCs. Ils n’ont ces­sé d’aug­men­ter leurs réserves au cours des der­niers semaines, mal­gré la hausse des prix :

Offre détenue par les long-term holders Bitcoin 11 octobre 2021

Même si une telle déci­sion semble peu pro­bable, la rare­té du BTC pour­rait conti­nuer d’aug­men­ter si la SEC deci­dait, en novembre pro­chain, d’au­to­ri­ser la mise sur le mar­ché du pre­mier ETF direc­te­ment ados­sé au Bitcoin.

Dans le même temps, les chiffres de l’en­tre­prise Cryp­to­Quant montrent que les réserves de Bit­coins des pla­te­formes d’é­change – des BTCs dont on peut pen­ser qu’une part impor­tante sont prêts à être ven­dus par les tra­ders – ont atteint un plus bas depuis la mi-sep­tembre. Lors de la rédac­tion de cet article, cet indi­ca­teur s’é­le­vait à de 2,38 mil­lions de coins, soit 12,6% de l’offre en cir­cu­la­tion (18,84 millions) :

Soldes de Bitcoin sur les plateformes d'échange au 18 octobre 2021

Jusqu’où ira le Bitcoin au cours de ce cycle ?

Pièce BitcoinDe nom­breux tra­ders s’at­tendent à des records his­to­riques pour le Bit­coin d’i­ci fin 2021 ou début 2022. On peut citer par­mi eux Tone VaysMike McGloneMichael Gro­na­ger, Flo­rian GrummesBar­ry Sil­bertScott Mel­ker, ou encore Tom Lee.

D’autres ana­lystes sont plus opi­ti­mistes, pré­di­sant de véri­tables flam­bées durant les pro­chaines mois : Bob­by Lee (200 000 dol­lars), Max Kei­ser (220 000 dol­lars), Bit Haring­ton (250 000 à 350 000 dol­lars) ou encore PlanB (288 000 dollars).

Ce der­nier, qui estime que le BTC devrait dépas­ser les 135 000 dol­lars d’i­ci à la fin de l’an­née, jugeait début octobre que la « pro­chaine manche » du « bull mar­ket » devrait encore durer 6 mois :

Dans le même temps, d’autres obser­va­teurs ont déjà les yeux rivés sur le « bear mar­ket », qui fait tra­di­tion­nel­le­ment suite aux flam­bées his­to­riques du BTC.

De nouveaux records avant une chute de 80% ?

Pour l’a­na­lyste Tech­Dev, le Bit­coin devrait, après une chute « de 80 à 85% », retrou­ver un niveau de sup­port com­pris entre 47 000 et 60 000 dol­lars. Même s’il n’a pas expli­ci­té de prix-cible, cela condui­rait la pre­mière cryp­to­mon­naie a atteindre, dans un pre­mier temps, un cours stra­to­sphé­rique com­pris entre 235 000 et 400 000 dol­lars.

Mais com­ment ten­ter de pré­dire le début de cette chute ? Le tra­der s’in­té­resse à l’in­di­ca­teur RVI (Rela­tive Vigor Index), qui mesure la force d’une ten­dance. Il explique que celui-ci a atteint un plus haut à 91 lors de chaque cycle – le moment où le BTC a ensuite enta­mé sa baisse :

Cycles du Bitcoin en 2013 2017 et 2021, RSI et RVI

Il y a quelques jours, Tech­Dev avait décla­ré qu’un Bit­coin com­pris entre 200 000 et 300 000 dol­lars lui sem­blait « trop pro­gram­mé » :

Rekt Capi­tal, une autre figure de Cryp­to-Twit­ter, s’at­tend lui aus­si à une chute de plus de 80%, qui ferait suite à une nou­velle flam­bée poten­tielle du BTC :

« Les inves­tis­seurs pensent que le BTC ne ver­ra pas un autre “bear mar­ket” à ‑80%, au motif qu’il s’a­git désor­mais d’un actif “mains­tream” et trop mature.

N’ou­blions pas que nous avons assis­té à une baisse de 53% il y a seule­ment quelques mois.

La chute moyenne d’un “bear mar­ket” s’é­lève à 84,5%.

Il est très pro­bable qu’un nou­veau arrive après ce “bull market” ».

Mais pour Dan More­head, PDG de Pan­te­ra Capi­tal, la chute du Bit­coin devrait être « moins impor­tante » que les pré­cé­dentes. Il estime que l’im­pact du « hal­ving » – la divi­sion par deux du rythme d’é­mis­sion de Bit­coin, tous les 4 ans – devient pro­por­tion­nel­le­ment de moins en moins pro­non­cé.

Il juge d’ailleurs que la flam­bée du Bit­coin au cours du cycle actuel (2020–2024) devrait être, elle aus­si, moins intense que celle enre­gis­trée lors des cycles pré­cé­dents (x 93,1 en 2012–2016 et x 30,1 en 2016–2020).

Réfé­rence : Coin­Te­le­graph

Cet article ne consti­tue pas une recom­man­da­tion d’investissement. Nous ne sau­rons être tenus res­pon­sables de toute perte en capi­tal, en lien avec sa lecture.
Rate this post